Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

mercredi

Le caissier et la dame à la violette

Photo de George Chelebiev © Creative Commons - Flickr

Petit retour en arrière sur ma période caissier-chez-Auchan :

Je dis bonjour à la dame. Elle ne me répond pas. Ses courses s’entassent sur le tapis roulant. Je les saisis une à une, les passe au scanner, les range dans les sacs plastiques, saisis, passe, range, saisis, passe… J’en ai marre ! Tous les jours, c’est le même cirque. Assis sur un siège inconfortable, je rêve de mon lit. Du fond de la galerie marchande perce un rayon de soleil. Il y a de l’air, une infinité de possibles. Je pourrais siroter un café, bronzer dans mon jardin, lire, m’évader, une amie viendrait frapper à ma porte et nous pourrions…

Le temps de ce voyage, vingt-cinq clients sont passés, ont réglé leurs achats, sont partis, après un au revoir monsieur, madame ou mademoiselle prononcé machinalement. Dix clients à l’heure, pas terrible ça. Une présence bienveillante m’a tiré de ma rêverie. Une vieille dame que je vois depuis plusieurs semaines. Nous n’avons jamais discuté. Je l’ai prise pour une autre, une voisine. Aujourd’hui elle revient, elle fait la queue, je la regarde. Elle fuit mon regard. Je saisis ses articles, puis les ensache, lui dis bonjour, vous allez bien ? Elle me répond par un large sourire qui illumine son visage. Pourtant ce sourire a quelque chose de cassé. Une émotion dans ses yeux la trahit. Elle me tend une main tremblante. Au creux de cette main, une petite enveloppe blanche. Il s’agit peut-être d’un pourboire et je n’ai pas le droit. Je ne voudrais pas décevoir son élan généreux. Ses yeux sont baissés. J’accepte discrètement l’enveloppe et la dissimule sous mes chèques. Je ne peux pas l’ouvrir maintenant, je vais attendre. Je ne sais pas quoi lui dire. Nous nous sourions timidement.

Elle s’en va. Un sac plastique à chaque bras. Elle a les yeux rouges, se retourne. Arrivée au bout de l’allée, elle se retourne encore. Craint-elle que je n’ouvre pas ? Mes pensées la suivent, l’accompagnent dans son trajet en bus, lui portent ses courses dans l’escalier, entrent et découvrent son appartement, les portraits qui sont affichés, lui tiennent les mains, engagent une conversation à mots comptés. Il faut pourtant que je revienne à moi, et continue de travailler. Les clients se suivent et se ressemblent. Le mécontent, l’irascible, la marmaille, l’absent. Je brûle de savoir ce que contient l’enveloppe. Un petit quart d’heure et c’est ma pause.

J’ouvre. Et là, point de pourboire mais un billet écrit, une liste manuscrite : « le langage des fleurs », et au fond de l’enveloppe, une violette.


-----
2e épisode de ma trépidante vie de caissier il y a quelques lunes : Sourire. Bonjour. Au revoir. Merci.

22 commentaires:

  1. Christine - Le Théâtre Côté Coeur27 janvier 2016 à 12:46

    Ssimplicité et pudeur. Des deux côtés de la caisse. Le sourire en plus. Encore une jolie hostoire. Une autre petit bonheur du quotidien. Le monde gagnerait à multiplier les Laurent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Laurent les Christine les prénoms de celles et ceux qui s'efforcent de voir ces petits suppléments d'âme. Merci pour ton passage par ici.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ravi que l'histoire te plaise. Un deuxième épisode tout bientôt ^^

      Supprimer
  3. Avec les caisses automatiques, on n'a plus ce genre de problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux choisir de passer à une "vraie" caisse tenue par un humain ^^

      Supprimer
    2. Juste de la compassion pour le prolétariat des services. Les machines n'ont pas de TMS.

      Supprimer
    3. J'ignorais ce terme de TMS. Wikipédia m'a renseigné :) J'ai heureusement échappé à ce type de troubles.

      Supprimer
  4. Encore merci. Encore un métier de service, et ce n'est pas par hasard. Il faudra bien des Laurents pour compenser les quotidiens froids et mécaniques. Bip !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si c'est un hasard. Ou si ça n'est pas un hasard, j'ai évolué à la faveur des jobs faciles à trouver. Bip itou !

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Utilisée jadis pour soigner les maux de tête, l'insomnie et la mélancolie. La violette pour soigner la mélancolie, c'est joli, non ?

      Supprimer
  6. Pudeur, sensibilité ... belle rencontre humaine. Merci pour ce partage. Toujours agréable

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi d'être passée par ici et au plaisir de partager encore mes histoires.

      Supprimer
  7. La violette, une fleur familière dont c'est bientôt la saison...
    Tes billets sont des petites bulles de bonheurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien les violettes sauvages que l'on cueille aux abords des sous-bois. Merci pour ta fidélité aux fraises et à la tendresse.

      Supprimer
  8. Dans le langage des fleurs, la violette est le symbole de la fidélité amoureuse... et une fois de plus tu nous montres ta fidélité à écrire des billets aussi doux et parfumés de sensibilité et de tendresse que cette petite fleur fragile, comme à chaque fois. Bravo. Laurent F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut croire que je suis fidèle. Merci Laurent pour ton passage ici et j'attends avec impatience ta prochaine contribution ^^

      Supprimer
  9. Je viens juste de me rappeler que je cueillais justement des petites violettes sur le chemin court qui menait entre chez mes parents et chez mes grands-parents... J'ai tjrs bien aimé ces petites fleurs...

    J'ai tjrs bien aimé lire tes billets :-)

    RépondreSupprimer
  10. C'est beau ! Belle preuve d'émotions partagées.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?