Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

samedi

(b)rêves (5)

 

Francis en moule — autocollant sur fond html 

Attention, ce préambule est tiré par les cheveux. 

Si vous tombez pour la première fois sur ce blog, vous ne connaissez pas l'animal ; vous ne comprendrez donc pas le pourquoi du comment de la liste qui suit (et des quatre précédentes). Faisons les présentations : j'aime lire, écrire et m'émerveiller des choses toutes simples. Curieux de nature, je m'intéresse à (presque) tout. J'aime rire des blagues potaches ou idiotes. Exemple : Monsieur et Madame Fonfec ont une fille, comment l'appellent-ils ?* 

Les infos, d'où qu'elles proviennent, sont pour moi une source inépuisable de perplexité. J'aime les carambolages, le mélange des genres, la complexité de l'homme et de ses hobbies. J'aime débusquer le diamant brut dans l'océan de caca que nous vendent Cyril Hanouna et Vincent Bolloré, pour ne pas les citer. Trêves de clavardage, voici le (b)rêves (5).

Rappel, vous pouvez cliquer sur les liens, ça ne mange pas de pain avec ou sans gluten.


⭐ Tom Curtis recrée au pied de la lettre, de façon stricte et drôlissime, les dessins naïfs de sa fille. Pour moi qui n'ai pas beaucoup grandi, c'est un enchantement. (son compte Instagram : thingsihavedrawn)

⭐ Au pied de la lettre... Ça me fait penser à Muriel Robin. Elle recréait sur scène les expressions les plus emblématiques ou familières du langage courant et c'était hilarant. Avoir d'autres chats à fouetter ou enculer une mouche prenaient avec elle une dimension burlesque. 

⭐ Pour Gims, chanter pour la Coupe du monde au Qatar, ça ne se refuse pas. (Gala) Eh bien, si si, ça se refuse. Rod Stewart n'a pas voulu de l'argent sale de la FIFA (plus d'un million de dollars — The Times)

⭐ Pour lutter contre la constipation avec la torsion assise ou évacuer les gaz avec le Pawan Muktasana, il faut lire la page 26 du magazine Nous Deux avec Laeticia et Johnny en couverture.

⭐ J'ai apporté mon petit gravillon à la campagne de crowdfunding qui a lancé la bédé Animan d'Anouk Ricard. Francis, alias Animan, se transforme en chien, en serpent ou en moule (illustration de ce billet) pour résoudre des enquêtes. C'est truculent, irrésistible. Francis vit avec Fabienne, une grenouille fan du réseau TiKTok. La BD fait partie de la sélection officielle du Festival d'Angoulême 2023 et de mes coups de cœur. Idée cadeau 🎁

⭐ À Melbourne, les cacatoès à huppe jaune balancent des pots de fleur sur les terrasses de café. Selon l'article du Guardian, l'oiseau étant très sociable, il témoignerait ainsi de son agacement ou son ennui à ses comparses humains.

Ervé est dans Marianne (et ici 👈). Pour s'offrir et offrir son livre 👉 c'est là ou chez votre libraire chéri·e.

⭐ 99%. La quasi-totalité du réseau Internet passe par les câbles sous-marins. Plus chers et moins rapides, les satellites représentent le 1% restant. (La Revue Dessinée). Ces (b)rêves ont peut-être traversé l'Atlantique, bravé le Triangle des Bermudes, frôlé les pectoraux d'Aquaman, planctons et raies manta avant de surgir dans vos flux RSS.

⭐ Qu'est-ce que l'anatidaephobie ? C'est la peur* d'être observé par un canard. (Femme actuelle


---

* Sophie

* À l'origine de cette peur irrationnelle fictive, il y a un auteur de dessins humoristiques américain, Gary Larson. Spécialiste de l'humour absurde et cynique, il publie en 1980 le premier dessin d'une longue série baptisée The Far Side dans le journal San Francisco Chronicle. (Femme actuelle)

vendredi

Ervé dans Marianne

Cliquez sur l'image pour lire l'article

 

