Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

dimanche

Allô, je suis tombé en amour avec Montréal (ou comment je placotais avec les écureuils)


 
Quand, un matin, j’ai réalisé que je me brossais les dents avec la vieille brosse à dents qui avait récuré la douche, le lavabo, etc. j’ai compris que j’étais rentré trop tôt de mes vacances à Montréal.

Là-bas, je contracté le syndrome du « je veux m’installer à Montréal ». Il y règne une telle douceur de vivre, les locaux sont tellement gentils. Je ne verse pas dans la mièvrerie, ça n’est pas mon genre. Mais je vous assure, la gentillesse des autochtones n’est pas un mythe. Elle est réelle. La caissière te dit allô* te tutoie et te demande comment elle pourrait soulager son poignet foulé. Et quand tu n’es pas trop farouche, elle te demande si « tu aimes la place* ? »

Mon amie et moi, flânions à Sainte-Agathe-des-Monts, repaire de nantis à une heure de route de Montréal. Nous faisions le plein d’eaux minérales d’alcool à la SAQ* locale, achetions deux ou trois babioles au dépanneur* en vue d’un barbecue en famille.


Du haut de la colline où nous avions loué un chalet pour 4 adultes et 2 enfants, je tirais un fil, à l’écart, et contemplais le ciel étoilé tandis que mon amie s’interrogeait sur le nombre de chamallows à enfiler sur une pique pour ensuite tendre le bras au-dessus des braises et respirer, stoïque, la fumée. Non, nous ne chantions pas des chansons d’Hugues Aufray. Nous nous contentions de savourer l’amitié, d’arroser nos retrouvailles, d’envisager peut-être un jour de vivre l’aventure québécoise.

 
Je ne vous ferai pas la liste des points négatifs. Il faut être lucide. Et pragmatique. Habiter un autre pays que le sien implique une sacrée adaptation, des sacrifices. Me concernant, je n’ai ni compagnon ni marmaille. Et aucun plan de carrière qui exige que je m’installe définitivement ici ou là. Le syndrome je-veux-m’installer-à-Montréal s’estompe souvent au retour au bercail. Quand on pèse le pour et le contre, qu’on raisonne. On se dit, il faut revenir au cœur de l’hiver pour tester la froidure et déblayer chaque jour neige et glace devant son perron. 

 
J’aime Montréal. Mais j’adore Paris.

 
Nous continuions de couler des jours heureux dans les Laurentides, puis au bord du lac Monroe, dans le Parc national du Mont-Tremblant. Au dernier petit matin de notre escapade à Sainte-Agathe-des-Monts, tandis que la cafetière crachotait, le lac en bas n’était inquiété par aucun vent, j’admirais la végétation rougeoyante qui se reflétait comme sur un miroir. Tout le monde dormait encore. Les petites chipies de mes amis n’avaient pas encore décidé de secouer la région de leurs redoutables caprices. Et tel Blanche-Neige, je placotais* avec l’écureuil qui s’avançait vers moi.

Il suffit de me faire boire et fumer et je parle couramment l’écureuil.

Mon amie, pour sa part, rêvait de croiser un raton-laveur. Elle est rentrée en France, déçue, inconsolable.

 
De retour à Montréal, sous le soleil d’un onctueux été indien, j’enfourchais un Bixi*, je m’empiffrais de burgers et de poutine*, je buvais une Boréale aux Foufounes électriques, je m’arrachais les cheveux lorsqu’il fallait calculer les taxes et les pourboires obligatoires, je mitraillais la ville de photos et de pensées amoureuses, je crousais* dans le Village, je remerciais mes amis de leur accueil et je me réconciliais avec l’enfance.

Oui. Car je m’amuse régulièrement à déclarer que je n’aime pas les enfants. Sauf ceux qui jouent à me surprendre comme m’a surpris une des jumelles de mes amis.

Un matin, attriqué comme la chienne à Jacques*, attablé devant l’ordinateur au sous-sol, seul avec mon café, je tweetais mon enthousiasme pour Montréal et les Montréalais. Je n’étais pas encore rentré en France que je m’injectais déjà une dose d’internet. Jetant alors un regard autour de moi, je vis un petit bout de chou de 4 ans, planté au pied de l’escalier, qui m’observait. Je n’eus pas eu le temps de lui lancer « tu es déjà levé ma belle ? » qu’elle me dit tout-à-trac : « tu es magnifique. »

Ne vous étonnez donc pas que ces vacances m’aient enchanté.


----------
* Allô : salut – La place : l’endroit – la SAQ : magasins vendant vins et spiritueux – Dépanneur : épicerie – Placoter : bavarder – Bixi : le Vélib’ montréalais – Poutine : frites avec sauce et fromage – Crouser : draguer – Attriqué (ou habillé, arrangé) comme la chienne à Jacques : mal fagoté – Paqueté : saoul

(Préambule: j'étais paqueté* dans l'avion m'emmenant à Montréal)

21 commentaires:

  1. et "tirer un fil" ça veut dire ?

