Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

mardi

Le protège-cahier rose bonbon


Un billet, chez moi, ça part de rien. D'un protège-cahier rose bonbon plastifié que je trouve dans la niche sous les boîtes aux lettres, là où s'amoncellent généralement les prospectus vantant réclames et prétendues merveilles. De minuscules choses qui donnent à la vie un peu d'éclat, de fraîcheur. Qui surprennent, un peu. Comme hier, lorsque j'ai salué Isaac, le réceptionniste de nuit prenant la relève à vingt-trois heures. Je lui trouve la mine grise, absente. En guise de bonsoir, j'offre un coude à son coude, car rappelez-vous, il n'est plus question de bises ou de poignées de main fraternelles. Coude gauche contre coude gauche. J'enchaîne et le surprend, son coude droit répond à mon coude droit. Je lève le genou vers son genou. Il éclate de rire et joue le jeu, cogne son autre genou contre mon autre genou. Quel est le rapport, me direz-vous ? Eh bien, il faut étonner, surprendre, bousculer gentiment. La routine, les consignes à passer entre collègues, les banalités, étaient brusquement plus enjouées, sympathiques, souriantes. Même derrière le masque. Aujourd'hui, ce protège-cahier rose me fait le même effet. Je pense à la dame du troisième qui fourrage dans ses affaires à la cave et se dit, tiens, aujourd'hui, je vais offrir à mes voisins, à qui veut, un cahier de musique vierge, un roman à l'eau de rose, un protège-cahier rose bonbon. J'ignore si la vieille dame aux reflets rouges dans ses cheveux attend quelque chose en retour, un échange ou un merci à ses offrandes. Je vais de ce pas envoyer un SMS à notre voisine du dessous pour lui demander le nom de sa copine, Amélie Poulain en herbe, afin que je glisse ce billet de blog dans sa boîte aux lettres. 
 
Et comme le chantait Pauline Ester,
« Ce sont les petits petits petits petits petits riens 
Qui font toujours du bien 
Ce sont les petits petits petits petits petits riens 
Sans lesquels on est rien ». 

14 commentaires:

  1. Je ne me souviens pas de l'air de cette chanson, ça tombe bien, c'est un truc qui doit tourner dans la tête ...
    C'est toujours utile un protège cahier rose
    Bises Bonne journée Merci pour ce sourire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai en tête mais impossible de mettre la main sur le CD. Je pars en quête de la chanson...
      Bonne soirée & de doux rêves roses 😎

      Supprimer
  2. Ça fait combien d'années que je viens traîner mes puces par ici ? Cinq ans ? Six ans ?
    Bien plus sûrement.
    Bref... (une manie que j'ai, de mettre des "brefs" un peu partout). C'est sans doute parce que tu racontes ces petits riens qui sont le sel de nos vies que j'aime à venir ici. J'ai ailleurs une amie qui a aussi ce don de me faire du doux avec ses mots.
    C'est bien les mots. Pour nos maux.
    Ça va, je sais, elle était facile. Tant pis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il ne faut pas compter les années, voyons. L'essentiel, c'est que mes petites histoires continuent de te distraire. Merci infiniment pour ta fidélité !

      Supprimer
  3. Moi j’admire tes billets. Particulièrement depuis un an. Quelques grammes de finesse dans un monde de brutes.
    💜

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

      Supprimer
  4. Je me mets à penser aux expressions avec "rien" et je me dis que ce "rien" veut toujours dire beaucoup en fait et ça, ce n'est pas rien !
    Bises sur les coudes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, tiens ! on a jamais pensé à s'embrasser les coudes 😁 Quand on répond à un merci par de rien, ça n'est pas pour rien, c'est avec plaisir certes, mais pour quelque chose, au moins. Bises sur les genoux !

      Supprimer
  5. Adorable petit billet tout doux. Tout en fraîcheur et délicatesse. Elle me plaît cette histoire... On aimerait savoir la suite s'il y en à une.. La dame du 3eme étage ❤... Du bonheur ces mots...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci 😘 La dame a déménagé m'a dit la voisine du dessous. Le protège-cahier rose bonbon présageait un au revoir coloré. Excellente soirée à toi, chère Unknown.

      Supprimer
  6. Ton petit bonheur fait le mien aussi tant tu racontes avec douceur ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ginou ! Par les temps qui courent, la douceur est essentielle 😉

      Supprimer
  7. Un bon dimanche à toi Laurent !Sophie (des Grigris)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, le mien était mi-figue mi-raisin, mi-travail mi-promenade au soleil donc plutôt agréable. Douce semaine à toi Sophie !

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?