Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi 10 novembre 2016

J'ai tiré sur la queue du chat, en bonne uniforme

Je ne m'en lasse pas. Paris.

AVERTISSEMENT. BILLET DÉCOUSU.

Un Président ne devrait pas dire ça... Tout est dans le titre. Et dans les points de suspension. Plus j'avance dans la lecture de ce livre, plus je me dis qu'il l'a gagnée, son image calamiteuse. Haut la main et avec les félicitations du jury. Le roi est nu et les gens se marrent.

Tout est dans le titre, m'a mis en garde une amie. Que ne l'ai-je écoutée. Le temps perdu à lire ce livre - par curiosité, comme celui perdu à lire celui de celle qui l'a remercié pour ce moment - honte sur moi, j'aurais pu le passer à une occupation plus noble : peigner une girafe, dessiner des nez de clown sur les affiches de campagne de François Fillon.

Ou écrire ici mes lubies. Vous dire que je continue de contempler les herbes folles dans la ville, de jouer aux midinettes en racontant autour de moi les vedettes que j'accueille à l'hôtel où je continue d'échanger du temps contre de l'argent, de Paris Hilton à Tilda Swinton - la notoriété crasse d'un côté, l'élégance ultime de l'autre. Vous décrire la mine ahurie de ma collègue quand une cliente, en guise de salutation, lui tire la langue.

Ou dire à Lucie1313 qu'on écrit en bonne et due forme.

Me promenant dans les méandres d'Internet, j'ai ri.

Bref. Je traîne derrière moi des lambeaux de lassitude quand soudain la Tour Eiffel frappe au carreau du métro. Les voyageurs font des oh des ah. Devant moi dans sa poussette, la petite fille se tripote les orteils et joue avec moi à tu me vois tu me vois pas. À sa gauche, une vieille dame au tailleur damassé saumon étudie son itinéraire. Elle croise et décroise ses souliers argentés et ose un petit doigt manucuré dans la narine.

Tout à trac, je songe à la cliente fantasque qui m'appelle en réception et me dit, sans préambule :
- Allô Laurent ? J'ai tiré sur la queue du chat. Je libère la chambre. Vous m'envoyez le bagagiste ?



25 commentaires:

  1. mais mais tirer la langue c'est gentil comme moyen de manifester qu'on n'est pas d'accord. Au tout du moins, pas violent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la petite histoire, il s'agit d'une cliente (et sa fille) un peu zinzins qui sont restées deux mois. Elles ont fini par se prendre la tête avec tout le personnel et se faire éjecter des restaurants et autres hôtels du quartier. La maman qui a tiré la langue, c'est loin d'être anodin ou gentil, elle montrait simplement à sa façon qu'elle méprisait ma collègue. Quand celle-ci lui a demandé : "Pourquoi vous faites ça ? Pourquoi vous m'avez tiré la langue ?", la cliente a répondu en haussant les épaules : "J'ai rien fait."

      Supprimer
  2. Un petit air de Paris au fond de ma cambrousse
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir. Bien besoin d'un petit air du fond de ta cambrousse, c'est où ta cambrousse ?

      Supprimer
    2. Pas très loin, juste après Dreux

      Supprimer
    3. Pas très loin en effet mais pas mal de forêts alentour :)

      Supprimer
  3. PS C'est quel hôtel? j'ai passé de longs mois face à la frontière qui sépare le George V du Prince de Galles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux hélas pas te dire de quel hôtel il s'agit mais c'est effectivement dans le coin :)

      Supprimer
    2. Je comprends...moi je vendais des chaussures au même genre de clientèle... Des fois je regrette, mais le plus souvent non... il y a temps pour tout... Maintenant je peux avoir des chiens, avant c'était compliqué; et puis je fais pousser des fraises...

      Supprimer
    3. Je me souviens, tu m'avais raconté. Planter ses fraisiers et les regarder pousser et donner des fleurs puis des fruits, ça n'a pas de prix.

      Supprimer
  4. Tu sais transformer tes moments perdus en or <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis donc riche de ces moments perdus :) #BisousBarbus

      Supprimer
  5. Ah enfin revoilà des news fraîches au bon air parisien ! Cela doit être magnifique. Dis, tu pourras nous montrer les illuminations "steuplé" ? Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les illuminations de Noël ? Suis pas fan des fêtes de fin d'année et j'évite les Champs-Élysées et grands magasins, mais si le hasard y portait mes pas, je posterai des photos ici ou sur Facebook. Bisous itou.

      Supprimer
  6. Héhé, je connaissais "en bonnet difforme", mais "en bone uniforme" c'est pas mal non plus. Trop mignon ^^

    RépondreSupprimer
  7. Merci, Laurent, d'être revenu ici, avec ces petits rien qui font le coeur de la vie...

    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir. Je tâcherai de revenir plus souvent :*

      Supprimer
  8. J'adore quand tu joues à Radio Londres, c'est poétique :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que si je vous enlève le contexte, ça donne du Radio Londres. Mais c'est le but :-) Merci de ta fidélité.

      Supprimer
  9. Joli billet, tout en fraîcheur. J'aime beaucoup cette faculté que tu as de brosser une saynète en une courte phrase, laissant ainsi l'imagination s'en emparer pour compléter le tableau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère les courtes phrases aux longs discours. De toute façon, je ne sais qu'écrire court. Et laisser le lecteur, comme tu dis, compléter le tableau. Ceci dit, je suis impatient de lire ton roman !

      Supprimer
    2. Ça vient, semaine pro sans doute^^

      Supprimer
  10. C'est toujours si doux de te lire. Pourquoi la cliente tire la queue du chat ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Elle était venue à l'hôtel avec son chat. Qui ne voulait pas sortir de sa cachette, sous le lit. Jusqu'à ce qu'elle y parvienne :)

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?