Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

vendredi

Never trust a stranger

L'appareil lit les "22 hits enchaînés" mais pas en mode autoreverse

Attention. Billet foutraque en cours. Mais pas autoreverse[1]. Neurones en surchauffe pour écrire chaque jour ou presque que compte le mois d'octobre autour de mots[2]. Si je suis parfois hors-sujet, le jeu a le mérite de mettre de l'huile dans les rouages de ma fibre autrice. Merci Kozlika. La bande-son de ce billet est en décalage mais un peu raccord quand même. Une cassette "longue durée" datant de 1989. La jaquette arbore un sticker "PUB TV" et des photos miniatures de Jean-Jacques Goldman, Début de Soirée, Kim Wilde et France Gall. Raccord avec mon billet nostalgique On the radio qui racontait un de mes passe-temps dans ma chambre d'adolescent : fabriquer des compilations de titres de variété ou pop française ou internationale passant dans le poste. Imbibé de café, je déchire[3] l'enveloppe renfermant des tickets de caisse et les notes prises à l'hôtel hier. Kim Wilde chante Never trust a stranger : ne fais jamais confiance à un inconnu. L'inconnu c'est le réceptionniste, votre serviteur, à qui une client s'est confiée : 

— Je suis en France pour une affaire compliquée. 

J'ouvre grand mes écoutilles et laisse mon interlocutrice m'expliquer la raison de son séjour en France.

— Cet homme que je poursuis a tué mon mari. 

Le reste est confidentiel. 

Je reprends la lecture de la cassette. Pasadenas chantent Riding on a train : Choo choo train is riding : le train est parti, tchou tchou. Tchou-tchou[4].


--- 

[1] autoreverse : Un magnétophone autoreverse permet la lecture continue par inversion automatique du sens de rotation. En d'autres termes, l'appareil permet de lire les deux faces d'une même cassette sans la manipuler. C'est dingue quand on y pense. 

[2] Participation à #IWAK (Inktober With A Keyboard), jeu proposé par Kozlika

[3] J'aurais pu parler de déchirure musculaire ou du film de Roland Joffé ou encore d'une grande douleur affective, j'ai préféré déchirer une enveloppe. 

[4] Clin d'œil appuyé à l'embryon de projet qui ferait suite à l'Auberge des Blogueurs.

13 commentaires:

  1. Kim Willllllldeeee!
    La grande époque ! J'adore cette chanson.
    Bonne fin de semaine

    RépondreSupprimer
  2. Je faisais ça aussi (qui ne l'a pas fait), des cassettes de compilations, que je dois encore avoir d'ailleurs, dans quelque carton qui traîne à la cave ou au grenier.
    Ta "fibre autrice" ? Mes yeux ont saigné et un chaton s'est pendu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime pas les chats :p

      Ces cassettes sont ma madeleine de Proust (de pacotille) :-)

      Supprimer
  3. Mon chéri avait un poster de Kim Wilde dans sa chambre 😊

    RépondreSupprimer
  4. On nous annonce le retour de la cassette audio...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, après le vinyl, les cassettes audio. La nostalgie a de beaux jours devant elle.

      Supprimer
  5. Alors, la fin du billet est presque autoreverse (à moins de cherche le palindrome). Ce serait un sacré exercice de style.

    On pourrait même envisager un film autoreverse où l'histoire... non, je n'ai rien dit :D

    RépondreSupprimer
  6. C'était chouette ce projet....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Auberge des Blogueurs ? Oui, très chronophage mais palpitant. Je me suis beaucoup amusé.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?