Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Les gens-moutons et le fond de teint de la demoiselle dans ta face



Rien à voir avec le billet de blog qui suit. Promenade sur le Bassin d'Arcachon, le 2 janvier 2012. Merci Karelle, Caro, Manu, Chiffon, Val, Franck, etc.

Pourquoi les gens-moutons ne bougent-ils pas du train qu’on a annoncé avec une avarie ? Avarie causant l’arrêt pur et simple de la circulation sur la ligne 13 du métro dans la direction de chez moi. Pendant une bonne vingtaine de minutes. N’ont pas pour habitude de patienter tant de temps sans provoquer une émeute, les gens. Etrange. Je change d’itinéraire comme me le propose la suave voix de la RATP. Certes pressé de rentrer pénétrer mes charentaises, je voyage dans mes pensées et me dis que je suis heureux d’être vivant. D’avoir solutionné le problème de baignoire des clients de la chambre 103 en subtilisant la bonde de la baignoire de la chambre 205 où les clients n’auront qu’à prendre une douche, c’est comme ça et pas autrement. La direction de l’hôtel où je passe mes journées par pur masochisme n’a qu’à songer à s’équiper de bouchons de baignoire. Je poursuis. Heureux d’être vivant et d’avoir pu inviter hier soir une amie dans un célèbre cabaret parisien, boire Bordeaux, Champagne, eau de source, manger foie gras de canard et sa gelée au Pineau des Charentes, chateaubriant et sa timbale de gratin dauphinois et caetera tout en applaudissant des seins de femmes et des fesses d’hommes faisant mine de chanter des airs parisiens sous l’œil amoureux du touriste. Nous étions aux premières loges. Et gratuitement. Je riais intérieurement en voyant le serveur qu’on avait forcé à gesticuler et à chanter en playback, mais très mal, forcément, c’est pas son métier. On tentait de le dissimuler en le posant tout en haut à droite sur la dernière marche du podium, le plus loin possible de l’œil critique. Mais évidemment, je ne voyais que lui. Qui dansait et chantait mécaniquement, le regard hébété. Dans son costume de vrai serveur qu’il exerçait pour de vrai, il rêvait. Peut-être. Et ce soir, sur mon nouvel itinéraire, sur la ligne 4 du métro, une voix féminine m'arrache à ma rêverie : « Je vais lui offrir des cheveux à celui-là. » J’ignorais qu’elle parlait de moi à son amie. Et, machinalement, je réponds : « Avec la fortune que coûte le fond de teint que vous mettez à la pelle, je pourrais m’acheter des implants. Mais non merci. »

 

24 commentaires:

  1. Et BIM donc.
    Mais même sans la chute, j'ai voyagé entre la 13 et la 4, que je n'ai jamais prises.
    Alors tu es fort.
    Et vivant.

    RépondreSupprimer
  2. comment se permet elle!!! Un homme qui vous invite dans ledit cabaret ne devrait pas avoir a subir ces avanies!

    RépondreSupprimer
  3. Des pucelles pour faire une réflexion pareille !!!

    Nous on t'aime bien comme ça et c'est ça qui compte ;o)

    Biiiiiiiises

    RépondreSupprimer
  4. Mais le saucisson était bon...
    Les serveurs remplacent les danseurs ... Postule !
    Elles sont tartes les jeunes avec leur fond de teint... (les vieilles aussi d'ailleurs)
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. Zette : On aurait ri ensemble, de voir les moutons bêler de contentement à l'arrêt de la ligne 13.
    Claire : Si elle ne s'était pas permise, je n'aurais pas eu la chute de ce billet. Donc remercions-la !
    Minijupe : Merci. Bah j'assume, je n'ai aucun problème avec ma calvitie.
    MHF : Son miroir devait être aveugle pour ne pas lui dire qu'elle en mettait trop. J'ai réparé l'erreur. Et le saucisson est über-miam. Surtout avec un verre de pinard.

    RépondreSupprimer
  6. Pif paf! Bien envoyé!!
    Bravo Gentleman , ton regard vaut de l'or.

    RépondreSupprimer
  7. Et un coup de sac à main dans la tronche ? Mon avis ça aurait été plus efficace, les dindes ne comprennent pas le français au delà la structure sujet-verbe-complément. Tu fais des phrases trop longues!

    RépondreSupprimer
  8. en plus ce devait être une pétasse de bas étage, parce que maintenant, on ne met plus de fonds de teint mais des crêmes teintées invisibles qui cachent toutes les petites imperfections..
    En plus, elle n'y connaisait rien en mecs, les chauves ont beaucoup de charme, regarde mon homocalvitus, je ne l'échangerai pas pour un chevelu
    bisous

    RépondreSupprimer
  9. Ah l'universalité de la cagole...