Je n'ai pas écrit de billet pour le livre d'Ervé qui a l'amitié de lire ce blog. Je me rattrape en partageant l'excellent papier d'Ève Charrin dans Marianne et vous conseille chaudement l'achat de Écritures carnassières, éd. Maurice Nadeau. La plume d'Ervé est acérée, sans concession, poétique, bouleversante, nécessaire.

lundi

J'ai épousé un YouTubeur — épisode 2

Maman pizza et ses petits 🍕

Je blogue. Il vlogue*. J'évoquais le projet de chaîne à trois thèmes, la chaîne YouTube de ma moitié. C'est en construction. Il se fait la main sur le logiciel de montage, il se débrouille plutôt bien, je trouve. L'accroche vidéo est prête. La première recette est dans la boîte... ou presque.

Ce sont beaucoup de préparatifs, de notes, de tu me passes ci, je te donne ça, tu coupes là, tu repositionnes la caméra là. 

— Tu es sûr que ça filme ? dis-je à plusieurs reprises, perdu dans le déroulé.

Le chef est catégorique. Oui oui, y a le bip d'enregistrement et le signal d'arrêt. Le pas à pas que nous avons écrit nous aide à ne louper aucune étape. Il râle : on voit ta main ! On recommence. Le pied a bougé. On recommence.

Mine de rien, j'apprends la cuisine avec lui. Déjà l'informatique, un peu. Aujourd'hui, la cuisine. 

Puis l'étonnement : tiens, 28 Go, c'est beaucoup quand même pour 10 minutes de rushes. 

La stupeur : 

— Ooooooh nooooooooooooon, on n'a filmé que les préparatifs. J'ai 44 minutes de vidéo !

On ne voit que les défauts, le set de table censé aider au cadrage jure à l'image, les rayures, même ton sur ton, même jolies, en vidéo, c'est proscrit. On s'est filmés "à notre insu de notre plein gré" : notre reflet dans la vitre du four, accoudés (avachis, plutôt) au plan de travail. Sur le plan censé montrer l'ouverture du micro-ondes, je commente :

— Oh, non, c'est moche, on voit les courses derrière le rideau ! 

Le découragement : faut tout refaire. Tout ce qu'on pensait filmer, on ne l'a pas filmé. Tout ce qu'on ne pensait surtout pas filmer, on l'a filmé. 44 minutes de commentaires idiots, de remarques inutiles, de réglages foutraques. Le fou rire, enfin :

— Les gens vont dire "ooooh ils achètent la même brioche pour le petit-déjeuner que nous" ou "hihihi la boîte de médocs pour les jambes lourdes"... 😱

C'est notre bêtisier à nous. Imaginez le cinéaste qui dit MOTEUR pour les pourparlers, le positionnement des acteurs, les "joue-la plutôt comme ça", les cafés, les commérages, tout sauf le scénario, et dit COUPEZ quand les acteurs commencent à jouer**. Bah, c'est nous 😂


---

* Vloguer (néologisme) : produire du contenu vidéo sur les réseaux sociaux. 

** Comme dans le génial Living in Oblivion (Ça tourne à Manhattan, en français).

dimanche

(b)rêves (4)


Dans ce (b)rêves (4), je passe du coq à l'âne, du choupisson au mirage de sanglier, de deux tueurs comme larrons en foire au Téléthon. Avouez, ces carambolages (comme ceux que vous rencontrez quand vous écoutez les infos) ça pique la comprenette. Vous me pardonnerez enfin l'incursion d'une vieille brève (la dernière) dans cette liste incongrue (2017, c'est presque l'Antiquité en temps internet). Et comme disait Jacques Martin depuis le Théâtre de l'Empire, avenue de Wagram : bon dimanche, sous vos applaudissements !

⭐ Vous connaissiez le terme de choupisson ? C'est ainsi qu'on appelle le bébé hérisson ou hérissonneau. (Wiktionnaire)

⭐ Jonathann Daval s'entend très bien avec Guy Georges, si l'on en croit la maman du tueur, au micro de RTL. Elle ne nous a pas dit s'ils jouaient à Cluedo. 😱

⭐ Un sacheur chassant sachet a pris son frère pour un sanglier et lui a tiré dessus. Le sanglier est sain et sauf. (La Montagne)

⭐ Les Québécois arrivent au bureau beaucoup plus tôt qu'en France. (Les Echos Start). 6 heures plus tôt ? C'est le décalage horaire entre Marseille et Montréal. 🤪

⭐ "Je sens que cette nuit mon cerveau va chanter au lieu de dormir." – l'amie Sylvie à propos du dernier album de Mylène Farmer que j'écoute moi aussi avec ferveur. 

