Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

lundi

un petit relent d'éternité



C'était un samedi, je recevais 33 invités, non, pas 40. Très très très très en retard dans mon agenda, attendant les 40 kilos de glaçons pour remplir le bar-baignoire, cherchant désespérément la râpe pour les zestes des 8 citrons. Non mais n'importe quoi moi qui choisis de faire 3 tartes au citron (je n'avais évidemment jamais essayé) + 3 quiches + 3 kilos de penne agrémentés de 8 kilos de légumes à couper en menus morceaux, j'en passe des vertes et des poivrons rouges, des oignons caramélisés. Des listes de musique soigneusement sélectionnée pendant des semaines pour tenir gais les noctambules, mes invités, listes qui n'ont évidemment pas été exploitées, pas complètement. L'appartement magique que m'ont prêté deux amis, Christophe, Bruno. Les 10 litres de planteur maison mitonné par @deefray. L'hommage aux fraises de ce blog et de mon compte Twitter : un fraisier (pas la pâtisserie mais la plante) s'enorgueillissant de belles fraises vert tendre, un invité vêtu d'un caleçon orné de fraises. Et puis des verres ornés du nom des convives, calligraphiés un à un par Amandine, maniant plus tôt la machette électrique (le robot ménager, quoi) sous mes augustes ordres. Un carton d'invitation devenu affiche, signé La Shampouineuse. Et des câlins et des cadeaux : la joie de mes invités ne se connaissant ni des lèvres ni des dents et papotant, guinchant, titubant un peu ivres ; un joli pochoir fait main représentant Rimbaud ; un poème de Baudelaire ; et la belle part d'un billet d'avion pour mon voyage en Australie. 


Et le message d'une amie (pardon, je fais preuve d'immodestie, de vanité, disons-le tout de go, en vous le livrant, mais pardon quoi, la vie vaut d'être vécue pour ça aussi) :

Tiens, justement: en bouffant, je matais "Philosophie" (arte) dont le thème était "éternité", disant à quel point l'éternité n'était pas l'immortalité ou dans l'au-delà mais dans l'art de l'instant. C'est ça desfraises... c'était exactement ça ton anniv', et toi aussi tu as un petit relent d'éternité. Des bécots!


4 commentaires:

  1. Oh le beau jour ! Enfin la belle soirée plutôt apparemment ... Erick :)

    RépondreSupprimer
  2. ... et toujours cette incroyable façon de raconter ... il fallait une aussi belle soirée pour ce compte tout rond ...
    sophie (des grigris)

    RépondreSupprimer
  3. Les fraises ont bien survécues ?
    c'était vraiment super, plein d'amour et d'amitié, bisous mon Lolo

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toi pour les sourires partagés...

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?