Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

mercredi

Je suis Paul Dindon

Une illustration à laquelle a échappé l'Auberge des Blogueurs 
 

Voilà, c'est fini. J'ai passé l'été en Fiction en plein Haut-Jura, hors réalité-Covid19, sans masque ou plutôt si mais pas ceux qu'on croit. Et c'était chouette. De mi-juin à mi-septembre, l'Auberge des Blogueurs[1] tenue par Kozlika et ses fins limiers a hébergé 65 personnages, personnel et clients hauts en couleurs. J'y ai pris part et j'ai trouvé l'expérience exaltante. 

Mais cékoidon ? 

Un jeu de rôles littéraire où 58 auteurs ont agité les fils de leur(s) marionnette(s) dans une des 20 chambres et studios répartis sur 4 étages, au restaurant, dans les forêts environnantes, au village voisin ou au bord du lac où quelques beaux morceaux ont été pêchés. Ce sont à peu de choses près 869 billets qui ont raconté leur quotidien, leurs interactions. Vous pouvez lire l'œuvre chorale de façon chronologique ou par personnage. Vous pouvez aussi visiter le forum[2] et vous faire une idée des coulisses, du remue-méninges qui l'a agité jour et nuit (471 discussions, 12 974 messages, à l'heure où j'écris ce billet). On y a préparé les interactions, les contraintes littéraires hebdomadaires, on y a beaucoup discuté, beaucoup ri aussi. On s'y est écharpé parfois (pas longtemps, les modérateurs veillaient au grain et tranchaient dans le troll quand il le fallait). À cela, ajoutez l'anonymat (personne ne savait qui était qui, ou presque), ça vous donne une petite idée de la complexité de la chose. 

Qui étais-je, Nadège ? 

J'ai imaginé Paul Dindon. Grand gars de 55 ans débarqué de Paris pour profiter des joies jurassiennes, barman au Fer à Cheval, troquet d'habitués à Bonne Nouvelle, affublé d'un don de voyance plutôt encombrant, il se mêle à la clientèle de l'auberge, s'acoquine avec une jeune femme nature-peinture comme on dit à Marseille, conduit au village une actrice incognito au volant de la vieille BM clinquante que lui a prêtée Sylviane, sa patronne. Les méandres de l'histoire que je lui ai tricotée en 17 billets l'emmènent à quelques kilomètres de Saint-Amour (Jura), sur des airs de chansons françaises des années 80. 

Vraie-fausse carte de visite de Paul Dindon

-----

[1] L'Auberge des Blogueurs

[2] Le forum (pour y accéder et vous perdre dans les dédales des discussions, il vous faut créer un identifiant) ; vous pouvez (devez !) participer et laisser vos questions, vos impressions. 

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii à KozlikaFranck Paul, Pep, PhilippeJonathan, et l'homme de ma vie aka Laurent (pour la plupart des illustrations fantasques et l'inspiration) et tous mes partenaires de jeu. 

* Pour lire les 17 billets de Paul Dindon : c'est ici :-)

15 commentaires:

  1. C'est vraiment dommage que le Fer à Cheval n'existe pas, on aurait pu tous d'y retrouver le 15 juin 2021 pour jouer à "que sont-ils devenus" ;-)

    RépondreSupprimer
  2. @Kozlika : Mais tellement !
    @Laurent: Quel plaisir ça a été de jouer avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kozlika @Luce Je me suis inspiré d'un troquet sis dans une des petites rues donnant sur le bd Bonne Nouvelle où j'ai passé quelques soirées mémorables. La patronne était toquée et adorable. Mais que se passe-t-il le 15 juin 2021 ?!?!?! Le plaisir de jouer avec vous deux était immense, vraiment.

      Supprimer
  3. Kozlika et Luce, tout pareil. Et dommage pour l'illustration.

