Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

mercredi

André, Rossy, Petula et moi

 Avec André Schneider

Avec André et Hervé Joseph Lebrun, délégué général du Festival Chéries-Chéris

Je ne vous parlerai pas de la requête Google du jour. Du gars qui a tapé "troll assis sur champignon" dans le moteur de recherche, pour atterrir sur mon blog. Mais de choses et d'autres. Des moments impromptus qui me font rencontrer aujourd'hui Petula Clark, parler avec elle, en attendant son taxi, de son dernier album (la dame a 80 ans !), de Genève, de pourquoi elle et moi aimons inconditionnellement Paris, de la chance qu'elle a de tant voyager. Rencontrer Joël Dicker qui me signe son dernier roman. Auteur "goncourable" sexy en diable. Chaque sourire qu'il me rend, je manque tomber en pâmoison. Ou échanger quelques mots avec Rossy de Palma.

C'était à la projection du Deuxième Commencement, film d'André Schneider dans lequel j'ai tourné récemment et pour lequel je joue le rôle de... Laurent. Le film était présenté pour la deuxième fois. La première c'était cet été à Dunas, aux Canaries. Puis vendredi après-midi au Forum des Images à Paris. A l'occasion de la 18e édition du festival Chéries-Chéris. Excitation et petite angoisse. Réaliser pour la première fois ce rêve de cinéma (après un petit tour dans le monde du théâtre il y a 6 ans). André et moi avions invité une huitaine d'amis venus nous soutenir. Mais alors, qui se déplacerait à 17 heures un vendredi pour un film et deux inconnus ? La joie et le soulagement lorsque nous avons vu plus d'une centaine de spectateurs venus découvrir l'histoire tournée entre Paris et Berlin. La perplexité, se voir sur un grand écran de cinéma. Voir tous ses tics, ses défauts. Voir sur la pellicule l'émotion que nous avions voulue donner çà et là. Entendre les rires à l'occasion d'un dialogue, d'une réflexion. Tenir nerveusement le micro en main tandis que la salle applaudissait. Par politesse je me suis dit. Evidemment. Par courtoisie. Parce qu'ils avaient aimé le film, osais-je penser. Répondre aux questions. Pourquoi le film ne durait que 51 minutes ? Où et comment André et moi nous étions rencontrés ? Quel message André entendait-il délivrer ? Aucun message, a-t-il répondu. Juste l'envie de raconter l'histoire de deux garçons s'aimant peut-être encore, longtemps après s'être séparés. Nous nous étions rencontrés en chair et en os pour la première fois pour le premier jour de tournage à Paris en décembre dernier. Connus via Internet. Comme beaucoup de gens aujourd'hui, ai-je répondu.

A la faveur d'échanges avec des amis et des professionnels, André songe à écrire deux ou trois scènes additionnelles ou davantage. Un épilogue. Afin que le film (devenant peut-être long-métrage) puisse être distribué en salles. Que sera sera.

Dimanche, sortant de la remise des prix du Festival Chéries-Chéris, nous croisons Pascale Ourbith, présidente du festival. Elle nous reconnaît, nous dit combien elle a aimé notre film. Nous la remercions sincèrement. A ses côtés, Rossy de Palma, pétulant membre du jury. J'évoque l'idée de prolonger le film. Je m'aventure à dire que nous pensons à un épilogue. Le visage de Rossy de Palma s'éclaire. Elle nous gratifie, dans son accent exquis, roulant les r, d'un "j'adoooorrrre les épilogues !"

----------
Mes précédents billets sur Le Deuxième Commencement :
Le Deuxième Commencement @ Chéries-Chéris (6 octobre 2012)
Le Deuxième Commencement. Bientôt. (14 avril)
Téléphone-pomme (12 février)
Où je fais semblant de dormir à Berlin (5 février 2012)
- Le 3e jour de tournage (5 décembre)
- Looking for Eiffel (3 décembre 2011)

 

10 commentaires:

  1. rooooooooooohhhhhhhhhhhhhhh sur la vie de tous les poissons rouges de l'univers que si ce film devient un long métrage je me déplace en France et je suis la première à venir le dévorer !!!!!!!!!

    Quelle belle aventure ! Je te souhaite qu'elle dure encore !!!! Merci de partager.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Doivent être bienheureux les calicobas nageant sur Pluton.
      Merci pour tes tendres voeux.

      Supprimer
  2. Merci pour ton joli commentaire, Raquel. Nous sommes vraiment débordés et reconnaissant et humble que les gens étaient si gentil. Ce petit film est une histoire affectueuse et vraiment beau.

    RépondreSupprimer
  3. Belle vie à ce film que j'ai bien envie de voir !
    Bz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi, s'il sort en salles ou en dvd, je ne manquerai pas de le faire savoir. Bz.

      Supprimer
  4. on a applaudit parce qu'on a aimé pas par politesse !!!!! c'est un joli petit conte et s'il a un épilogue ce sera super parce qu'il aura la minute nécessaire ( merci monsieur cyclopède ) pour passer dans la catégorie qu'il faut dans les salles, en tous les cas,on souhaite que pleins de gens puissent le voir , bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta fidélité et ton amitié. A bientôt ^^

      Supprimer
  5. Désolé de l'avoir râté, en fin de compte. Je voulais tellement être dans la salle, moi aussi, pour voir et - certainement pour les mêmes raisons d'autres personnes - applaudir. Bonne chance pour la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il était facile de rater la projection, sachant qu'il n'y avait qu'une séance. Merci pour tes aimables ondes :)

      Supprimer
  6. Thomas (viedetom)12 novembre 2012 à 15:44

    Bravo Laurent, c'est un ami en commun qui me parle de ton actualité. Ce film c'est votre chance à tous. à bientôt. Thomas (viedetom)

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?