⭐ J'ai découvert un nouveau raccourci clavier. Touche Windows (les quatre petits carrés figurant un écran, le logo de Windows, quoi) + la touche point-virgule = le clavier émojis.

⭐ Il cambriole un appartement et s'endort sur le canapé : il retourne en prison. (L'Est Républicain)

⭐ Un bas de laine à exploiter pour la bonne cause ? Rendez-vous sur la cagnotte de l'amie Élodie pour le Téléthon, là 👉 ici ! Ou en cliquant sur l'illustration de ce billet, au choix.

⭐ Ivre et armé d'une carotte, il agresse le maire de Bergerac. (Sud-Ouest) Bonjour à mes amis bergeracois, forcelais et prigontins 😘


mercredi

Le chien debout



Quand il m'emmène au parc Longchamp où les humains sont tolérés, nous passons le long d'une murette qui longe un bout de terrain où jouent ses copains. Il se dresse sur ses deux pattes arrières pour voir s'ils sont là. Le "petit" Tokyo, 20 kilos, fête ses un an la veille de Noël.

samedi

(b)rêves (3)

J'ai encore trouvé quelques pépites, des brèves pas piquées des hannetons. Je brûle de les lire à mon mec chaque fois que je les dégote. À quoi il me répond, non, je lirai quand tu publieras. Il n'a pas tort. C'est un peu comme s'il me proposait de goûter les ingrédients du plat qu'il mitonne : tiens, goûte donc cette farine ou, apprécie l'onctuosité de ce jaune d’œuf cru. Non merci, je savourerai le plat une fois celui-ci terminé. Bon appétit ou plutôt bonne lecture. N'oubliez pas, je vous ai encore mis plein de liens. 


⭐ Hiromu Takahashi a tenté de figurer dans le Guinness Book des Records en faisant glisser la fermeture Éclair de son pantalon un maximum de fois en trente secondes. (YouTube)

⭐ Midterms. Un élu démocrate de Pennsylvanie a été réélu à une majorité écrasante. Le hic, c'est qu'il était décédé depuis un mois. Les électeurs vont devoir retourner aux urnes (pas funéraires). (tf1info.fr)

⭐ Nous avons fait un crochet par la maison de la Chieuse de Saint-Jean-du-Gard. (photo)

⭐ Lisant l'excellent Society, j'apprends qu'il existe une compétition qui oppose les férus du logiciel Excel. La finale de cet e-sport (ni plus ni moins loufoque que le concours de la plus grosse courge* dans le Vaucluse) se déroulait le 12/11, à l'internationale. Si le tableur n'a aucun secret pour vous, que vous en connaissez les recoins et les raccourcis, vous pouvez vous inscrire au Microsoft Excel World Championship 2023.

⭐  Sindy Ménard a repris le salon de coiffure de Brion-près-Thouet dans les Deux-Sèvres. Elle est spécialisée dans les mèches et utilise des colorants sans ammoniaque. (Ouest France)

⭐ Vu. Des gens retranscrivent un n° de téléphone en séparant les nombres de barres obliques : 09/72/39/40/50 😱

⭐ Je me demande comment mes amis arcachonnais et voisins ont pu rater ce cèpe géant de 4,7kg. (Sud-Ouest)

⭐ Ils se sont dit oui chez Aldi, à Batavia (ça ne s'invente pas), dans l'Illinois. (BFM Business)

⭐ Microsoft a lancé la saison des pulls moches avec un chandail à l'effigie de Clippy, le célèbre assistant en forme de trombonne. Le pull vendu au profit d'une bonne cause est déjà en rupture de stock. (PhonAndroid)

 

---

* Le gagnant du concours 2021 avait présenté une courge dont la circonférence atteignait 1 mètre 34 cm ! (France Bleu Vaucluse)

mardi

J'ai épousé un YouTubeur

Mon mec ouvrant le colis reçu hier soir s'extasie :

