Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples. (Blog garanti sans écriture inclusive)

mercredi

Je suis passé par le parc



J'ai terminé ma journée de réceptionniste d'hôtel — commencé dès potron-minet, fini en début d'après-midi. Pris le métro pour atterrir à Cinq Avenues en un saut de puce, glané six emplettes, chocolats, tulipes, Patti Smith et Anna Gavalda, traversé le parc du Palais Longchamp pour rentrer à mon maison-doux-maison.

C'est un itinéraire que j'apprécie particulièrement, pour peu que l'accès de service soit ouvert et me permette de couper « à travers champs ». L'accès fermé, il me faut alors longer les dernières grandes cages vides de l'ancien jardin zoologique, traverser le parking, croiser la route d'un rat insomniaque, faire le grand tour. Fort heureusement, quatre fois sur cinq, les grilles de l'accès de service m'offrent la voie royale, le raccourci.

Nous sommes mercredi, jour des enfants et jour de vacances, double peine pour les parents impatients.

Un garçonnet inspiré ramasse un bout de bois et se fait gourmander par une maman grincheuse qui glapit : « Lâche ça, lâche ça, lâche ça, lâche ça. » Une fillette signale à sa nounou que le rapace en fibre de verre rose bonbon est cassé. Dans l'immense cage abritant des répliques d'animaux, les débris jonchent le sol. Pour ma part, je vois l'oiseau mordre la poussière de guingois depuis belle lurette. Aucun employé des jardins de la ville de Marseille n'a eu de sympathie pour le volatile déchu devenu déchet.

Je n'ai pas le temps de me poser dans l'herbe au soleil que deux fillettes s'approchent et me proposent de leur acheter des billets de tombola : « Le premier prix, c'est un gros gâteau.
— Un gros cadeau, la reprend sa camarade. Un hoverboard.
— C'est quoi un hoverboard ?,» dis-je.
Les deux gamines me miment l'engin. Plus par sympathie que convoitise, je leur achète deux tickets. Elles courent jusqu'à leur mère pour crier victoire; elles ont plumé de deux euros un nouveau pigeon.

Deux dames bras dessus bras dessous. La mère âgée clopine, la fille tient à la main une pelote de laine. Elles se chamaillent à propos de Facebook qui ceci qui cela.

L'âne apporte sa contribution, il brait.

Une coccinelle mutante escalade le brin d'herbe, déploie ses élytres, part explorer le monde.

12 commentaires:

  1. Coucou la belle promenade que tu fais là, nous, nous venons de faire la première grande marche des beaux jours, 4,30 kms, histoire de voir si la cheville de l'homocassegueulus se remet en place, il fait beau et chaud et le canal est en forme avec ses jolies bords fleuris et les péniches qui sont contentes de voir du monde au bord
    bisous ma poule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ma poule, ravi que vous ayez repris vos promenades dans Paris. Paris me manque un peu mais la vie ici est différente, spacieuse, ensoleillée et amoureuse, alors je ne me plains pas :-)
      Je t'embrasse itou.

      Supprimer
  2. Je découvre un Marseille que je connais pas à travers les yeux d'un amoureux transi.
    ça fait envie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marseille est immense, fascinante, belle et sale, maltraitée, pauvre et bourgeoise. Tout y est. Je m'efforce d'y voir les petits riens qui la rendent belle et j'occulte l'incivilité qui me heurte souvent.
      Les Marseillais ne sont heureusement pas ceux que l'on voit dans l'émission idiote du même nom.

      Supprimer
  3. Tes notes sont toujours truculentes, tu as l'art de raconter les petits riens de la vie en billets passionnants pour tes lecteurs. Merci de ces partages qui sont un petit plaisir succulent à deguster.
    Avec Tom, nous rentrons de la déchetterie 😋😵 (moins buccolique que ton retour du travail) mais intéressant pour la discussion que nous avons dans la voiture pendant le trajet.
    Bon mercredi, à bientôt 🙋😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta lecture avisée. Ravi que cette visite à la déchetterie soit source d'enseignements pour toi et Tom.
      Puisque ce mercredi est bien entamé, je te souhaite une très agréable soirée.

      Supprimer
  4. Merci, une fois de plus, Laurent, pour ton billet.
    Je me suis posé une question : comment sais-tu que la coccinelle est mutante ? ;)
    Bisous.
    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai supputé qu'elle était mutante, qu'elle avait soit survécu aux pesticides, soit développé certaines résistances aux "produits phytosanitaires". La coccinelle après Monsanto-Bayer.
      Bisous.

      Supprimer
  5. "mon maison-doux-maison", j'adore. Mais tellement^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pô mal hein ? #autosatisfaction ;-)

      Supprimer
  6. Au moins, le nouveau pigeon qui se fait plumer par sympathie n’a pas le nez dans la poussière et nous fait déployer les ailes de la rêverie. J’aime bien aussi le maison doux maison #autosatisfaction

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire.
      Vous devez être à votre tour arrivées l'une et l'autre à votre maison doux maison.
      Par ailleurs, si vous souhaitez être alertée de mes nouveaux billets (par un mail fait main), il y a le petit formulaire en haut à droite du blog --> infolettre.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?