Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi

Une nonnette au miel de ces petites choses

Roses trémières, boulevard Raspail, Paris.

16:58
Harassé par une longue journée de travail occupée à satisfaire la clientèle de l'hôtel où j'échange du temps et des sourires contre de l'argent, l'estomac asticoté par une petite faim, je grignote une nonnette au miel et à l'orange. J'imite les plantes perchées sur mon rebord de fenêtre parisien, j'absorbe le soleil en quantité, ferme les yeux et m'abîme dans mes pensées. Je songe à l'appel de ma mère effondrée, il y a un an jour pour jour, qui m'annonce au téléphone la mort de mon père. Je songe à la vie qui poursuit son cours, aux premières tomates du jardin qui n'auront pas été semées, cultivées, arrosées, bichonnées par mon père mais qui porteront son doux souvenir. Comme les petites choses qu'il m'a appris à saisir et chérir. Je songe à la chance que j'ai d'être vivant, d'aimer et d'être aimé en retour, de cueillir et assembler les mots qui racontent mes histoires sur ce blog, de dire oui, merci, non ou merde. Je songe à l'absurdité de ce monde qui mêle indistinctement tragédie et vanité, politiques et pokémons, barbarie et tendresse. Je songe à ma trottinette qui n'a pas beaucoup voyagé cette année. Je songe à la petite fille qui s'est assise dans le métro tout à l'heure, à la dame, inconnue, qui lui a laissé sa place, à la Tour Eiffel sur laquelle l'une et l'autre ont jeté des yeux écarquillés. Je songe au geste hésitant de la petite fille qui a ouvert la pochette de son sac à main pour extraire un bonbon papillote et l'offrir à la dame pour la remercier. Je songe aux petites choses dont je fais mon miel chaque jour et qui me disent distraitement que la vie vaut d'être vécue.

23 commentaires:

  1. Beau, émouvant, si vrai. Merci pour cette nonette au miel et à l'orange (elles me rappellent ma grand-mère). Pensées pour ton père. Oui la vie vaut la peine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton passage par ici. "La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie..." Alain Souchon :)

      Supprimer
  2. Tu me noues la gorge...
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et une cuillère de miel pour adoucir le mal de gorge, une. :)

      Supprimer
  3. Ce texte est très beau. Twitter est magique parfois, il fait découvert des personnes par hasard et là, je découvre à travers ce texte que l'on a beaucoup de points communs. Courage pour ce moment, difficile les anniversaires... En effet, la vie est belle, tous ces petits moments sont magiques et tellement de gens ne prennent le temps de les voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Astrid par ici et merci pour ton joli commentaire.

      Supprimer
  4. Je me suis balladée un peu, pris mes aises, jouée ma curieuse et lue les commentaires (eh oui, y a pas que toi, qui est curieux) belle découverte, beaux textes et surtout superbe philosophie de vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La curiosité n'est pas un vilain défaut. Merci pour ta chaleureuse visite.

      Supprimer
  5. Ce sont souvent des petites choses de la vie qui donne la richesse de nos journées. Il faut ouvrir les yeux et regarde autour de nous. Il faut profiter l'instant présent. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir. Je dirai même plus : ce ne sont que ces petites choses de la vie qui enrichissent nos journées.

      Supprimer
  6. La goutte au bout de mon nez apprécie beaucoup ce mermielleux texte !

    Merci pour ce fabuleux secret révélé avec délicatesse et tendresse. Des morceaux de vie généreusement mélangés avec quelques cuillères de miel, ça passe mieux et ça se déguste.
    Merci aussi pour ce partage qui va nous permettre d'ac-cueillir ce jour et de profiter encore mieux des suivants...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mermielleux, j'adore ce mot ^^ je le note.

      Supprimer
  7. C'est toujours aussi agréable de te lire ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merki. Ce sera bientôt mon tour de te lire !

      Supprimer
  8. Une fois de plus, j'entends le bruit du bonbon papillote sorti de la pochette et le silence de l'anniversaire et des tomates qui poussent...
    Merci Laurent.

    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ben et ravi de te compter parmi les fidèles lecteurs des fraises et de la tendresse :) Bel été à toi.

      Supprimer
  9. Il faut toujours accepter les bonbons offert par des inconnus. Merci Laurent de nous le rappeler si joliment

    RépondreSupprimer
  10. Parce que vous savez redonner le sourire à chaque fois et que même en citant un évènement tragique vous avez la poésie des mots . Merci , je suis heureux de vous lire , cela aussi nous donne le mérite d'aimer la vie

    RépondreSupprimer
  11. L'un de tes plus doux billets. Merci...

    RépondreSupprimer
  12. C'est beau, délicat, sucré amer, un peu comme la vie quand on sait s'y attarder pour la déguster; Merci pour ce très joli texte. Jamais déçue quand je viens traîner "chez toi"!

    RépondreSupprimer
  13. Ce sont les petits moments de gentillesse comme celui ci qui font qu'on peut se dire que les choses peuvent changer et repartir dans le bon sens.

    RépondreSupprimer
  14. Ce sont les petits moments de gentillesse comme celui là qui font qu'on peut se dire que les choses peuvent encore changer et aller dans le bon sens.

    RépondreSupprimer
  15. Je te le dis à chaque fois, tes mots c'est comme une nouvelle fleur éclose au petit matin, la spatule qui a mélangé le gâteau à lécher, une photos des jours heureux, c'est jubilatoire... <<<tu as le don de mélanger savamment des trucs qui piquent les yeux accompagnés de choses qui sèchent les larmes pour ne laisser que le goût d'un souvenir suave. J'aime tes mots et ta bienveillance et je m'en délecte à chaque occasion.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?