— Wow ! J'ai reçu mon kit d'influenceuse ! 🤣

Sur la photo qui illustre ce billet, vous devinez un pouce levé et l'anneau de lumière. Il ne mettra pas en valeur la pomme du YouTubeur mais le plan de travail et ce qu'il y déploiera. Je reste évasif le temps de l'apprentissage et de la création de la chaîne YouTube et des comptes idoines sur Twitter, Instagram, Facebook, TikTok. Pour résumer, je fais du teasing. Vous n'aurez pas son visage mais sa voix sexy en diable, dixit une utilisatrice qu'il a récemment dépannée.

Le vrai et seul moteur n'est pas de cartonner sur le net, ni d'être "influenceur" ou d'afficher des milliers d'abonnés. C'est peu de dire que le secteur est encombré et concurrentiel. Ce qui motive principalement ma moitié, c'est le plaisir de faire et de partager.

Sur ce blog, je vous donnerai régulièrement des nouvelles et ferai bien entendu la promotion de la chaîne. Et comme mon mec a tous les talents, il a déjà fabriqué son jingle vidéo, le bandeau, le logo. 

J'suis nouille, je ne vous ai même pas dit quelle seraient les thématiques de la chaîne car il y en a plusieurs.

— À table ! claironne mon mec à l'autre bout de l'appartement. 

Je ne veux faire attendre ni le marmiton ni la pizza maison, je vous livre d'autres détails bientôt.😉

lundi

Et au milieu coule le Gardon

 


C'est enfoncés dans un confortable canapé en cuir marron que le petit et moi-même regardons passer le temps à travers l'immense verrière du gîte où nous avons élu domicile pour le week-end. Des moutons de mousse verdoyante ont colonisé la toiture d'une dépendance qui jouxte un lilas encore étonnamment vert. Tout est encore très vert pour un mois de novembre. Les rouges-gorges jouent à cache-cache dans les haies. Les cyclamens sauvages se prélassent au pied du cyprès. Tandis que je sirote un verre de merlot, les premiers cols des Cévennes nous narguent au loin. Nos pas ne nous porteront pas très loin, une promenade au village, une petite marche sur un chemin vicinal, des emplettes.

Nous sortons néanmoins de notre cocon à plusieurs reprises. Comme le supermarché est fermé — c'est jour férié —, nous glanons quatre emplettes à la supérette. Je garde le chien à l'entrée, suggère à ma moitié de retenir la courte liste de courses par un moyen mnémotechnique, généralement les premières lettres ou syllabes et dans l'ordre alphabétique : Julie Raya. Ju, li, ra, ya. Jus de fruits, liquide vaisselle, râpé, yaourts. Il me raconte ensuite l'air soupçonneux du caissier qui l'a vu tendre son poignet pour caler sa montre connectée sur le TPE pour le paiement sans contact. 

Le lendemain, samedi, au vide-grenier où nous glanons trois babioles, la vendeuse ne répond pas à nos sollicitations. Elle est sourde. La bienheureuse n'entendra donc pas le vacarme qui agite le village : une kermesse aux 4x4 et leurs adeptes qui roulent des mécaniques pendant trois jours. Un modeste rassemblement devant le distributeur de billets, une guirlande de messages complotistes, un panneau à la gloire d'un médecin déchu, des citations de grands auteurs qui seraient bien en peine de valider l'usage qu'on fait aujourd'hui de leurs aphorismes. Des églises évangélistes dans la commune promettent des lendemains pas très gays.

Devant le supermarché, ouvert cette fois-ci, un père agacé dit à son adolescent de fils : "Mets le doigt dans tes fesses ! Mets le doigt dans tes fesses, je t'ai rien demandé." La petite sœur se bidonne.  

Envisageant de nous installer — quand nous aurons les économies suffisantes et que les poules auront des dents, probablement —,  nous tranchons : pour vivre heureux, vivons cachés. Et pour le moment, retournons au gîte, écoutons le murmure de la nature qui nous enveloppe.

