Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

mardi

Coup de foudre à Marseille Saint-Charles

Dans le camion, un chapeau et tous les cartons de ma vie parisienne ❤

Écrire des petits bouts même pour ne rien dire, ça me connaît. Parler de choses essentielles, vraiment, je suis un peu, disons, empoté ou discret ou les deux. En publiant, par exemple, ce matin sur le petit oiseau bleu la photo ci-dessus avec un commentaire laconique : il y a 4 ans, je disais au revoir à la rue Daguerre et à Paris pour tracer ma route jusqu'à Marseille où m'attendait l'homme de ma vie. Sur Twitter, Hélène me demande le lien vers le billet racontant notre rencontre. Eh ben y a pas. Comme ma moitié est aussi discrète que je suis loquace, j'ai toujours réservé notre histoire pour le cercle restreint de mes amis. Allez, puisque vous êtes sympas et que le monde manque de mots doux et de belles histoires, je vous donne un air de Kylie Minogue, Love at first sight :

'cause baby when I heard you
For the first time
I knew we were meant to be as one

Parce que bébé, quand je t'ai entendu pour la première fois, j'ai su que nous étions une évidence (traduction au doigt mouillé). 

Enfin pas tout à fait. Il y a eu des likes sur le profil Instagram de l'un puis de l'autre, beaucoup beaucoup de likes. Il m'avait tapé dans l'œil. Nous avons échangé nos 06. Et parce que la vie est trop courte pour s'offrir des fleurs demain, nous avons voulu vérifier le plus tôt possible si l'alchimie qui opérait lorsque nous bavardions au téléphone était réelle. Si sa voix chaude sentait vraiment l'ailleurs dont je rêvais secrètement. 

C'était en 2015. 

Mais les comptes ne sont pas bons, Kévin, me direz-vous. 2015-2021 ça fait cinq doigts de la main gauche et le pouce de la main droite, pas les quatre ans que tu évoques ce matin sur Twitter. Minute, papillon. Les deux ans manquant au compteur, c'est le temps qu'il a fallu pour que je m'installe dans le Sud, que je cherche un emploi, que nous multiplions les allers et retours entre Paris et Marseille pour éprouver notre histoire. 

J'ai débarqué à Marseille pour la première fois de ma vie le 6 septembre 2015, des papillons au ventre lorsque je l'ai vu descendre du Car Treize qui l'a conduit de la ville limitrophe où il habitait jusqu'à la gare de Marseille Saint-Charles. Je me souviens avoir marché des kilomètres avec lui ce jour-là, avoir siroté un Pastis sur le toit du Mucem et m'être dit sans le lui dire, c'est lui. C'est avec lui que j'ai envie de vivre. 

20 commentaires:

  1. C'est trop beau... Que du bonheur <3

    RépondreSupprimer
  2. hannnnnnnnnn c'est meugnonitude <3

    RépondreSupprimer
  3. Mais. Mais. C'est trop couuurrrrtttt <3<3<3

    RépondreSupprimer
  4. Ohhhh c'est magnifique ❤️
    Merci de nous dévoiler un peu de votre histoire !

    RépondreSupprimer
  5. Merveilleux....cela me rappelle aussi un coup de foudre il y a 32 ans qui dure encore....je vous en souhaite alors bien plus .

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce billet.
    Oui, merci, parce qu'il me permet d'ajouter un peu de douceur à l'année 2015 qui fut une année difficile pour moi.

    Évidemment je vous souhaite encore tout plein de belles pages à écrire à deux avec de jolies couleurs, des fraises à grignoter avec le cocktail qu'il vous plaira.

    Bisous.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai eu l'impression d'y être! Les histoires sont faites pour être racontées et aimées.....tu racontes bien

    RépondreSupprimer
  8. Magique de tant de simplicité ,dans une société si complexe à tous les égards... tu devrais envoyer ton histoire à Richard Curtis :)

    RépondreSupprimer
  9. Belle histoire qui fait rêver !
    La gare Saint Charles que beaucoup traversent en courant ou encore en s'enfuyant alors que c'est aussi un lieu pour flâner ou encore rêver à d'autres temps ou d'autres lieux.
    As-tu eu le loisir de regarder le haut des murs du grand hall avec les blasons des principales destinations ou encore cherché le traces laissées par les constructeurs de ce grand hall ?
    Continuez de rêver sur votre nuage.

    RépondreSupprimer
  10. Un peu de douceur dans un monde de brut, merci :-)

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour cette histoire toute simple mais si belle !

    RépondreSupprimer
  12. Merci à tous pour vos doux commentaires 😘

    RépondreSupprimer
  13. Comme c'est doux de lire des gens qui s'aiment ❤

    RépondreSupprimer
  14. Un peu court mais quel bonheur !!! Je suis heureuse pour toi, pour vous. Amitiés bretonne à vous deux. Sophie des Grigris

    RépondreSupprimer
  15. Ah le romantisme du quartier Saint-Charles à Marseille ! ;-)

    RépondreSupprimer
  16. Vous avez parcouru des kilomètres, mais vos semelles étaient légères, car elles glissaient sur le vent, un vent favorable qui vous a menés vers le nuage rose où vous vivez votre bonheur. Ad multos annos.

    RépondreSupprimer
  17. Ça me donne presque envie de raconter mes premiers moments... il y a 12 ans déjà! La cohabitation a été un peu plus rapide, mais les étapes semblables.

    RépondreSupprimer
  18. Merci ENCORE à tous pour vos doux commentaires 😘

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?