Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi

Pierre Etaix dans votre baise-en-ville


Pour vous donner l’eau à la bouche, voici la quatrième de couverture de textes et textes Etaix:
« Clown, cinéaste, dessinateur, gagman, magicien, affichiste, la palette des talents de Pierre Etaix semble infinie… Et pourtant ! C’est l’auteur que nous vous proposons de retrouver ici, avec Etaix, pardon, des textes inédits, réunis pour la première et dernière fois en volume. A la fois drôles, touchants, poétiques, esthétiques, pathétiques, cliniques, élastiques, électriques, ils placent d’emblée leur auteur au niveau de la mer. »

Un petit extraix de « Avant-dernières volontés » :

Je lègue à la science qui en a tellement besoin
ma tête chercheuse avec sa cervelle d'oiseau
et sa suite dans les idées -
mon nez creux et mes oreilles attentives un
œil de bœuf, l'autre de perdrix,
ma bouche d'incendie aux baisers de feu,
ma langue maternelle ainsi que
la moitié de mon cœur aimant et
l'autre d'artichaut.

.../...

A la lecture de textes et textes Etaix, on ne tarde pas à se dire qu’on aurait été mieux inspiré d’en acheter deux, trois, voire quatre pourquoi pas (il est de ces livres qui font des petits sans que l’on s’en rende compte) avant qu’il ne soit épuisé*. [Mais non ! patate ! on te l’a offert.] Fallait-il que tilly m’en offre deux, trois, voire quatre, pourquoi pas ??

Je procède à une expérience. Je tends textes et textes Etaix à mon amie Isabelle. Elle lit un fragment d’une des 20 courtes mais réjouissantes histoires tricotées avec amour, passe tour à tour de la surprise au rire à l’émerveillement. – Oh ! une gourmandise ! dit-elle, … gourmande.

Elle voudrait presque me l’emprunter. Elle ne le formule pas. Je le vois dans son regard. Peut-on priver une amie du bonheur d’avoir cet ouvrage entre les mains sans votre présence dans les parages ? Je l’affirme sans honte : oui. Avec cependant une petite précaution** : s’assurer qu’elle connaît l’adresse d’un bon libraire. Pour toi lecteur qui n’aurait pas la chance d’avoir un bon libraire dans ton quartier, un mauvais libraire fera l’affaire. Certes, il y a d’autres raisons pour lesquelles j’hésite à me déposséder de mon textes et textes Etaix : Pierre Etaix a eu la gentillesse de me le dédicacer, d’y griffonner sa légendaire figure de clown, l’illustre croquis de Yoyo.

- J’ai bien connu Adam et Eve,
quels connards ces deux-là !

*sorti en avril, déjà épuisé, mais mais mais… ne vous laissez pas démonter par un libraire qui ne pourrait/voudrait pas vous le commander ! Dites-lui qu’il est en cours de réimpression et/ou flagellez-le, séduisez-le, faites de lui ce que vous voudrez, mais ne sortez pas de sa boutique sans être certain(e) de votre prochaine acquisition.

**qui n’est pas remboursée par la sécurité sociale, mais au diable l’avarice ! textes et textes Etaix vaut bien mille antidépresseurs. Oui ! absolument ! Car on peut le lire, le relire, le glisser dans son sac à mains (mesdames), son baise-en-ville (messieurs), en croquer un morceau dans le bus qui vous conduit chez le dentiste, dans sa salle d'attente, et confier la lecture à voix haute à l'assistante dentaire pendant que la fraise du dentiste vous taquine la molaire.


textes et textes Etaix, éditions du Cherche-Midi, 7€

A propos de Pierre Etaix :
Le dossier de presse relatant "l’escamotage cinématographique"
La chronique judiciaire de tilly, compte-rendu de la dernière audience de plaidoiries qui s’est tenue auTribunal de Grande Instance de Paris, le 15 mai 2009.
L’association « il Etaix une fois »

8 commentaires:

  1. Bon, je vais faire le siège chez mon (bon) libraire ;))

    RépondreSupprimer
  2. un autre extraix d'Etaix
    (autorisé par l'éditeur)

    – Maman, Maman, j’ai tombé !
    – Je suis tombé, Baptiste.
    – Oui, mais je m’ai fait très très mal !
    – Je me suis fait très mal, Baptiste.
    – Très, très, Maman… très, très mal à les jambes !
    – Aux jambes, Baptiste… mal aux jambes. Nous avions déjà vu ce pluriel des articles.
    – Oui mais mon dos c’est encore plus pire.
    – Non. On ne dit pas plus pire. On dit : c’est pire, ça suffit.
    – Maman, je peux pas me relever.
    – Je ne peux pas, Baptiste. Que fais-tu des négations ?
    – C’est comme si que mes jambes seraient mortes, à présent.
    – Oh, mon Dieu ! Comme si que… ! Tu me rendras folle. Combien de fois devrai-je te le répéter, Baptiste ? On ne dit pas : comme si que ! On dit : comme si, un point c’est tout. Comme si mes jambes étaient mortes. Ou, ce qui serait plus élégant : j’ai l’impression que mes jambes ne peuvent plus me porter.
    – Oui, c’est ça et peut-être que si tu m’aiderais…

    .../...

    RépondreSupprimer
  3. "- J'ai connu un optimiste qui a toujours pris la vie du bon côté, mais la mort est arrivée en sens inverse.
    - J'ai connu un amant tellement épris, que tel épris..."

    Je ne sais pas si ces extraits sont autorisés.

    RépondreSupprimer
  4. @ deef
    alors alors? où en es-tu de ta commande?

    @ tilly
    les extraits autorisés sont sur le site d'Etaix
    ton cadeau fait des envieux

    RépondreSupprimer
  5. Le cauchemar de Yoyo touche à sa fin...

    - ce vendredi 26 juin c'était l'annonce du jugement mis en délibéré...HAPPY END!
    - le contrat scélérat qui tenait les films d'Etaix en otage est déclaré caduc
    - la société Gavroche Productions est déboutée de sa demande de versement de 1,4 million d'euros de dommages et intérêts à la Fondation Groupama Gan pour le Cinéma, pour contrefaçon...
    - et est obligée de verser 10 000 euros de dommages et intérêts à la Fondation, pour procédure abusive
    - ce fut long... mais la justice a finalement triomphé de l'escroquerie

    Pensées et félicitations à Pierre Etaix, Odile, Jean-Claude Carrière et Alain Jomier

    RépondreSupprimer
  6. je ne connaissais pas ces extraits, ils sont délicieux :)
    merci
    et bonne après-midi !

    RépondreSupprimer
  7. Deef tu l'emmeneras au prochain Paris carnet que l'on s'amuse un peu ?! ;)

    RépondreSupprimer
  8. @ Wizzil
    Toi zossi

    @ Nicolas B
    Euh non, moi, c’est Fraises. Tu ne suces pas que de la glace, toi.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?