Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Le pied sur Pluton, les points sur les i, la main sur le cœur

Votre serviteur à 3 ans. Cliché publié récemment sur Bébés Twittos

Les Twittos se racontent, se fritent, se rabibochent. Ils exposent leurs bobos quotidiens, leurs joies et leurs chouineries. Ils oublient parfois qu'ils ont été enfants. Bébés Twittos rappelle en un drolatique (et fascinant) Tumblr que les internautes que nous sommes ont été des petits diables.

Dans le bus me conduisant à mon lieu de travail, je tweete, j'échange, je devise, je philosophe-de-comptoir.

Une dame désigne un enfant dans sa poussette et m'interroge : "C'est à vous ?" La malheureuse ! Sait-elle que j'abomine la marmaille ? Dans le bus, le train, la rue. Mais souvent, c'est aux parents que j'en veux de céder au moindre caprice de leur progéniture ou d'avoir simplement baissé les bras. Je regretterais presque la disparition de SuperNanny, la Mary Poppins des années 2000 pour qui j'avais beaucoup de tendresse. Oui je tricote encore les clichés, je manie les poncifs. Mais quand je vois le dindon qui fait office de mère à la gamine s'excitant bruyamment sur sa console de jeux, la maman racle sa gorge, mâche son chewing-gum bouche ouverte, je ne m'étonne qu'à moitié que la fille imite la mère. Psychologie de bazar, certes. Mais un brin de vérité.

Avant de mordre mes contemporains, enfants ou pas, je tourne sept fois la langue dans ma bouche. Et trouve une excuse au plus détestable des comportements. L'adulte fait sa crise d'ado. Ça lui passera. L'enfant fait comme il peut. Je troque donc mon rictus agacé contre un sourire flegmatique. Je relativise. J'ai à mon tour été enfant et tête à claques. Puis adulte... et tête à claques.

C'est une discussion autour d'une coupe de champagne avec mon amie Claire qui est à l'origine de ce billet de blog. Caressée par le couchant délicieusement mi-figue mi-raisin, à une terrasse de brasserie, Place de la Madeleine, Paris, Claire murmure : "On devrait toujours avoir une photo de soi, enfant à 5 ans, accrochée à son frigo et se souvenir de temps en temps de qui on était vraiment."

Le bus épouse les pavés du Pont-Neuf. Je contemple le gamin qu'on croyait être mien. Quel sera l'adulte qui germe en lui ? Quels rêves aura-t-il poursuivis, accomplis, abandonnés ? Quels gadins, quelles victoires sur le quotidien, l'adversité, quels amours follement déçus ? Homo ou hétéro ? PC ou Mac ? Footeux, rugbyman, poète, magicien ? Mettra-t-il le pied sur Pluton, les points sur les i, la main sur le cœur ?

 

18 commentaires:

  1. Oooh comme j'aime ce billet!
    C'est agréable de démarrer la matinée avec le sentiment primesautier d'être un peu moins seule en ce bas monde.
    Mais attention! Qu'on ne se méprenne pas! Les gosses, je les aime bien.
    Seulement j'aime aussi qu'ils soient éduqués, c'est là que ça coince...souvent.

    Bises et continue à nous régaler de tes aventures!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu l'as malheureusement lu en l'état de super-brouillon. Merci pour tes compliments.

      Supprimer
  2. Le billet est terminé ! On peut commenter ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mauvaise manip. Tu as donc vu le (ADJECTIF) et découvre l'adjectif en question. Elle est pas belle, la vie ? Merci de ta fidélité.

      Supprimer
  3. Merci pour ce moment de nostalgie lucide

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lucide sur soi et les autres, pas toujours une sinécure. Encore que... lucide... tout est question de point de vue.

      Supprimer
  4. comme Froufrou, je me suis régalée, il n'y a rien de plus pour me coller de mauvais poil que de voir une dinde écervelée macher sa gomme hollywoodienne avec un air de vache périgourdine en déprime en laissant sa marmaille emmerder les voisins , va falloir un jour que je me défoule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'as-tu contre le Périgord ? Attention :p
      Les blogs servent aussi de défouloir et éviter de coller des baignes à tout ce qui crache, éructe, bave.

      Supprimer
  5. Lu et approuvé, avec un faible pour "L'adulte fait sa crise d'ado. Ça lui passera. L'enfant fait comme il peut." :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'adulte e--erde plus souvent son monde que ne le fait la marmaille, en fait, je crois, je suppute.

      Supprimer
  6. Eh bé, si un jour on doit envoyer sur Pluton des dindons qui mâchent leurs chewing-gums façon vache laitière tout en reniflant comme des cochons, il ne faudra pas s'étonner que les plutoniens nous déclarent la guerre^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou alors les Plutoniens ravis de trouver des extraplutoniens reniflant comme des cochons mangeront ces dindons et nous en débarrasseront par la même occasion.

      Supprimer
  7. On est d'accord. Pas plus tard qu'hier soir, j'ai failli engueuler une bonne femme qui laissait parler fort sa fille de deux ou trois ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Nicolas :) j'ai rétabli ton commentaire. Il était dans je ne sais quel entre-deux car le billet que tu avais commenté n'était qu'un brouillon publié par erreur. A + tchintchin.

      Supprimer
  8. un grand merci Laurent, ta baby photo est top!

    RépondreSupprimer
  9. Yannick Verbeux2 août 2012 à 03:33

    Entre têtes à claques soudain une Madonna vous offre des ladurees

    RépondreSupprimer
  10. En somme pour vous plaire mieux vaut être Madonna avec des macarons qu'une jeune tête à claque comme la votre ?

    RépondreSupprimer
  11. pour ma part,ma vie a commencee a 18 ans,va falloir que je trouve une photo a mettre sur mon frigo ;o)

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?