Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

mercredi

La gentillesse des inconnus


J'avais déjà écrit sur le sujet dont le traitement est un océan de chroniques. La gentillesse des inconnus. Ou des étrangers, c'est selon. Selon qu'on décide de traduire "the kindness of strangers" par la gentillesse des inconnus ou des étrangers ; la gentillesse des étrangers, qualité à laquelle s'accroche éperdument Blanche, personnage de la pièce phare de Tennessee Williams, Un Tramway Nommé Désir.

Je ne vais pas écrire une dissertation sur le sujet. Il faudrait, pour cela, que j'entre dans le détail du personnage et sa folie et du pourquoi je m'identifie à elle, étrangement.

Je me contente de livrer ici quelques exemples :

Ma gardienne qui pose un mot sur ma porte parce que j'ai eu l'étourderie de laisser mes clés sur ma boîte aux lettres.

L'inconnue dans le métro qui tend un sourire à mon humeur mélancolique.

Le clochard qui me donne un proverbe arabe : "L'optimiste regarde la rose et ne voit pas les épines ; le pessimiste regarde les épines et ne voit pas la rose."

L'inconnu qui me donne quelques milliers de Rands à l'heure où je suis sans le sou, perdu dans un village portuaire à 3 heures de route du Cap en Afrique du Sud. Sans contrepartie. 

Et plus récemment, à l'hôtel, un client qui m'offre un cadeau. 

Quand Richard arrive et me reconnaît, il ignore les raisons pour lesquelles je le reconnais. Il exprime sa joie de me voir au même poste. Je me souviens de la dernière fois que je l'ai vu. Il y a un an, je l'aidais à récupérer sa valise, lourde comme un âne mort. Un rictus de douleur me traverse de part en part. Je fais mine de rien. Il ne saura jamais que sa valise, ou plutôt mon imprudence, a causé six mois de tracas, une entorse grave du poignet droit, fracture du scaphoïde et rupture de ligaments, nécessitant pléthore de consultations, hospitalisation, opération, rééducation et tout le tremblement. 

Je l'accueille avec la chaleur que je m'efforce d'offrir à chaque client. Il gagne sa chambre. Je le revois le lendemain. Designer et commercial de sa propre marque, il m'offre un cadeau. Je me perds en interprétations et considère l'incroyable ironie de la situation. 

Son cadeau est en quelque sorte une très jolie et inconsciente réparation des dommages. 


8 commentaires:

  1. Ces petites touches d'humanité que les inconnus laissent dans notre coeur sont très reconfortantes....
    (Quel est donc ce cadeau?)
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Et le mystère dans tout ça ? Que fais-tu du mystère ?)

      Supprimer
  2. Ou bien "la délicatesse des gens normaux" qui répare nos cœurs blessés par les sauvages ! Un joli texte. Plein de bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta fidélité et ton active participation à "la gentillesse des inconnus". Bises itou.

      Supprimer
  3. Et ce billet, je le reçois comme un petit cadeau d'anniversaire (publié le 28, date de ma naissance...)

    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le dit à peu près l'adage, (surtout à peu près) : "Vieux motard que j'aimais". Joyeux anniversaire Ben !

      Supprimer
  4. J'ai été ce matin un inconnu. J' ai aidé une femme dans le métro à porter sa lourde poussette de marché... elle m'a souhaité du bien et du bonheur avec tellement d'emphase que les deux jours qui ont suivi ont eu leur lot de bonnes nouvelles. Voilà pourquoi ton billet a fait tilt dans ma petite tête. Merci pour tes belles graines!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est qu'on appelle l'onde de charme. Une action généreuse a des conséquences. D'heureuses conséquences. Merci Bub pour ta participation à "la gentillesse des inconnus."

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?