Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi

Le jour où je me suis marié

Sur la photo, un coquelicot et de vrais mariés, mes parents. 

L'inspiration s'étant fait un peu la malle, j'ai choisi de participer au sympathique concours organisé par la reine du # bouare sur Twitter (tweets dédiés aux activités alcooliques de Sa Majesté @Missblogdel) sur le thème d'un amour rocambolesque. Une histoire rocambolesque que j'ai déjà racontée (ici). Coucou la voilà, en une version nouvelle et expurgée. 

Même si ma tendresse pour la gent masculine n'est un secret pour personne, j'ai goûté en 1997 aux joies du mariage. J'ai une femme. Oui oui. Une histoire partie d'un défi. A l'époque tout était prétexte à la fête. Pour boire et danser jusqu'aux petites heures du matin. Dans l'allégresse, la douce folie que j'affectionne tant, le grand n'importe quoi. Les nuits blanches que j'ai vécues ! Aux amis d'alors, je suggère l'idée : pourquoi n'organiserions-nous pas un mariage ? Mais un mariage sans les chansons, les obligations, les jeux moisis. Un mariage où il n'y aurait aucun invité indésirable ou obligatoire. D'accord. Et le rôle du marié m'a alors échu naturellement. C'est toi qui proposes, c'est toi qui te maries.

Dans la clique de joyeux lurons dont j'étais membre actif, le choix s'est porté sur une dénommée Dominique. Qui est devenu ma femme.

A mes parents, que j'ai invités à la noce puis à la fête, j'ai déclaré : "Comme je ne me marierai jamais, c'est l'occasion de fêter ça... par un faux mariage." La tête de mes parents. Qui en avaient vues, des vertes et des pas mûres. Et qui ont suivi le cortège vêtu de façon extravagante (c'était le code vestimentaire, proposé mais pas imposé, "venez habillés de paillettes, de strass, de robes à fleurs ou crinolines, de chapeaux hauts-de-forme, ce qui vous chante") le long des rues paisibles d'un village de campagne. Au trou du cul du Périgord.

Devant la salle des fêtes que j'ai empruntée pour l'occasion, se tiennent nos amis, les amis de nos amis, une soixantaine d'invités, les témoins (nous avons choisi chacun une douzaine de témoins, en toute simplicité) et l'adjoint au maire drapé de son écharpe tricolore. Sur la jonchée, ma future et moi-même avançons sur la musique du générique de la série La croisière s'amuse. Vient le silence ouaté de brouhahas complices. L'adjoint lit la longue liste des témoins, les noms truculents, les professions ahurissantes, les adresses un poil connotées sexuellement, inventés pour le mariage. Les convives, les yeux ronds comme des soucoupes, ricanent. Nous prononçons nos vœux. Et, le livret de famille en poche, nous scellons notre union pour de faux par un baiser chaste.

Mazette. Nous avons festoyé, dansé, ri, bu, toute la nuit.

Aujourd'hui, je l'avoue. J'ai honteusement délaissé épouse et obligations maritales. Sans nouvelles depuis une bonne dizaine d'années de ma femme vivant dans le Bergeracois, je lui envoie ce soir une bise barbue et un coucou !

22 commentaires:

  1. C'était une idée bien sympathique a priori. Et fort bien narrée, ma foi.
    Après, tout est question d'humour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'humour et de joie de vivre aussi ^^

      Supprimer
  2. Arf ! Et les garçons d'honneur ? Qu'est-ce t'en a fait ? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, zut. Je ne me souviens pas avoir convoqué des garçons d'honneur.

      Supprimer
  3. C'est une idée assez folle et original! j'aime bien!!! A essayer..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Folle et simple. Essaie et tu nous racontes.

      Supprimer
  4. Quelle belle histoire rocambolesque ! Bravo t'es en lice pour la bouteille de vodka et le livre dédicacé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je gagne, je trinque avec toi, en vrai, enfin. Quoique. On trouvera l'occasion sans forcément le trophée.

      Supprimer
  5. et les photos du mariage? hein? où elles sont ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne les ai pas sous la main, elles sont dans un carton quelque part, en version papier glacé.

      Supprimer
  6. Tout simplement excellent...
    Tu es vraiment qqun d'extraordinaire toi...
    Bon, maintenant, tu pourrais faire une fête pour ton divorce?
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciiii bisous. Extraordinaire euh faut pas exagérer quand même. Mais le divorce, en voilà une idée de fête :)

      Supprimer
  7. Tu ne t'es marié qu'une fois? Tu n'es pas devenu polygame?
    Franchement, à ta place, moi, j'aurais réitéré.
    Ça a l'air trop rigolo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était très drôle, oui. Marié une fois seulement. Pas eu d'autres opportunités, en fait.

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Côté idées, t'es plutôt bien pourvue, pour tes Réveillons de l'an décalés ^^

      Supprimer
  9. Sous peu, tu pourras te marier "pour de vrai" !!!
    (ce qui gêne beaucoup de monde) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pour le mariage pour tous. Egalité des droits devant une institution aussi poussiéreuse qu'absurde (il n'y a qu'à voir le nombre de mariages qui tiennent la route pour s'en persuader). Les gays ont droit aux mêmes idioties que les hétéros. Aux mêmes droits fiscaux, matrimoniaux, testamentaires, etc.

      Supprimer
  10. heiiin t'es marié, à une FEMME donc j'aurais pu te harcelex sesksuellement quand j'étais ton esclave ?? ah non mince c'était pour de faux !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où as-tu vu que le mariage était sexuelle ? Tu étais mon esclave ? Ah bon. Quand ?

      Supprimer
    2. rhooo la mauvaise foi typiquement masculine, c'est TOI qui me présentes toujours sur twitter comme ton ex-esclave !!!

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?