Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi

La caissière qui toussait sur mes panais, rue Daguerre




Je regarde d'un œil torve la caissière qui tousse sur mes courses. Elle scanne péniblement entre deux quintes de toux. Elle ferraille avec le code-barre du concombre bio qui refuse de biper. Elle s'y reprend à dix fois mais ne lâche pas l'affaire. Elle tousse encore, poumons offerts au chaland. Elle soupire un qu'est-ce que c'est ça quand arrivent les panais.
- Des panais, lui dis-je.
- Des panais, lui souffle sa collègue.
Le tapis roulant a terminé de lui jeter mes achats dans les mains.
- Vous payez en carte ? s'enquit-elle. Mais bon, vous n'êtes pas obligé, hein, ajoute-t-elle, un sourire fatigué mais sincère accroché aux lèvres.
Elle n'a peut-être pas perçu mon regard torve du début mais elle a senti ma contrariété à la voir partager ses miasmes.
- Excusez-moi, je tousse, lâche-t-elle, penaude.
- Vous vous soignez, j'espère.
- Oui, je vais acheter du Sterimer, on m'a dit que c'était bien.
- Prenez Actisoufre, vous voulez que je vous le note ?
- C'est quoi ?
- Vous le pulvérisez dans la gorge et dans le nez.
Les clients roulent des yeux agacés mais nous font gré de ne pas ébruiter leur impatience.
- Vous êtes médecin ?
- Non, dis-je en gloussant. Prenez aussi du thym, des tisanes au thym.
- Ah... soupire-t-elle, des recettes de grand-mère. Avec du citron et du miel ?
- Oui, parfait.
Elle me regarde avec un sourire bienheureux, comme si j'étais le seul humain à lui avoir parlé de la journée. Je lui dis au revoir et lui souhaite bon courage. La prochaine fois, je choisirai sa caisse, si elle travaille, et lui souhaiterai une bonne année, et la santé surtout.

23 commentaires:

  1. As-tu bien rincé et cuit tes légumes ? Telle est la question ! :-)

    RépondreSupprimer
  2. Christine - Le Théâtre côté coeur29 décembre 2016 à 11:24

    De l'humanité, de la simplicité, de la compassion, un sourire. Tout Laurent résumé dans cet échange. Ce qui manque trop dans cette société égoiste. Merci Laurent pour ces bulles de douceur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention :) je ne suis pas qu'humanité simplicité compassion sourire. Je me laisse hélas prendre au jeu cynique du monde. Pour me ressaisir parfois. Merci de ta fidélité !

      Supprimer
  3. Je me souviens d'une caissière d'un grand hypermarché, la semaine de Noël, qui répétait sans grande conviction à tous les clients "Joyeux Noël et Bonne Année", sans que personne ne lui réponde, ou juste un regard... Elle a été très surprise lorsque je lui ai répondu "oh merci, à vous aussi et surtout une bonne santé !" Tellement surprise qu'elle m'a bafouillé un "merci beaucoup" avec un petit sourire. La petite étincelle qui s'est alors allumée dans ses yeux, ça m'a marqué, l'impression d'avoir changé la journée de qqun, en 3 sec, et en faisant travailler ses zygomatiques. Et c'est super important de faire du sport, surtout en période de fêtes et d'excès !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on est sincère on ravive les étincelles. Merci pour ton joli récit ;)

      Supprimer
  4. De toute façon, les panais se mangent cuits et les microbes avec. Pauvre caissière. Trois jours de délai de carence...alors forcément, elle vient bosser malade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai mangé et digéré les microbes de la caissière, ceux des chalands qui avaient tripoté mes panais sans les choisir, ceux des employés dépourvus de gants, ceux des maraîchers, etc. Je vais bien ^^

      Supprimer
    2. Avoir de la toux n'empêche pas de travailler à condition de se soigner, c'est-à-dire d'aller consulter un médecin. À Paris, ce n'est pas compliqué : il y a des médecins à tous les coins de rue, et jusqu'à preuve du contraire, consultation et traitement sont remboursés et ne nécessitent pas forcément arrêt de travail... J'ai eu trois jours de carence durant toute ma carrière professionnelle, ça ne m'a jamais empêché de me faire soigner. Et je peux témoigner : ça ne m'a jamais tué.

      Supprimer
    3. Pour me faire l'avocat du diable, pour beaucoup 3 jours de carence ce sont 3 jours de salaire en moins. Le calcul est vite fait.

      Supprimer
  5. le nombre de personne qui oublient dire simplement bonjour me sidère toujours, je reprends systématiquement les gens, quitte à passer pour une emmerdeuse, c'est pourtant pas compliqué !
    bises mon Lolo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même principe pour ceux qui jettent aux quatre vents leurs déchets. C'est plus simple. Ça emmerde le monde mais c'est plus simple. Chercher une poubelle ça demande un effort. Pour revenir à "ma" caissière, pour ceux qui ont accepté les caisses automatiques, ne plus sourire à la caissière est devenu normal.
      Bisous ma poule

      Supprimer
  6. Les microbes ne peuvent que reculer devant tant de simple chaleur humaine......Si on savait comme le sourire, si simple à exécuter comme mouvement facilite la vie de celui qui le reçoit comme de celui qui le donne... qui de plus est gratuit, qui ne s'use pas, si on le savait, comme on le ferait plus souvent....Belle fin d'année gentil Laurent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chaleur humaine soigne. La preuve, la présence des clowns-médecins en milieu hospitalier.
      Très belle fin d'année à toi itou :)

      Supprimer
  7. Tu n'es pas toujours qu'humanité, en nez fée ^^ Mais tu as souvent de jolies idées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Je peine à trouver des idées à écrire, alors je lâche du leste, je trouve des astuces pour préparer mes billets, j'ouvre davantage l'oeil et la comprenette.

      Supprimer
    2. Du lest. Sorry for the coquille :)

      Supprimer
  8. Un texte tout en tendresse, pour une petite caissière dont personne ne se soucie. Votre échange de recette de grand-mère pour soigner son vilain rhume lui restera longtemps en mémoire et bien sûr la guérira. Merci de ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici. Faites comme chez vous, il y a de quoi se sustenter, et pas mal de douceurs.

      Supprimer
  9. Trop chou ! La gentillesse est un plat qui se mange à volonté.
    Gros bisous et très belle année 2017 à tous dans la joie et la santé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un plat qui se mange chaud ou froid en toutes saisons :) bonne année à toi & bisous itou.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?