    RépondreSupprimer
  2. Tilly : C'est une expression française qui signifie faire pipi :-)
    Karelle : S'isoler pour faire pipi, il vaut mieux ;-)))

    RépondreSupprimer
  3. @karelle : en fait, expression "de français" ; les filles françaises ne tirent pas de fil :)

    RépondreSupprimer
  4. rhooooo je crousais* dans le Village avec l'option #grindr ?

    RépondreSupprimer
  5. ...Donne envie de connaître cette place !
    :))

    RépondreSupprimer
  6. Dangereux, ce blog, très dangereux.
    Après un tel billet, comment ne pas se retrouver avec ce petit pincement au coeur et aux tripes, qui nous dit de temps en temps que les arbres de telle région sont beaux, les gens accueillants, et qu'il ferait bon quitter la ville dans laquelle on a construit sa vie ? :)

    RépondreSupprimer
  7. mes cousins de là bas me font toujours rire quand je les entends me parler au téléphone, je ne comprends pas tout mais c'est tellement plein de gaité ! bisous pour toi

    RépondreSupprimer
  8. Tu décris tout ce dont j'ai envie en ce moment...

    RépondreSupprimer
  9. Pareil , j'ai gardé un gros coup de coeur pour le Québec , pourtant y pelait sévère quand j'y suis passé

    RépondreSupprimer
  10. Ne serait-ce que pour les paysages, ça donne envie...(on verra plus tard pour les "écureuils"!!^^)

    RépondreSupprimer
  11. Dagrouik : Pas besoin du machin puisque les gens, tu les vois en vrai, dans la rue, dans les bars.
    Gildan : Moi, envie d’y revenir !
    Polyb : Flatteur ! Qui dit que tu dois construire ta vie quelque part et y rester toute ta vie ?
    Bout’fil : La tentation (facile) est de rire au premier abord. Les Québécois doivent être fatigués que l’on rit de leur accent. Encore que. S’ils sont aussi gentils, gais, accueillants, c’est qu’ils sont moins susceptibles que leurs bougons de cousins français. Pour eux, c’est nous qui avons un accent !
    Tambour Major : Il ne te reste plus qu’à attendre patiemment ton prochain voyage ?
    Petit Louis : J’y retournerai, ça c’est certain ! Faut que je teste l’hiver, justement.
    Nigloo : 750 000 lacs, rien que pour la province du Québec, ça en fait du paysage !

    RépondreSupprimer
  12. Tiens, je croyais que tu ne mettais qu'une seule photo par billet :p
    Sinon, c'est LA SAQ (Société des Alcools du Québec).

    RépondreSupprimer
  13. beaucoup de monde va au Canada en ce moment, autour de moi. Il est vrai que cette douceur général donne envie...

    RépondreSupprimer
  14. Les Foufounes Electriques :) Madball ou Agnostic Front y jouaient dernièrement je crois. Beau témoignage en tout cas, merci!

    RépondreSupprimer
  15. Deef : J'ai dit ça, moi ? ^^ M'en vais corriger de ce pas, thanks honey.
    Océane : Il ne te reste plus qu'à y faire un tour, ma chérie. Quand est-ce qu'on boit, tous les 2 ?
    El Camino : Ah, je ne connais pas du tout. Les Foufounes électriques c'est assez touristique mais sympa ! Y a un aspect vrai-faux déglingué que j'aime bien.

    RépondreSupprimer
  16. superbe note ! Je n'y suis jamais allée mais j'en crève d'envie !Un jour , un jour !

    RépondreSupprimer
  17. oui les lieux de vacances sont souvent magique...mais notre chez nous est difficilement négociable quand on sait l'apprécier... et puis on ne rentre pas comme ça chez nos cousins !!!
    et Québec tu as aimé ? ou tu n'y es pas allé ?

    RépondreSupprimer
  18. Princesse101 : Quelques décades ont coulé sous les ponts avant que je ne m'y rende. Mais je te conseille le voyage !
    Francis : Non, je n'ai visité que Montréal et un bout du Parc national du Mont-Royal. Je réserve Québec pour une prochaine escapade.
    Olivier d'Evian : La nostalgie dans tes yeux, dans ta lecture ? Il faut y remédier et y retourner.

    RépondreSupprimer
  19. "Là-bas, je contracté le syndrome du « je veux m’installer à Montréal »."
    Je confirme, ce syndrome, je le maudis à jamais ! il ne veut pas s'en aller...
    Le pire, j'ai voulu tester "l'hiver" en janvier dernier... Et résultat : ça ne me dérangeait pas ce froid-là...

    Belles photos et descriptif de ce désir intemporel. Je compatis :p

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?