Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

9 perles dans ma vie d'hôtelier

Le vénérable Opéra Garnier, un soir après une journée de travail.
Ma visite mémorable et magique sur les toits de Paris : lien

Racontant certaines des anecdotes glanées grâce à mon expérience dans l'hôtellerie, je constate que les clichés sont tenaces. Le premier et le plus tenace de ces clichés qui vient à l'esprit de tous ceux qui écoutent mes histoires est celui attaché à l'affaire DSK. A croire que tous les fantasmes mais aussi la routine qui compose l'activité hôtelière dans les presque 2 000 hôtels parisiens, pour ne citer que le secteur me concernant, sont effacés purement et simplement de l'esprit du quidam.

Ceci dit, voici quelques bribes d'un quotidien dont je publie ici les perles :

(1) - A la cliente jetlaguée qui EXIGE d'avoir SA chambre pour se changer, à son arrivée (il est à peine 9 heures), je me mords la langue pour ne pas lui répondre : écoutez, Madame, je vous propose de partager la chambre d'un de nos clients, ou de faire votre départ dans 3 jours à 7 heures du matin (au lieu du midi contractuel) afin de donner satisfaction aux zigotos de votre espèce qui EXIGENT une chambre à leur arrivée matutinale.

Je précise que dans la majorité des hôtels, l'enregistrement se fait à 14h. Et qu'il arrive au client exigeant de louer une chambre la veille de son arrivée pour en profiter aux petites heures du matin s'il le souhaite.

(2) - Le cahier de doléances n'étant pas assez chargé, les clients demandent régulièrement à libérer la chambre à 13h ou bien plus tard dans l'après-midi. Ma réponse (payez un supplément au prorata du prix de la nuitée) les en dissuade à coup sûr.

(3) - Une barbapapa, euh pardon, une Saoudienne camouflée de noir, s'interroge (sous les ricanements de ses sœurs, cousines, amies et devant la mine imperturbable de leurs esclaves philippines) : Le Louvre ? C'est un magasin ?

Dans le petit hôtel quatre étoiles où j'officie, il est d'usage (bizarre) d'aller en chambre vérifier le contenu des minibars, descendre les serviettes, une partie des poubelles, etc. pour faciliter la tâche des femmes de chambre, pendant que le client savoure son petit-déjeuner. J'ai beau toquer à la porte, les déconvenues sont légion :

(4) - Un client américain victime de surcharge pondérale (ne pas dire gros, c'est pas gentil, hein ^^) bondit dans son lit, bel endormi tuyauté qu'il est à un respirateur artificiel, nu comme un verre et s'exclame : "JESUS !".

(5) - Hier, j'en surprends un autre benoîtement assis sur les toilettes, lisant son magazine. Me voyant débarquer dans sa salle de bain, il hausse un sourcil à peine offusqué. Je me confonds à nouveau en excuses et continue ma tournée des chambres supposément vides de clients.

Des anecdotes pas piquées des hannetons, j'en ai plein mon sac...

(6) - Le gars à qui je rends la jolie Porsche garée dans notre garage me tend une pièce de 1 euro. J'ai honte, me dit-il, mais je n'ai que ça.

(7) - Et parce qu'il n'y a pas que des mufles, l'aimable Américaine, Stéphanie de Miami, qui s'enquiert de mon parfum préféré et me rapporte une belle huitaine de macarons Ladurée surmontée d'un billet de 20 euros.

(8) - Une requête provenant d'un des multiples canaux de vente en ligne. Une énorme centrale de réservation (ça n'est pas comme s'ils ne connaissaient pas le métier) me demande s'il est possible de mettre deux lits dans une single. "Single" dans la langue de American Express, pour ne pas les citer, signifie chambre simple. 1 lit. 1 personne.

(9) - Le client qui s'obstine à ne pas écouter mes explications à sa question : "Pourquoi vos prix changent-ils comme ça, du jour au lendemain, et du simple au double ?" J'ai beau lui parler yield management, périodes chargées ou pour faire simple, loi de l'offre et de la demande, il insiste : BUT WHY ? Je réponds : BECAUSE. Et retourne à mes occupations.

 

21 commentaires:

  1. Tu nous fais sourire en tout cas avec tes anecdotes..
    Je crois que tu ne travailles pas aujourd'hui mais bon courage pour les suivants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Repos effectivement. Merci ma belle ^^

      Supprimer
  2. encore, encore des perles...j'adore...il faut parfois en rire sinon....de nombreux cadavres joncheraient les "grands" hotels
    Sincèrement votre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elliot. Ah ça oui, il faut en rire ou mettre des baffes. En rire est plus salutaire.

      Supprimer
  3. Elle met du soleil dans la journée Stéphanie de Miami !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils étaient doublement délicieux, ses macarons.

      Supprimer
  4. C'est donc une vraie Stéphanie : elle te demande ton parfum préféré et te ramène des macarons. Va comprendre Charles... Sinon, j'aime quand tu fais ton méchant^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En anglais, ça passait mieux. J'ai mal traduit, donc. Elle me demandait "my favourite flavour", mon goût préféré. Et je ne suis pas si gentil qu'on le croit. ^^

      Supprimer
  5. J'adore le "BUT WHY ?!", mais surtout le "BECAUSE."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue, j'étais assez content de mon "because" en forme de fin de non recevoir : le prix était à prendre ou à laisser, la loi du plus offrant pour dormir à 400€ la nuit.

      Supprimer
  6. Ton client américain qui s'écrie « JESUS ! » en te voyant vêtu dans sa chambre, si tu avais été nu aurait-il dit « OH MY GOD ! » ?

    Méfie-toi quand même, il pourrait s'en trouver un qui sorte nu de sa douche juste avant de partir pour l'aéroport et… enfin tu vois la suite ;-)

    RépondreSupprimer
  7. ce doit être quelque chose !! j'ai connu ça dans ma vie professionnelle, tout le monde me disait que je devrai noter et faire un livre, tu devrai le faire ! après on se souviens plus et c'et dommage , gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi pour ça que je consigne mes "souvenirs" sur ce blog. Bisous itou.

      Supprimer
  8. ton hotel c'est lequel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux pas le dire. Discrétion oblige.

      Supprimer
  9. L'hôtel... un monde entre deux mondes qui m'a toujours fascinée. Un lieu de transit, un cocon qui n'est pas à soi, un endroit où contrairement à partout ailleurs en pareille circonstance, on est servi. Où il se passe des choses si intimes: trôner aux toilettes devant un tiers, par exemple :), ou plus banalement, dormir, faire l'amour, se doucher....
    Je t'envie d'avoir travaillé dans ce monde, et de nous en faire profiter.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je travaille toujours dans ce monde. Et ça n'est pas tous les jours drôle. Mais le job parfait n'existe pas.
      Bises aussi.

      Supprimer
  10. Tu te moques, vilain, de la jetlagée. mais sache que lorsque je voyageai beaucoup, je ne reservai que dans des hotels dont je m 'étais assuré au préalable que ma chambre serait prête quelque soit mon heure d'arrivée. Il fallait que cela soi dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as eu de la chance. Voilà tout :p Car dans tous les hôtels où j'ai bossé, le "quelle que soit l'heure", on l'a toujours gentiment mouché. ça n'est pas le client qui décide. Tu as déjà été faire tes courses en dehors des horaires d'ouverture ?

      Supprimer
  11. La cliente saoudienne a involontairement donné un indice sur son âge,avant le Louvre des Antiquaires,il y avait à cet endroit,les Magasins du Louvre.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grands_Magasins_du_Louvre

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?