Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples. (Blog garanti sans écriture inclusive)

vendredi

22 v'là Georgette ou mon escapade à L'Estaque

Accordez-moi cette petite introduction. Car elle va permettre de publier ici plus régulièrement. Moins d'histoires, de rencontres, de chroniques à la gloire du verre à moitié plein. Et plus de verres à moitié bus, d'échanges impromptus, de promenades écrites ou photographiées.

La retour de ma vie, mon œuvre, mon blog.

Escapade improvisée à l'Estaque, quartier-village de Marseille mêlant bâtisses populaires et villas bourgeoises, restaurants attrape-touristes et cantines d'habitués, baraques à panisses et chichis frégis. Qui dit improvisé dit lacunaire. Qui dit première fois, dit fatalement clichés. J'y retournerai avec joie pour me perdre dans ses ruelles et comparer le Golfe de Marseille vu depuis L'Estaque peint par Cézanne en 1885 à la réalité de 2018.

En bateau1, Simone !

En bateau Simone !

La Bonne-Mère veille sur le Vieux-Port

Bleus

Votre dévoué serviteur

Arrivée à L'Estaque et nuages moutonnant

Callistemon viminalis et palmier flou

Les toits, la mer, L'Estaque

Devanture décatie ainsi qu'une voiture que vous ôterez mentalement pour profiter pleinement du cliché

Vue depuis la Place Maleterre

Une terrasse sur le bitume

22, v'là Georgette !

Une villa

Manche de balai, tapette et cordon électrique sur crépi

C'est l'heure du pastaga

Les chichis frégis de Chez Magali sont servis avec le sourire


Le plan de L'Estaque

Vous connaissez L'Estaque ? Vous y avez de bonnes adresses ou des bons plans ? À vous les commentaires ;-)

Infos pratiques :
* S'y rendre avec la navette maritime partant du Vieux-Port (détails, horaires et tarifs)
Durée approximative : 40 minutes.
* Et si vous n'êtes pas estaquéen, vous pouvez rentrer en bus : Bus 35, de l'Estaque à Joliette, c'est 20 minutes de trajet.

1 : Comme indiqué dans la réponse au commentaire de l'ami Éric, c'est vrai que la mention du bateau peut porter à confusion pour ceux qui n'aurait jamais ouï parler de L'Estaque, situé à l'extrême nord-ouest de la ville (16e arrondissement de Marseille). La navette maritime apporte un supplément vacances quand un trajet en bus n'offre qu'un voyage on ne peut plus banal par la route.


26 commentaires:

  1. Comprends pas : c'est à Marseille ? À côté ? En banlieue ? C'est une île ? <= puisque tu y vas en bateau... Mais ça a l'air sympa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un quartier de Marseille, à l'extrême nord-ouest, tu peux y aller en bus en longeant la côte ou mieux, par bateau (navette maritime). Ça te permet de faire une virée en mer et d'envisager l'immensité de la ville.

      Supprimer
  2. Merci ! Une bien jolie balade-découverte, un autre point de vue sur Marseille pour les personnes qui, comme moi, ne connaissent pas cette cité autrement que par les actualités et les films... La petite terrasse sur le bitume, tout ce que j'aime ! Une présence, la vie toute simple est là :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La jolie terrasse sur le bitume prouve également le respect qu'ont le voisinage et les passants pour une petite incartade aux interdictions qui minent les initiatives, la poésie urbaine. Merci de ta visite.

      Supprimer
  3. Superbe reportage sur ta ville d'adoption que tu découvres et nous partages avec tes belles photos. La tapette à mouche me plaît particulièrement, elle me rappelle mes mes accroches décalées 😂 dans mon jardin, un jour je te les montrerai. Belle soirée Laurent à bientôt 🙋 bisous à vous deux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant que les accroches décalées ne sont pas trop décalées des clous... ^^
      Je transmets volontiers tes bises et t'en claque deux en retour.

      Supprimer
  4. Coucou ! Merci pour cette escapade au soleil, ici c'est encore la pluie après une mâtinée à 30°C et une après-midi à 23°C. J'aime bien le coin escalier avec la tapette à disposition, au cas où on s'attarderait discuter là et que les moustiques tigres nous attaqueraient. A la tienne ! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Sandy ^^ Dans quel pays vis-tu pour avoir de tels écarts de températures ? :p
      La tapette à dispo c'est peut-être pour taper les curieux comme moi ?!?!?
      Bisouxxxxx

      Supprimer
  5. A chaque fois que je lis ou j'entends le mot "Estaque" je pense à Guédiguian. Mais faut reconnaître que Lolo et Georgette, ça fonctionne aussi. Tes photos sont magnifiques. Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciiiiiiiiii. Il faut que je revoie Marius et Jeannette avant d'y retourner.
      Bises.
      Lolo et Georgette ^^

      Supprimer
  6. Un quartier très cher à mon coeur. J'y vis depuis dix ans, son histoire est fascinante, entre la culture ouvrière héritée des usines qui surplombait le village, la culture artistique qui de Cézanne aux nombreux intermittents et créatifs qui y vivent aujourd'hui a toujours été vive, en passant par les vagues d'immigration qui se sont succédées à Marseille, le rapport à la pêche et à la mer, recèlent de nombreux trésors subtils et discrets dans un décor typiquement méditerranéen. Je suis absolument ravi que la promenade t'aie plu et j'espère t'y croiser un de ces quatre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Première impression belle impression et envie d'y retourner et de creuser le vernis des jolies façades pour y découvrir l'humain. Merci de ta contribution & prochaine fois que j'y vais, j'anticipe et te fais signe.

