Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

vendredi

Petite échappée dérogatoire

Le Palais Longchamp, au ras des pissenlits, derrière les grilles, Marseille à 14h18
Je soussigné : Laurent des fraises et de la tendresse
Né le : 22 mai
À : Bergerac (24)
Demeurant à : Marseille
Certifie que mon déplacement est lié au motif suivant (un chouia modifié), autorisé par l’article 3 du décret du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales dérisoires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire et du confinement bricolé à la petite semaine :

[x] Déplacement avoisinant une vingtaine de minutes, conjuguant courses alimentaires et détour par le Palais Longchamp à 450 mètres du domicile pour me ravitailler de belles choses, d'architecture et de fleurs de pissenlits.

Je déclare sur l'honneur m'être tenu à bonne distance du chihuahua promenant son maître le long du parc Chien Saucisse ainsi que de l'homme dévalant sur sa planche à roulettes le boulevard Montricher.

Fait à : Marseille, le vendredi 27 mars 2020 à 14h30
Laurent des fraises et de la tendresse


-----
Merci Élodie pour l'inspiration.
Le journal de bord dans sa continuité → Journal tendre d'un confiné

14 commentaires:

  1. Ton "confinement bricolé à a petite semaine" est un (très) doux euphémisme...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais. Je ne voudrais pas heurter la susceptibilité de nos chers gouvernants :-)

      Supprimer
  2. Sympa , j'espère que la balade vous a fait du bien
    Bon week-end ... Oui c'est le week-end même si ça change rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y suis allé seul car on essaie de limiter les déplacements (et les risques). C'est malgré tout le week-end pour tous ceux qui télé-travaillent, pour ma moitié en tout cas. Bon week-end à toi !

      Supprimer
    2. Je pensais au chien ;)

      Supprimer
    3. Pour une fois je me suis promené sans elle car j'allais (après ce petit détour) faire les courses ;)

      Supprimer
  3. Ahahaha ! Je suis retournée marcher moi aussi.
    Je vais en parler dans mon billet du soir :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi que le clin d'œil t'ait fait sourire. Avec les drames qu'on nous annonce, écrire, alerter, informer, sourire, rire deviennent indispensables. Impatient de lire ton billet ce soir :-)

      Supprimer
  4. Bonjour de l'Alberta, où nous n'en sommes pas encore au confinement total. Le besoin de ces notes fait un peu sourire... jusqu'à ce qu'on nous impose quelque chose de semblable, probablement.
    Je suis toutefois rassuré de lire que tu prends cela avec humour! Et les pissenlits indiquent que la nature continue tout de même son inexorable cycle de réveil printanier... chez vous, du moins! Ici, nous sommes encore sous la neige, qui commence à peine à fondre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus que de l'humour c'est avec un sentiment mêlé de résignation et d'énergie du désespoir, l'inquiétude chez moi se meut en poésie et en ironie. La gestion par nos gouvernants ou plutôt leur communication est brouillon, contradictoire, désespérante. J'espère que tu seras épargné par ce virus qui chamboule tout et partout. Merci de ta visite :)

      Supprimer
  5. Jolie sortie et feuille de sortie ! Il est joli ce palais, je ne connaissais pas (en même temps je ne connais pas grand chose de Marseille...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imposante bâtisse qui regroupe 2 musées : le Muséum d'histoire naturelle et le Musée des Beaux-Arts et 2 parcs. Tout est fermé, bien entendu, en cette période de confinement, mais nous avons la chance de les avoir à proximité. Bon week-end Carole :)

      Supprimer
  6. Quelle jolie balade! Et ton humour fait du bien autant qu'un bol d'air! Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ginou de m'avoir accompagné dans cette balade (en tenant tes distances, bien entendu).

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?