Les bois environnants, le confort du gîte, la gentillesse de nos hôtes, le feu de bois qui crépite dans le poêle.

Nous retournons une dernière fois au bourg et faisons un crochet par chez la Chieuse. La façade de sa maison, de son garage, son petit carré de jardin, sont ornés de panneaux qui avertissent le voisin ou le passant égaré : la dame a de l'auto-dérision mais n'est pas commode. L'an passé, elle nous avait raconté comment elle avait usé du taser pour neutraliser un intrus, elle l'avait même séquestré jusqu'à l'arrivée des gendarmes.

Et au milieu coule le Gardon.

 

---

J'ai publié 15 photos dont les panneaux de chez la Chieuse : ici 👈

samedi

(b)rêves (2)


Au fur et à mesure, c'est une chanson de Liane Foly, c'est aussi la façon que j'ai d'aborder cette séquence de brèves sur mon blog. Des bribes insolites, farfelues, idiotes, superficielles et légères, un peu de poésie et d'humanité, un peu de moi, aussi. Vous pouvez cliquer sur les liens, surtout celui de la dernière brève 😉

 

⭐ Vesoul : il n'y a plus de sifflet en bois pour mettre dans le derrière des cochons en pain d'épice de la Sainte-Catherine. (France Bleu Besançon)

⭐ J'aime écouter la radio, pas la regarder. La voix, le son, la musique, me suffisent. Voir Bruno Lemaire se curer le nez sur les ondes de France Inter ne m'intéresse pas. 

⭐ Sur TikTok, une courte vidéo devenue virale montre Nola, une employée âgée de Walmart. La séquence a été vue 20 millions de fois en quelques jours. Devan B. a filmé la vieille dame, prostrée, fatiguée, en salle de pause. Il* a créé une cagnotte et déjà récolté 175 000$ (en 8 jours) pour l'aider à prendre sa retraite.

⭐ J'ai fait croire à mon mec que j'avais été faire pipi chez la bouchère. 😂

⭐ À Dol-de-Bretagne l’habitat participatif « L’ôôôberge » a équipé ses premiers appartements de toilettes sèches. Une première en collectivité dans l’Hexagone, pour cette résidence qui veut miser sur le circuit court. (Le Parisien

⭐ Avant de remplir Bercy**, Juliette Armanet*** a fait des reconstitutions criminelles pour NRJ12 où elle était déguisée avec des moumoutes à creuser des faux trous. (Totémic)

⭐ Le monde a peut-être commencé à capoter quand on a demandé aux gens leur avis sur les articles de presse en ligne qu'ils lisaient. 

⭐ Que Choisir a mesuré le temps qu'il faudrait pour lire les CGV de sites commerciaux (conditions générales de vente) : en moyenne 34 minutes. Pour oui.sncf devenu SNCF Connect, ce sont 256 pages soit 6h52' de lecture. 😱

⭐ 2'51" apaisantes. Je suis l'élan qui hume l'air à 38'' dans la vidéo de Hank Heusinkveld, sur les berges de Killarney Lake près de la rivière qui répond au doux nom de Cœur d'Alene dans l'Idaho (CBS News) 👈 vidéo


 ---


Devan et Nola (cliquez sur l'image pour le profil Instagram de Devan)

* J'ai un peu fouillé les internets à propos de cette histoire, lu beaucoup de commentaires de gens au mieux mettant en doute l'action et les fonds récoltés, au pire, la dénigrant, l'insultant. J'ai vu et lu et cru en la bonne foi de Devan. Les gens, certaines gens, lui reprochent de rouler pour Walmart, que c'est un coup de com pour le géant de la distribution. Il dit avoir travaillé pour un prestataire à l'intérieur de Walmart et avoir été menacé puis licencié. Je ne m'inquiète pas pour lui, c'est un influenceur qui a sa verve et son auditoire pour rebondir. Les avocats du diable disent qu'il y a déjà eu des fausses collectes basées sur de grossières mises en scène, c'est vrai et c'est triste. Faut-il pour autant jeter le bébé avec l'eau du bain et une belle, généreuse, action sur la base de la malhonnêteté de certains ? Je ne le pense pas. Et cette brève me réconforte sur l'humain.