      Supprimer
  7. Se promener avec Laurent (c'est moi qui l'ai photographié couronné par le soleil), c'est multiplier le plaisir de la découverte. Mille mercis.
    Quand une ville absorbe des hameaux et des villages, en retrouver des témoins et des vestiges berce toujours le cœur.
    Je viens d'interroger une encyclopédie bien connue et en copie ces deux phrases écrites en 1878 : "Vu de la voie ferrée, le village de L'Estaque paraît fort en désordre [...] Le jour où l'on voudra percer des rues et prescrire des alignements l'embarras des architectes sera grand." Les urbanistes et leurs cousins architectes n'ont heureusement pas eu raison de la totalité du lieu. (Ne pas oublier cependant qu'il a été léprosé par des bidonvilles, selon la même encyclopédie).
    Attentif aux détails, le regard de Laurent complète celui de Cézanne (si, si !).
    Cordialement.
    Pipo.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pipo de ta contribution :-)
      "Quand une ville absorbe des hameaux et des villages, en retrouver des témoins et des vestiges berce toujours le cœur." --> Absolument ! Et quand, malgré l'industrialisation et l'effacement de l'humain derrière la consommation comme mode de vie, je perçois des îlots de résistance, tant humain que végétal, je revis ^^
      Pour ce qui de ton gentil commentaire sur mon regard --> Cézanne était un grand artiste, je ne suis que poussière de mots jetés sur le web.
      Cordialement itou,
      Laurent

      Supprimer
  8. L'estaque c'est comme un village et a cours encore là bas des comportements de villageois qui n'existent que dans certains petits quartiers très typiques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hâte donc d'y retourner et d'observer, ou mieux, de participer à ces habitudes villageoises.

      Supprimer
  9. Re !

    Je vis dans le pot de chambre de la France, près de Bordeaux. Bises et très belle semaine à toi.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    Plus moyen de faire autrement. J’y vais derechef.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bon jour à vous et Suzanne. J'espère que la promenade vous a été douce et dépaysante et que le début d'hystérie collective sur le Vieux-Port pour le match de ce soir vous a épargnées.

      Supprimer
    2. L’hysterie collective ne nous pas épargné. Mais Marseille, c’est aussi cela j'imagine. L’Estaque nous a plu et nous laisse sur la faim de ses charmes, que faute de temps, nous n’avons pas pu découvrir. Nous nous sommes rattrapées sur ses panisses et chichis.
      T’inquiètes Marseille, il y aura une autre fois !

      Supprimer
    3. Le soleil est aujourd'hui timide mais suffisant pour profiter de la Corniche en bus 83 et à pied. Merci encore pour la délicate attention, le bouquin offert. Belle dernière journée à vous 2 et doux retour chez vous.
      Laurent

      Supprimer
    4. Bonjour. Nous avons passé une excellente journée du 17. Nous avons pris le 83 puis le 19 jusqu’au terminus. Petite balade sur la pointe Rose et dans le petit port de pêche. Puis retour par le 19 jusqu’à Castellane. Un peu de tramway, de boutiques et de Vieux port avant de rentrer. Une contrariété tout de même : nous avons été la cible d’un ou d’une pickpocket dont je salue la dextérité. Heureusement il n’y avait pas de papiers importants (seulement cb, sécu et un peu de liquide) et cela n’a en rien entamé notre enthousiasme pour Marseille.
      Merci pour votre accueil et votre gentillesse.

      Supprimer
    5. J'enrage quand j'entends ou je lis que de sombres cafards abusent de la faiblesse ou de l'inattention passagère de gens séduits par Marseille ou tout autre lieu de villégiature prompt à attirer ces nuisibles.
      J'admire quand les victimes de ces nuisibles s'efforcent de ne pas se laisser gâcher la fête.
      Vous reviendrez et serez doublement attentifs, comme moi qui me suis fait agresser récemment.
      Au plaisir de vous lire.
      Laurent

      Supprimer
  11. J'espère que vous avez réussi à manger à l'Estoque dans le petit restaurant du CAM? La douceur de l'Estaque est un petit bonheur, surtout en dehors des périodes touristiques. Encore merci pour tous vos conseils et votre gentillesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu la mauvaise idée d'y aller les yeux fermés et confiant d'y trouver une table en terrasse. C'était complet. Je penserai à réserver pour ma prochaine escapade à L'Estaque.
      Je vous espère bien rentrés chez vous et suis ravi d'avoir pu très modestement contribuer à votre séjour marseillais.
      Laurent

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?