Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

dimanche

Lucky Luke contre l'arc-en-ciel et la mousse au chocolat

Illustration par @Luaurentt


Le train grande vitesse n°6123 roule en direction du Sud. Côté fenêtre place 84, le monsieur cheveux blancs lunettes cerclées, mine débonnaire, tient calée sur sa bedaine une bande dessinée. L'homme qui tua Lucky Luke. Il caresse chaque page qu'il a lue et tapote ses lèvres d'un air pénétré. Devant moi, la place 95 persiste à vouloir caler son téléphone contre une petite bouteille d'eau minérale. Elle vit sa vie de cylindre couché sur le flanc et roule. Il insiste. Elle roule encore. La dame à droite de Lucky Luke humecte son doigt toutes les trois pages de son hebdomadaire. Le jeune homme la vingtaine place 91 scrute les ingrédients sur le pot en plastique de la mousse au chocolat d'une marque bobobranchouille qu'il a rapportée de la voiture-bar. Gentiment chamailleur, il porte la dernière cuillère aux lèvres de son amie. Ils chuchotent un peu de portugais et rient sous cape. Le lecteur de Fred Vargas, à la place 93, snobe le sublime arc-en-ciel qui traverse le paysage de part en part. Le couple d'amoureux pointe du doigt le commencement et la fin du phénomène qui peinturlure le ciel. L'homme de la 84 jette Lucky Luke et s'empare de son Nikon pour immortaliser l'épisode en technicolor. En vain. Furtif et magnifique arc-en-ciel qui s'évapore sous la soudaine averse. Le train grande vitesse n°6123 fend la pluie à l'approche d'Avignon. J'abandonne un temps l'observation impudique de mes voisins et me plonge dans la lecture du monde en bande dessinée.

8 commentaires:

  1. Tes billets aussi sont, à leur manière, de petits arcs-en-ciel sur la toile.

    Et j'aime beaucoup ta nouvelle bannière :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis très content de cette nouvelle bannière. Mon blog n'en avait pas, en fait, et c'est LaurentfromMarseille qui me l'a suggérée et concoctée :)

      Supprimer
  2. tu va finir par le faire ton roman, tu pourra l'appeler roman de gare , ce sera un grand succès
    bises en couleur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y travaille j'y travaille. Le succès c'est une autre paire de manches.
      bises arc-en-ciel

      Supprimer
  3. Hahaha, savoureux et lumineux ! (en technicolor)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est rigoureusement vrai ^^ - merci pour ta fidélité :)

      Supprimer
  4. huM ! Delicious lucious strawberries !
    Merci pour ces instants de vie savoureux et si poétiques.;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes billets font double office : me désennuient des longs trajets en train et t'apportent fraîcheur et voyage intérieur :))))) Au plaisir du prochain voyage, donc.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?