** Chaque fois que je le peux, j'évite de citer les marques qui s'affichent au fronton des salles de spectacles. 

*** Un des meilleurs concerts vus depuis belle lurette. Cette nana a une présence et un talent incroyables.  

Les (b)rêves (1)

mercredi

(b)rêves (1)

Voici une petite liste non exhaustive de ce que mon cerveau absorbe dans la presse et sur les réseaux, digère, recycle ou archive dans les recoins insondables de mes pensées. Si vous êtes d'accord* je vous propose un billet hebdomadaire, jour aléatoire parce que je suis brouillon, ma revue de brèves décalée à laquelle j'agrège deux ou trois bribes personnelles, parfois zéro. Plus d'infos et plus d'images si vous cliquez sur les liens (une scène olé olé (baveuse) dans une des sources).

⭐ J'ai revu Jordy chanter "dur dur d'être bébé**" devant un parterre de stars médusées. La pauvre Whitney Houston est atterrée, Prince perplexe, Kylie Minogue amusée. (Purepeople)

⭐ Je lis un papier intéressant sur Wikipédia où se livre un combat sans merci entre l'endive et le chicon. (Libé)

⭐ Je m'amuse de la formule de Sophie Fontanel dans L'Obs à propos de la déchéance de l'ex de Kim Kardashian : « Plus personne ne veut Kanye des millions. » 😂

⭐ Madame Tombal restaure les sépultures à l'huile de coude. (RTBF.be)

⭐ Un New-Yorkais a vu Jésus dans son curry, dans la sauce de son Poulet tikka masala pour être précis. Certains internautes ont argué qu'il s'agissait plutôt de Jason Momoa, l'acteur d'Aquaman. (New York Post)

⭐ L'artiste Christine et ses reines s'appelle désormais Voiture Rouge. (Redcar)

⭐ Les pots de confiture maison de Mamie Confiture sont de retour ! 2€ le pot. Recettes intégralement versées au Téléthon 👉 Page Facebook dédiée (via Élodie)

⭐ "L'Attaque du requin à six têtes" est arrivé. Il est sur Canal VOD. (Mehdi Omaïs)

⭐ L'hélicithérapie ou les bienfaits de la bave d'escargot pour votre peau. (Arnaud Coudry)


---

* Façon de parler 😉

** 6 millions de disques vendus et 15 semaines n°1 au Top 50 (source)


mardi

Clichés !

Une photo qui réchauffe. Les mains de ma mère.

Les internets fourmillent d'idées pour s'occuper, que cela soit au tricot ou aux fourneaux que cela soit utile ou pas. J'étais en train de fourrager dans mes boîtes à chaussures en quête d'une photo à partager pour le défi d'octobre lancé par YannCPhoto sur Twitter. Un cliché menant à un autre, un souvenir de mes parents, de moi enfant ou adolescent. À mes pieds une foultitude de moments couchés sur le papier glacé. 

Mon mec me taquine : – tu ne t'ennuies jamais 😋

Minute "autrefois" :

À l'époque (années 80, me concernant), photographes professionnels ou du dimanche saisissaient l'instant sur la pellicule, au propre comme au figuré. Développaient ou faisaient développer ladite pellicule en chambre noire ou par des machines. On ne vérifiait pas sur le moment et dans l'appareil ce qui venait d'être capturé. On ne supprimait pas les clichés ratés. Ils étaient eux aussi dans la boîte. Envolés les souvenirs de vacances parce que j'avais mal inséré la pellicule ou malencontreusement ouvert l'arrière de l'appareil. Il se passait parfois plusieurs semaines avant que je découvre le résultat du pique-nique en famille en format 10x15, car il s'agissait d'abord de terminer la pellicule, de la confier ensuite à la boutique et d'attendre. Je me souviens des négatifs qui accompagnaient le développement et à partir desquels je commandais des duplicatas pour les amis ou la famille.

C'était pas mieux avant. C'était différent. 
 
Si c'était un petit labo, une boutique indépendante, la personne chargée de développer les photos voyait forcément le résultat qui sortait de l'imposante machine. Devait se marrer parfois. Le vendeur me présentait l'enveloppe et en extrayait le cliché du dessus. Une façon de dire : ce sont bien les vôtres, de photos ? 

