Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi

Tabitou ?

- cc sa va
- ...
- t'habites Chambon?
- T teubé
- TTBM ex6T
- KO, dodo, tcho



C'est une fenêtre de conversation courte entre deux usagers de l'application Grindr sur leur téléphone intelligent. Les phylactères bleus c'est l'Autre. La bulle orange, c'est moi. 

Il m'arrive de m'ennuyer. 
Et de me désennuyer avec :
- Twitter
- Grindr
- Facebook
- et mille autres joyeusetés de la Toile intergalactique

Je mélange parfois les genres, prends Twitter pour Grindr et des vessies pour des lanternes. 

Il est d'usage de dénigrer les réseaux sociaux, d'opposer "IRL" (vraie vie) et déréalisation (l'internaute se coupe de la "réalité" et passe son temps à fomenter de sombres complots). Opposition stérile qui apporte autant de discussions stériles. Chacun son usage de la chose, chacun son chat. Ses excès (ou pas) et son équilibre. 

Considérer que derrière chaque échange cyber il n'y a ni affect, ni humour, ni perspective réjouissante de rencontre (entre deux consciences, deux sensibilités, deux corps), c'est penser que des plantes en plastique pianotent, clavardent, gloussent en agitant leurs feuilles poussiéreuses derrière leurs écrans.

Le bonjour à Mémé. 

26 commentaires:

  1. C'est quand même un poil déshumanisé, non ? Enfin après tout c'est vrai qu'une histoire qui commence par la question "act ?" doit aussi pouvoir déboucher sur un sentiment profond et durable dans l'absolu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui effectivement c'est très deshumanisant. C'est aussi très décevant. Mais je crois que ça dépend aussi de chaque personne qui est dans les réseaux. À toi d'offrir des échanges humaines... si les autres ne le font pas, c'est sur qu'on finira par trouver qqun qui aura une demarche similaire à la notre. Je l'ai pu vivre plusieurs fois heuressement.

      Supprimer
    2. Je ne souscris pas à la théorie "internet c'est le Mal" ni à toute forme de raccourci qui voudrait que l'échange via les ondes soit par défaut vide d'humanité. Mais évidemment, il y a à boire et à manger ^^

      Supprimer
    3. Moi non plus je n'y souscris pas... J'aurais pu écrire exactement la même chose d'une relation qui démarrerait par une brunette dans un urinoir ;-) c'est une question de contexte. Il y a plein d'endroits où tu peux retrouver de la chaleur humaine sur internet (des forums, des blocs, des sites de rencontre). Ce 'est pas le médium qui fait la relation mais ce qu'on met dedans.

      Supprimer
    4. Je voulais écrire branlette et non brunette... Merci mon téléphone prude ;-)

      Supprimer
    5. Je me demandais bien ce que pouvait être une brunette, une position que tu affectionnes, je me disais.

      Supprimer
    6. « une histoire qui commence par la question "act ?" doit aussi pouvoir déboucher sur un sentiment profond et durable dans l'absolu... »

      Absolument. Ce n'est qu'une question de longueur et d'endurance.

      Supprimer
  2. Je me sens assez identifié avec ton dernier paragraphe (pas celui de bonjour à méme). Les échanges sont de tous les types... dès les plus superficielles, en pasant par ceux qui font appels aux désirs les plus primitives, jusqu'au celles qui donne envie de savoir qui se cache derrière la PP que tu vois, les tweets que tu suis et les billets que tu lis. Il y a des deceptions, mais heuresement y a aussi des gens qu'on puisse faire passer du coté virtuel au monde réel. C'est la magie de donner le pas. :D

    é sa rest kan mm tro cool! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'en restais à mes déconvenues, je ne sortirais plus de chez moi comme je ne franchirais jamais le cap de la rencontre, d'abord cyber puis de chair, d'os et de sourires.

      Supprimer
    2. Le bonjour à mémé me va moult.

      Supprimer
  3. Je comprends rien quand il manque des lettres !
    Mais chacun fait comme il en a envie non... On n'est obligé de rien... ?
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument ! C'est ce que je dis, ma belle, chacun cherche son chat comme il l'entend. Bises.

      Supprimer
  4. Tu as soulevé une question fondamentale : Est-ce que t'habites Chambon ?
    C'est important de le savoir, nân ?
    Blague à part faut arrêter avec internet c'est le mal et les conneries du genre. On trouve sur ce genre de réseau social d'abord ce qu'on y apporte. Alors si l'on y trouve rien, peut-être se poser la question de ce que l'on y cherche réellement… et corollairement de ce qu'on y apporte… #JDCJDR

    Une expérience personnelle qui ne vaut que ce qu'elle vaut : un plan cul sur recon il y a quelques années est devenue une belle histoire d'amour qui a conduit mon partenaire à me suivre à l'autre bout de la planète. Et un bon nombre de mes amis avec lesquels j'entretiens (sans jeu de mots…) des relations profondes et de vrais échanges sont issus de PQR rencontrés sur des sites de drague. L'avantage, c'est que l'on est assez rapidement d'accord sur le cahier des charges, que ce soit pour ce que l'on veut, ou ce dont on ne veut pas, sans le jeu de séduction parfois gonflant de certaines princesses parisiennes dans les lieux de convivialité… OK, je sors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, mais ça n'a pas commencé par « STL ACT ? ». #antithèse

      Supprimer
    2. @ Eric : Comment dire, tu m'ôtes les mots de la bouche.
      @ Padawan : Bah tu chipotes, ça a bien dû commencer par des abréviations de ce genre (abréviations qui durent encore vous concernant, et c'est tant mieux.) Bisous les garçons.

      Supprimer
    3. Ah non, ce genre de langage est quasi rédhibitoire pour moi, sauf si le garçon a de la conversation sous une autre forme :D. (Et je pense que c'est pareil pour Éric.)

      Supprimer
  5. tabitou? tabitrennes??? (mouhahahaha! heu.... :S )

    RépondreSupprimer
  6. T'habites pu le Vieux-Port? t'habites à combien de km de Tours?
    (Tirons les Rois à bourg-la-Reine)

    Par contre, je me sens bien vieillir... qui peut me traduire "TTBM ex6T"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TTBM : très très bien monté (exigeant, le garçon ?)
      ex6T : excité

      Supprimer
  7. Je suis un peu perdu avec ce dialogue, là.
    Heureusement qu'il y a des réseaux sociaux où on utilise encore des voyelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 6 voyelles quand même bien utiles, hein ?

      Supprimer
  8. J'ai beaucoup pratiqué les nets rencontres dans ma jeunesse mais à l'époque il n'y avait pas encore le langage sms, dingue non ? :) d'ailleurs on utilisait beaucoup les mots, le beau français, la rhétorique, les sous-entendus même pour des plans culs... ah voilà que je deviens nostalgique de tout ce courrier échangé :) j'y ai rencontré le père de ma fille :)

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?