Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

mercredi

Le voyage d'Yvonne




Yvonne, la cinquantaine. Cliente anglo-saxonne du bout du monde. Parmi la multitude, aujourd'hui, j'ai choisi de jeter mon dévolu et ma tendresse sur cette dame. J'ai choisi d'échanger un peu plus que les formalités d'usage. À sa demande, je l'accompagne en chambre, traînant dans notre sillage une montagne de valises. Je l'interroge sur les pays qu'elle a traversés. Un voyage de six mois, c'est pas rien. "Oh formidable," dis-je, enthousiaste. Silence. Ne sachant trop par quel bout continuer la conversation, elle finit par me confier la raison de son embarras. "Mon mari et mon fils sont décédés, récemment. J'ai voulu ce grand voyage pour faire le point sur ma vie".

J'ai choisi de m'occuper d'elle un peu plus que de mes autres clients. Je lui montre Montmartre par la fenêtre, je lui dis qu'elle a bien fait d'attendre. Elle s'excuse presque de me tendre un petit billet pour l'avoir aidée, lui avoir donné une si jolie vue. Je la remercie et lui dis : - Ce soir, je boirai à votre santé. À votre voyage.




19 commentaires:

  1. Six mois de voyage, c'est ça qu'il me faudrait, là tout de suite. Et quand je dis six mois... j'me comprends^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vivement les vacances ! Quelques semaines, c'est pas le Pérou mais c'est déjà ça, non ?

      Supprimer
  2. Se doute t'elle, cette dame, de l'empreinte qu'elle aura laissée sur son charmant concierge d'hôtel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se doute-t-elle qu'elle a inspiré ce billet ? je ne pense pas. C'est vrai que je fais souvent office de concierge, mais je suis réceptionniste ^^ un poste "valise" un peu fourre-tout :)

      Supprimer
  3. Comme une envie de prendre Yvonne dans les bras pour l'aider à porter son histoire, si toutefois c'était possible. Je comprends pourquoi ton instinct t'a porté à être à son écoute

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Son histoire, c'est aussi ce long voyage. Mon rôle c'est aussi de lui apporter confort et discrétion.

      Supprimer
  4. Toujours si bien à l'écoute... Jolie chronique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'efforce d'être à l'écoute, autant que faire se peut. Merci de ton petit voyage ici :)

      Supprimer
  5. Tu aurais du faire curé ou spychologue, moi je dis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curé ? Ça va pas bien la tête ? ^^

      Supprimer
  6. j'aime bien ton expression "jeter ma tendresse sur" , c'est tout gentil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça va avec "dévolu" :) j'aime bien jeter mon dévolu.

      Supprimer
  7. Belle rencontre en somme et ce petit texte plein de tendresse illumine le ciel gris...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a plus de saison ma belle :p {bisous}

      Supprimer
  8. Merci de nous inviter à l'essentiel des relations humaines.
    Je ne doute pas un instant que cette rencontre aura apaiser le coeur d'Yvonne, ne serait-ce qu'un instant...

    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un court instant, c'est déjà ça :) Je n'ai pas vu Yvonne aujourd'hui. Je pense qu'elle devait explorer Paris. Sous la pluie.

      Supprimer
  9. Magnifique synchronicité de votre rencontre et le côté tragique rend Yvonne encore plus jolie derrière ce bouquet si tendre. Bravo à Alice aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime les synchronicités qui rendent, selon moi, la vie parfois plus savoureuse - je transmets ton bravo à Alice

      Supprimer
  10. Une histoire touchante et tu as su ne pas passer à côté... Je souhaite à Yvonne de rencontrer plein de réceptionnistes comme toi tout au long de son voyage... Etre accueillie, une attention particulière, quelques mots et l'on se sent bien, mieux, bien mieux pour partir à la découverte d'une autre vie...

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?