Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

lundi

Des fraises Taga-dents

 


Chez la dentiste, je ferme les yeux et je voyage intérieurement. Je m'efforce de ne pas penser aux bruits que font les ustensiles dans ma bouche. Généralement, je songe aux choses qu'il me reste à faire, aux courses que je mémorise par ordre alphabétique et repasse en revue. Aujourd'hui, je me transporte jusqu'à ces chaises de jardin blanches que j'ai photographiées hier lors d'une promenade sur une petite portion des 57 kilomètres de littoral que compte Marseille. Ces chaises de jardin vides que je rêvais d'occuper car leur assise offrait une vue panoramique sur la baie.

La sonnerie du téléphone interrompt l'ouvrage de la dame. Elle envoie son assistante vêtue d'une blouse rose ornée de cœurs et de dents qui sourient signer le bordereau de livraison qui attend à l'entrée. Elle s'excuse encore de m'avoir oublié en salle d'attente un peu plus tôt.

– ... (j'émets des borborygmes pour dire "pas de problème")

Elle revient à sa tâche et plonge l'aspirateur à salive dans ma bouche bée. 

Je retourne mentalement aux préparatifs qui m'occupaient ce matin. Dans ma hotte, des petits cadeaux pour ma famille et les amis qui vont m'accueillir une nuit en Gironde, deux nuits en Dordogne, le reste en Charente. J'ai troqué la bouteille de Pastis contre des produits moins emblématiques, moins alcoolisés. Une bouteille de Pac citron, des douceurs du Luberon, des fraises Tagada. 

À propos de fraises, la dentiste ramène la sienne, de fraise, dans ma bouche. 

Sans rapport avec ma carie, ou un peu peut-être, Haribo a beau être une marque allemande (elle tient son nom de son inventeur et de sa ville d'origine : Hans Riegel Bonn), Marseille héberge une usine française. Et si vous cherchez à déchiffrer l'emballage des bonbons, vous trouverez, en plus de toutes les cochonneries qu'ils contiennent, l'adresse marseillaise, dans le 14e arrondissement.

Alors que la dentiste achève le pansement obstruant la carie, je repense à ces chaises de jardin en plastique blanc au premier étage d'une maison que j'évoquais plus haut. Il y avait aussi, un pâté de maisons plus bas, des tabourets de bar installés sur une modeste terrasse. Chaises ou tabourets d'où l'on contemple le couchant, armé d'un p'tit jaune ou d'une limonade. La douceur d'un quartier populaire mais prisé, où le linge sèche face à la mer, où les griffes de sorcières prospèrent sans la main de l'homme, où un castor de deux mètres de haut trône chemin du Mauvais pas, où le panneau "interdit aux extraterrestres" fait face à la Cabane Georgina où l'on lit qu' "il est plus probable d'être suivi en étant devant que derrière."

– C'est terminé, m'annonce la dentiste. 

Je reviens sur le plancher des vaches, échange quelques banalités à propos de ma dent de sagesse, me déleste d'une somme forfaitaire et souhaite de bonnes vacances à l'assistante à la blouse rose ornée de cœurs et de dents qui sourient. 

 

---

Pour vous prouver que le castor de deux mètres n'est pas le fruit de mon imagination ou de mon anesthésie chez la dentiste, je vous propose de cliquer sur ce lien pour 20 clichés de ma promenade, réelle, à la Madrague de Montredon, