Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Arrête de râler, c’est contagieux !

Je travaillais dans un château en Dordogne (). Je vous donne l'adresse, y a prescription, va.

Petit retour en arrière. 

J’ai parfois honni le riche ou l’imbécile, le bourgeois ou le sous-chef graveleux. J’étais probablement sous l’influence de ce collègue soupe au lait pour qui le Château ne trouvait jamais grâce à ces yeux. Rien n’allait. Tout partait à vau-l'eau. Ils verraient ce qu’ils verraient lorsqu’il les quitterait. Jamais il n’avait vu ça. La photocopieuse méritait bien un coup de pied, et il ne se privait pas pour le lui asséner. Je finissais par lui dire, me surprenant à rouspéter à mon tour contre les toiles d’araignée ornant tentures, appliques, et recoins du Château : « Arrête de râler, c’est contagieux. » J’avais vite compris ce qui l’eût contenté: un hôtel sans clients pour l’emmerder.

Une semaine plus tôt, un client VIP souhaitait utiliser une de nos salles fitness. Il avait d’ailleurs choisi le Château pour ses salles fitness. Un énervé des machines à faire souffler comme un bœuf et gonfler les biscotos. Mais après tout, chacun sa marotte. Il fallait lui en donner pour son argent. Je m’enquérais donc du passe général et lui ouvrais sa caverne d’Ali-Baba.

Donnant ensuite les consignes à l’ami soupe au lait – laisser à ce client l’accès libre à son dada – je le vois bouillir. « Non mais oh ! on leur donne de mauvaises habitudes… » Les bras m’en sont tombés. Je vous épargne la suite du dialogue où je lui explique grosso-modo que sans client, il pourrait jouer aux boules tout son soûl. Et sans salaire.

- Oh là là, y a du monde demain. Peuvent pas rester chez eux ? Fait chier.

Mais ce qui le met véritablement hors-de-lui, c’est le client anglophone qui ne parle pas français. Dans un élan de mauvaise foi assez truculent, il vitupère : « Ils ne font aucun effort. Jamais vu ça. Tu vas dans un pays, tu parles la langue, c’est la moindre des choses. » J’aimerais bien l’y voir, avec son pull mal ajusté, sa cravate peinant à atteindre sa ceinture. Partirait-il à Java qu’il parlerait le javanais ?

Un soir de juillet, un orage surprit le Château et ses résidents. La collègue réceptionniste courait avec ses seaux pour contenir bon an mal an les fuites ici et là ; elle répondait à la panique des clients par le sourire et une épatante efficacité. Elle avait terminé son service depuis une heure déjà, mais au diable l’avarice. Plus de wi-fi, plus d’Internet, plus de téléphone, plus de standard. Deux clients britanniques se présentent à la réception s’alarmant de ne pouvoir appeler leur famille au pays.

Joignant le geste à la parole, l’ami soupe au lait rétorque : « standard. téléphone. BOOM. » et tourne les talons, dévoilant des chaussettes blanches sous un pantalon de costume aux ourlets partis en grève illimitée.

Standard. téléphone. BOOM.




Illustration: William-Adolphe Bouguereau – La Soupe (1865)

15 commentaires:

  1. Travailler avec un mec pareil, c'est une sinécure ! fallait qu'il rentre à la sécu , il a loupé sa vocation
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nos élites produisent quelques sinécures, et pas qu'un peu. Le Sénat, le Conseil Économique Social et Environnemental, pour n'en citer que deux :-)
      Bisous itou.

      Supprimer
    2. Pourquoi à la sécu ??? ;)

      Supprimer
    3. J'sais pas. Boutfil a dû avoir une expérience difficile avec des préposés @ la sécu :-)

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Ahahahaha (private joke) - hier nous avons eu le plaisir d'accueillir un arrivage d'aigris :)

      Supprimer
  3. Quel sublime domaine ; j'aime énormément cette pierre blonde, si caractéristique. La Dordogne est un pays magnifique, j'y séjourne tous les ans depuis que l'un de mes amis y a acheté une maison, et je ne m'en lasse pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y travailler était... compliqué. Mais j'ai de bons souvenirs de "promenades" en golfette ^^
      Je confirme, la Dordogne est un pays magnifique, je l'ai parcouru en long en large en travers et je ne m'en suis jamais lassé. Je n'ai hélas pas eu l'occasion d'y retourner depuis 2011

      Supprimer
  4. ahlala, les collègues râleurs, largement plus insupportables que les clients râleurs, parce que les clients finissent par se barrer...
    Un hôtel sans client par contre, ça me fait penser à un livre d'un petit auteur, Shining, je sais pas si tu connais :p Mieux vaut des clients qu'un collègue qui pète un plomb complet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En dehors de son côté bougon, c'était une personne tout à fait sympathique, mais sans les clients.
      Ça me fait penser que je n'ai pas lu Stephen King depuis vingt ou trente ans :-)

      Supprimer
    2. Et bien je suis dans la lecture (qui traîne certes mais un peu débordée en ce moment) de Dr Sleep, la vie de l'enfant de Shining, et c'est pour ça que l'idée d'un hôtel vide de ses clients m'y a fait penser direct ;)

      Supprimer
  5. Christine - Le théâtre côté coeur2 avril 2017 à 09:54

    Les râleurs et les râleuses, quelle plaie quand ce sont les collègues. J'en ai une tripotée autour de moi. Je résiste tant bien que mal au rique de contagion mais elles sont épuisantes. Heureusement il y a les petits billets de Laurent qui distribuent leur dose de sourires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tu vois, c'est difficile de résister à la contagion.
      Merci pour ton compliment :-) donne-leur à lire ce billet et attends leur réaction...

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?