À propos du défi #Photoctober2022, chaque jour d'octobre j'ai publié une photo. Un thème par jour : médicale, liquide, culinaire, verte ou sentimentale. Je les ai compilées dans cet album 👈Si les légendes n'apparaissent pas sur votre navigateur, cliquez sur le petit i : j'ai raconté brièvement l'histoire de chaque photo. 


---
Dans la série "autrefois", il y a on the radio.

dimanche

Croque Monsieur Brocolis

Comme Adeline, Florence, Laurence et Céline me demandaient la recette des galettes de brocolis dont j'ai posté les photos sur les réseaux, je me suis dit, pourquoi ne pas l'écrire sur ce blog ?

C'est parti mon kiki !

Mieux que des galettes, c'est une sorte de croque-monsieur original sans pain et sans farine.

 

Ingrédients (pour 2 beaux croques, vous préparez 4 galettes) :

– 600g de brocolis (on a utilisé le brocoli surgelé mais c'est évidemment meilleur avec du brocoli frais du marché)

– 2 œufs

– Épices selon vos goûts ; chez nous, 1 cc de curry, 1 cc de cumin, sel, poivre

– Emmental ou fromage plus goûteux, selon vos goûts encore, pour les tranches

– Fromage râpé (1 généreuse poignée)

– 2 tranches de jambon 


Ustensiles :

– Cercles (2cm de hauteur et 14cm de diamètre)

– Trancheuse à fromage (outil magique que nous avons découvert il y a peu). C'est plus pratique que le couteau et surtout, ça évite d'acheter du fromage en tranches et pléthore de plastique

– Papier cuisson (cf. photo ci-dessus : le papier qui épouse amoureusement la plaque). J'ai appris récemment qu'elle portait le doux nom de lèche-frites 😍

Dans un bol, hachez le brocoli cru jusqu'à obtenir une sorte de grosse graine de semoule, ajoutez fromage râpé, 2 œufs, sel, poivre, curry, cumin ; remuez.

Tassez dans les cercles posés sur une plaque sur laquelle vous aurez disposé une feuille de papier cuisson ; enlevez délicatement les cercles ; passez au four préchauffé à 180° pendant 30 minutes.

Sortez la plaque ; sur chaque galette, disposez le fromage en tranches puis le jambon ; chapeautez la 1ere galette avec la deuxième ; vous obtenez une sorte de croque-monsieur que vous repassez au four 5 à 10 minutes pour faire fondre le fromage.


Voilà 2 croques au brocoli sans farine. Ma moitié me chuhote que ce doit être encore meilleur avec du chou-fleur frais. Vous testez et vous me dites ? 

 

P.S. J'apprends (en lui tirant les vers du nez) que mon mec songe depuis quelques mois à créer une chaîne YouTube avec ses recettes personnalisées, ses inventions parfois. Je me présente évidemment pour le poste de marmiton, assistant, goûteur et community manager 😉

jeudi

La vie, la vraie !


Tokyo se prélasse sur Easy Livin' de Ella Fitzgerald

Chaque fois qu'un petit coup de blues frappe à ma porte, penser à visionner cette vidéo de maltraitance animale 😉



dimanche

Dans quel état j'erre ?


Comme le chantait Pauline Ester,
« Ce sont les petits petits petits petits petits riens1
Qui font toujours du bien 
Ce sont les petits petits petits petits petits riens 
Sans lesquels on est rien ». 


Ma vie est faite de petits riens. Ils ressemblent aux vôtres, certainement. Ils prennent aussi des chemins de traverse dans ma tête. La chose qui paraît (peut-être) insignifiante pour le voisin du dessus qui sent le poireau m'étonne, m'extrait du quotidien, me plonge dans des affres de perplexité ou d'émerveillement, ou les deux, c'est selon. 

