Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

samedi

Un mot pour un autre

 

Agrandissez et lisez ! Un mot pour un autre de Jean Tardieu, première page où il est question d'une curieuse épidémie

Comme l'inspiration est partie en biberine, je recycle et re-façonne ici mes tweets. Ceux où j'évoquais nos petits dérapages lexicaux. L'emploi d'un mot pour un autre. Le dentifrice à la place du savon liquide, la crème à raser en lieu et place du déodorant, les lunettes de soleil rangées dans le bac à légumes du frigo.

Kim Glow (de son vrai prénom Sophie), 1.3 millions d'abonnés sur Snapchat, déclare, la lèvre supérieure épatée, qu'elle n'a pas souffert du décollage horaire. 

Un mot pour un autre 🤣 

Ce matin, mon mec m'alerte : 

– y a plus de cochons d'Inde ?

Il voulait dire cotons-tiges. Un cochon d'Inde, ça ne rentre pas dans le creux de l'oreille. 

J'ai emprunté le titre de ce billet au théâtre de l'absurde de Jean Tardieu. Un mot pour un autre est sa pièce la plus connue. 

Sans rapport avec la biberine mais un peu quand même. J'aime jouer avec les mots et avec les contenants. Le recueil des pièces de Jean Tardieu, Théâtre de Chambre, est rangé dans la chambre à coucher. Dans la même logique, A Year in the merde, le roman de Stephen Clarke a trouvé sa place dans la pièce que vous devinez facilement. 

Un mot pour un autre 🤣 

À l'accueil de l'ANPE, actuel Pôle Emploi et futur France Travail, mon mec assurait l'accueil des usagers. Un jour, au lieu de dire "montrez-moi" vos papiers, il dit : 

– Montrez-moi vos pieds. 

– C'est un peu haut, rétorque la dame en désignant le guichet. 

Les deux ont partagé un long fou rire. 

 

---

Un jour, le poète et dramaturge René de Obaldia me raconte qu'on l'a pris pour l'autre poète et dramaturge Jean Tardieu, il ne veut pas contrarier l'admirateur étourdi, ne le contredit pas. Il prend congé et s’empresse d’appeler Tardieu pour lui narrer l’anecdote. Et tous les deux se gondolent. 

¡ Hasta pronto René de Obaldia !

6 commentaires:

  1. Ça marche aussi avec les prénoms... C'est comme ça que ma mère, un peu fatiguée appela mon frère par le nom du chat que nous avions ( qui s'appelait Neige) 🤪

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vraie question : est-ce que ton frère a répondu par un miaulement ? 😁

      Supprimer
    2. Non je ne crois pas. Encore que vu son humour, il aurait pu 😁 (et on aurait bien rigolé !)

      Supprimer
  2. Ces lapsus t'inspirent, c'est tout benef pour nous lecteur.rice.s Merci pour les sourires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, il faut que j'alimente + souvent ce blog (sempiternelle injonction à moi-même). C'est vrai que ma moitié m'apporte souvent la matière.

      Supprimer
  3. Ici je mélange les prénoms régulièrement (avec 4 enfants 3 chats et un mari je me mélange les pinceaux)! Et côté lapsus je ne suis pas en reste mais je ne les retiens pas, je devrais les noter!

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?