    RépondreSupprimer
  4. Les illustrations de Laurent et les aventures de Paul Dindon resteront pour moi un moment fort de cette Auberge des Blogueurs ! Elles lui auront ajouté un petit air très désuet de cartes postales qui resteront dans les annales et les albums de famille pour les générations à venir !

    RépondreSupprimer
  5. @Cunégonde Mon directeur artistique (hihi) m'a convaincu de faire l'affiche Un Dindon à Paris https://auberge.des-blogueurs.org/post/2020/09/03/chamboulement-atermoiements

    @Otir Quelle belle aventure hein ! Je viens de lire à Laurent ton commentaire :-) et devant sa réaction attendrie, je lui ai dit, mais réponds donc toi à Otir. Il m'a répondu : non non non, moi je reste dans l'ombre.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai honte, je n'ai pas pris le temps de lire tous tes billets. Ceux que j'ai lus m'ont toutefois bien plu, turlututu. M'est avis que tu devrais poursuivre dans la fiction. Mais ce n'est que mon avis — et je dis ça, je ne dis rien, poil au sapin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu es chou genou caillou. Je mets bientôt à jour un onglet Paul Dindon pour une lecture des 17 billets, je te dirai dès que c'est en ligne, poil à la vigne :-)

      Supprimer
  7. Ah Laurent !
    Nous nous étions croisés il y a fort longtemps lors d'un repas Paris Carnet, puis perdus de vue dans la foultitude de Twitter. Content de t'avoir retrouvé à l'auberge, content de t'avoir poussé du coude pour y revenir.
    Je n'oublierai jamais que tu as été ma première "vraie" interaction en portant secours à ma June lors de l'alarme incendie, puis pour un "verre de l'amitié" à Pollox. Merci.
    Et quel beau personnage que tu as fait. J'ai aimé la lumière que tu as donné à l'auberge.
    Bisou :-*

    RépondreSupprimer
  8. ARF !!! Blogger et les commentaires... La croix et la bannière sur ma tablette...
    Juste pour dire que le commentaire précédent était signé Orpheus ;-*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me disais mais c'est qui cet unknown et puis j'ai chaussé mon cerveau. Oui mais c'est bien sûr. La p'tite June sur ses Louboutin qui transforment ses rêves de cinéma en réalité. Celle qui a conduit sans permis ma BM, à qui j'ai fait écouter Jeanne Mas. Mais je ne me souviens pas de ce Paris-Carnet, mon second prénom c'est Dory. D'ailleurs à propos de Paris-Carnet, tous les premiers mercredis du mois, il y a Paris-Carnet via zoom avec Otir, Kozlika & cie. Tu en es ce mercredi 7/10 ?
      Merci pour ce gentil compliment, je me suis donné beaucoup de mal pour ce Paul Dindon, pour lui donner ce côté fantasque MAIS attachant, sans oublier de lui donner de l'épaisseur. Et dire que j'avais des talents de pongistes insoupçonnés (seuls les vrais savent).
      Bisou itou :-*

      Supprimer
  9. Fantasque ET attachant ce Paul Dindon, un vrai régal de suivre sa vie à l'Auberge, ses interaciotns avec les autres personnages et les illustrations ! Chapeau ....en tant que simple lectrice je dis Bravo et Merci pour ces bons moments partagés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merciiiiiiii Ginou. J'ai lu tes impressions sur le forum, merci ! Bravo à toi lectrice pour avoir tenu de bout en bout ce marathon de lecture et merci infiniment pour tes doux compliments. Très appréciés pour une première expérience en fiction !

      Supprimer
  10. Je l'ai déjà dit par ailleurs mais je le redis chez toi : j'ai beaucoup aimé le perso, et les illustrations à chaque billet !
    Et pousser le vice à créer une adresse email, un compte twitter, et tout : chapeau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Tomek !!! Je me suis tellement pris au jeu que je lui ai créé une adresse mail (et même un profil Tripadvisor mais chut on va me prendre pour un grand malade).

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?