    RépondreSupprimer
  10. Arrête de cracher dans la soupe ... sans ces personnes tu n'aurais pas de boulot ...

    RépondreSupprimer
  11. AnneJozefa : T'es mimi. Merci.
    PascalR : Je sais aussi faire dans les phrases sans verbe et sans complément : cf. mon billet de blog précédent
    Boutfil : Tu auras remarqué que je n'ai pas cherché à te piquer ton homocalvitus
    Eric : T'as oublié d'ajouter un smiley. Le smiley, un panneau où serait écrit "attention, humour !", permet au troll (l'Anonyme dans ces commentaires) à comprendre que ton commentaire est drôle. Sans smiley, le troll le trouverait misogyne. Quel con, ce troll.
    Anonyme : Ah ? Depuis quand n'a-t-on plus le droit de critiquer ? Parce qu'on a un job, on doit tout approuver ? Comme l'a écrit Maurice Roche, si je crache dans la soupe, c'est pour lui donner du goût.

    RépondreSupprimer
  12. Si t'es pas heureux dans ton job, casse toi !!!, y'a plein de gens au chômage et motivés qui voudraient être à ta place et, encore une fois, c'est grâce aux clients que tu travailles. Souviens t'en ! quant à tes phrases "pirouette" à deux balles ...
    Je serais ton employeur, j't'envoie direct à Pole emploi; d'ailleurs il suffit juste de lui donner l'adresse de ton blog ...

    RépondreSupprimer
  13. Anonyme : Tu sembles te plaire ici, et je n'ai pas assez de contradicteurs, alors bienvenue ! Je sais qu'en matière de morale, tu es mon maître. Donc, je t'écoute. Je critique mon job, c'est mal, tu as raison. Mon employeur a de l'humour, lui et ne me tient pas rigueur de mes remarques ironiques. Mais j'y songe... Si je poursuis ton raisonnement, je dois pointer à Pôle Emploi et donc, tu cotises pour moi ? Tu es bien généreux. Cher anonyme, tu es ici chez toi. Je t'aime et je t'emmerde.

    RépondreSupprimer
  14. Toi t'as lu le billet d'embruns :)))

    RépondreSupprimer
  15. J'ai pas compris pourquoi tu n'aurais pas de boulot sans les pétasses du métro ? ;)

    RépondreSupprimer
  16. Sacrip'Anne : Oui ! Rendons à Embruns ce qui est à Embruns : http://embruns.net/logbook/2004/10/27.html#feed-the-troll :)
    Carole Nipette : Parce que la pétasse du métro est jalouse de moi. Elle serait heureuse à ma place. Je lui donnerais mon poste, j'irais à Pôle Emploi en métro avec 2cm de fond de teint pour cacher mon désarroi. Et je remercierais Anonyme de m'avoir appris la vie.

    RépondreSupprimer
  17. C'est vrai qu'il met de l'animation le troll mais bon tu n'en as pas vraiment besoin...

    RépondreSupprimer
  18. chouette, chouette, un troll , ça manquait ici...

    RépondreSupprimer
  19. c'est pas gentil ça, tu as du tout lui craqueler son fond de teint à la contrarier ainsi :-)
    Un bon point pour toi et ton sens aigu de la répartie !

    RépondreSupprimer
  20. Dingue cette repartie que tu as!!! je veux la même!!! moi c'est tjs 3 heures après que la phrase cinglante arrive....

    RépondreSupprimer
  21. MHF : Tu veux que je te le prête ? (Vivement samediiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et la fête chez toi).
    Boutfil : Nous nous voyons nous aussi très bientôt :)
    Béalapoizon : Elle en avait assez pour résister à un siège, je t'assure.
    Fannouche : Je ne suis pas tout le temps réactif, loin de là !!! Mais pour des pouffes dans ce genre, j'ai un stock de réponses fleuries dans mon disque dur.

    RépondreSupprimer
  22. Rha toi tu es doué tu as de la répartie totu de suite, moi c'est deux jours parès l'évènement ! C'est frustrant !
    Sinon, le fond de teint, c'est le mal. Lol (sauf quand il faut cacher un peu la misère...)

    RépondreSupprimer
  23. Oh lala j'ai tapé mon commentaire comme une cochonne ! C'est la faute à mon mal de crâne :op
    On se voit samedi alors ? ^_^

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?