Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

jeudi

Ses cliques et ses claques à la Saint-Glinglin

une petite mise en abyme

C'est drôle comment la caissière qui toussait sur mes panais atterrit aujourd'hui sur cette table de bistrot en terrasse, face au supermarché où elle et moi taillions en décembre dernier une petite bavette, au comptoir de son tapis roulant.

J'observe la foule des passants de seize heures et des poussières, je glane des bouts de conversations et de visages. Le serveur raconte aux clients venus de Compiègne se distraire à Paris qu'il aura tôt fait de prendre ses cliques et ses claques (ses jambes et ses sandales pour la traduction). Quand sonnerait l'heure de la retraire à la Saint-Glinglin.

J'annote, je biffe, je corrige une première version papier du recueil de chroniques que j'ambitionne de publier, je paie l'addition et pars promener mon caddie de mémé dans les travées du Monoprix. Au détour d'un rayon, je tombe nez à nez avec Rodica, pétulante habitante du quartier que j'ai croquée dans trois ou quatre de mes billets. Dans son accent chantant un peu la Roumanie, elle s'excuse de ne pas m'avoir reconnu. D'un geste elle me dit qu'elle était ailleurs mais qu'elle fera attention la prochaine fois. Je pense en serrant gentiment sa main gantée que je lui offrirai de bon cœur un exemplaire de mon recueil.

Faisant rouler mes achats sur les pavés de la rue Daguerre et slalomant entre la mendiante et la gamine au visage barbouillé de chocolat, je me dis que j'aurais mieux fait de le lui dire plutôt que de seulement le penser. Et je songe qu'elle le saura tôt ou tard car il lui arrive de s'échouer sur les pages de ce blog.


8 commentaires:

  1. Réponses
    1. Tu es bien en avance sur moi :) on pourra comparer nos lettres de refus respectives :)

      Supprimer
  2. J'aime ces petits instants jetés sur le papier, des moments de vie, délicieux malicieux,qui donnent à la lecture une envie de la poursuivre en rêvant. J'aime beaucoup beaucoup. Amitié 🌼💕🌸

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime effectivement laisser le lecteur faire son chemin avec et en dehors de ce que je propose.
      Merci pour ta bienveillante lecture & les fleurs :-*

      Supprimer
  3. Auto-publication ou chez un éditeur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étudie les 2 options :)

      Supprimer
    2. J'espère que tu enverras aux éditeurs ! l'auto publication c'est bien mais il faut s'y consacrer beaucoup ensuite et ce serait dommage de louper un éditeur, je trouve que ton sujet n'est pas si courant ! les chroniques d'un hôtelier parisien ça en jette quand même :)

      Supprimer
    3. Je n'ai pas assez de matière pour ne faire qu'une thématique mais ça peut être le fil rouge. Tout en relisant, corrigeant, remaniant, je réfléchis ^^

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?