Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

dimanche 10 novembre 2013

Le 0,4081 m2 le plus connu du monde (ou pas)


Calme et volupté devant la Joconde, au Louvre
(cliquez sur l'image pour démarrer ou arrêter la vidéo, sur le petit bouton en haut à gauche de l'image, pour le son)

La vie est question de choix.
Ce matin, j'ai deux options : tournicoter dans ma niche tel un toutou désœuvré et attendre que le jour passe (pestant au passage contre ma voisine jouant du pipeau toute la sainte journée, est-ce que je la dérange, moi, avec ma lecture ?) ou accepter l'invitation d'une amie à se promener au Louvre. À propos de voisine : las de ramasser les cheveux d'une autre camarade d'immeuble, la voisine du dessus pour ne pas la citer, je saisis la touffe arrachée à sa brosse qu'elle jetait par la fenêtre et qui ornait mon pot de basilic un étage en dessous, je gravis l'escalier, je frappe, elle ouvre. - Bonjour, vous me reconnaissez ? Sous-entendu, votre voisin qui glisse régulièrement des mots doux sous votre porte. Celui qui vous a traitée de connasse le mois dernier. Visiblement, je l'ai tirée de sa sieste. Tant mieux. Je hisse la touffe de cheveux à hauteur de son regard contemplatif. - C'est à vous ? - Euh. - Vous avez une poubelle ? Tenez. Et je m'en vais, sans autre forme de procès. Que disais-je, Nadège ? La vie est question de choix. Cueillir sans broncher les cheveux de ma voisine ou lui payer mes hommages. Admirer un tableau de 77 cm x 53 cm, le 0,4081 m2 le plus connu du monde, La Joconde. Ou me retourner pour contempler Les Noces de Cana, œuvre monumentale de Véronèse, presque 7 mètres sur 10. Comme j'aime mettre le nez dans les détails (des tableaux) ! Vous aurez d'ailleurs noté le parapluie rouge assorti à la robe du violoncelliste dans l'œuvre de Véronèse. Ou le monsieur qui piétine la robe de sa dame toute de bleu vêtue. 



10 commentaires:

  1. il y avait encore la foule ! ça deviens difficile aussi le Louvre ! pauvres Parisiens que nous sommes nous n'arrivons plus à nous balader peinards dans les musées et les expos, j'ai pas pu amener mon petits fils au palais de la découverte , 3 h d'attente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la foule n'était qu'aux abords de La Joconde. Ailleurs, on déambulait tranquillement. Des salles immenses étaient vides de badauds. Le Louvre est assez gigantesque pour diluer la foule. Et pour ma part, ce dimanche, entre la file dehors et celle devant les caisses, 45 minutes, à tout casser.

      Supprimer
  2. Une solution : faire ses courses le dimanche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faire ses courses spirituelles au Louvre ou chez Castorama ou à l'église.

      Supprimer
  3. Ah, écoute, c'est qu'une femme, et il en aura au moins admiré une en peinture dans la journée...
    Quand je me retrouve avec du temps à tuer, c'est souvent au Louvre que me ramènent mes pieds en fin de journée. Moins de foule, les gardiens qui te poussent dehors... mais monde ou pas, moi aussi j'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contempler quelques toiles me suffit. Pas de visite marathon pour moi. Des petits bouts de visite. Ça me manquait, j'y retournerai.

      Supprimer
  4. Joli billet, une petite perle de fraîcheur.

    RépondreSupprimer
  5. La prochaine fois je t'embauche si j'ai un problème avec des voisins ;)
    le Louvre j'évite les week ends, je n'ai jamais vu la salle de la Joconde avec autant de monde, étouffant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était assez hallucinant, oui, de voir tant de monde agglutiné pour un "petit tableau de rien du tout." L'effet Da Vinci Code ?

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?