Exemples :

⭐Le correcteur orthographique qui remplace le "non au contraire" dans le message de l'amie Anne-Laure2 par "noyau contraire" 😂

⭐L'étagère qui se désolidarise du mur pile, jour pour jour, 5 ans après y avoir été vissée (illustration de ce billet)

⭐Le sens de la répartie de mon mec :

Il bataille avec l'opératrice de chez Orange, pour ne pas les citer3, via le chat. Trente minutes à tenter de faire comprendre une problématique qu'elle n'a pas l'air de maîtriser. Et si elle ne maîtrise pas le sujet, elle peut difficilement répondre aux questions des clients. Le client, pour le coup, est retors. Il a des questions pointues. Il cherche à appairer tous ses appareils connectés (et ils sont nombreux) sur l'une ou l'autre fréquence du wifi. 

— Votre box (dernière génération) n'est pas compatible avec deux fréquences de wifi différentes.

Mon mec envoie une capture d'écran lui prouvant le contraire.

— Et ça ? dit-il. C'est ma grand-mère qui fait du vélo ?

(Je précise qu'on est très contents de Orange. Pas du chat où ils ne semblent pas tous avoir les frites dans le même sachet4

 

----

1 Les petits riens (paroles : Pauline Ester - musique : Frédéric Loizeau), extrait de l'album Le monde est fou (1990). À moins de détenir physiquement l'album, vous ne pourrez écouter en ligne la chanson mentionnée dans le billet. Je vous propose néanmoins d'écouter Il fait chaud, chanson pour laquelle j'ai une tendresse

2 Aubergine interdite, le billet qui mettait déjà en scène l'ex-rétoise

3 Formulation qui m'a toujours intrigué (prétérition, facétie de langage)

4 J'emprunte l'expression à l'amie Michelle Brun 

vendredi

La cantinière et le jardinier

 

Le confinement avait été pour moi une source inépuisable d'étonnement, d'observation (journal de bord). Je m'abîmais dans la perplexité devant les concepts de commerces non essentiels, de plage dynamique. J'imprimais benoîtement mes attestations de sortie du territoire. Le territoire, mon domicile. Mon mec se faisait alpaguer par un policier lui demandant ce qu'il faisait là, dans la rue, en plein couvre-feu. 

— Ça ne se voit pas ? avait-il rétorqué en montrant la petite Kimberley, notre chienne, qui faisait son affaire. 

Ce furent quelques mois ubuesques durant lesquels je m'étais amusé à scruter mes voisins en cage. Je n'ai pas pour autant remisé au cafoutche* ma curiosité. 

Aujourd'hui. 

Le petit Tokyo, 10 mois, m'emmène au parc. Il espère quelque rendez-vous galant avec des chiens du quartier. Il hume l'air et les odeurs de ses pairs. C'est fou ce qu'un animal provoque comme contact humain. Je n'ai jamais autant parlé à des inconnus que depuis que je promène le petit. La jeune femme, ce matin, qui, de sa voix flûtée, dit à mon compagnon à quatre pattes : oui, amoooouuuur ! Déclaration qui le met en joie, le fait aboyer. La jeune femme d'une quarantaine de printemps et tout en rondeurs commence sa journée. Femme à tout faire de religieux couvant leurs vieux jours dans cet immeuble niché au fond d'une impasse et qui abrite un immense potager, une terrasse et probablement une colonie de hérissons. Pour la bonne conduite de ce billet, appelons cette dame la cantinière.

Midi. Nouvelle sortie du petit.

Je croise un agent du service Parcs et Jardins de la ville qui traverse la rue qui sépare sa cahute des locaux où travaille la cantinière. Elle officie pour le compte d'une résidence où logent des missionnaires d'une congrégation de la Vierge Quelque Chose — j'ai photographié mentalement la plaque à l'entrée pour faire des recherches ensuite. Le jardinier porte un plateau repas. Couverts, serviette à carreaux, coupe de fruits généreusement remplie et soliflore au bout duquel dodeline la tige d'une rose. 

Je suppose : qu'il aime les petits plats de la cantinière, préparés sur le compte de la société de restauration qui nourrit matin, midi et soir, nos missionnaires. Une portion de plus ou de moins, ça ne se voit pas. En échange de bons et loyaux services pour la congrégation ou pour la cantinière. Ou plus si affinités. 


*Cafoutche : terme marseillais désignant un placard, un réduit ou un débarras, en général mal rangé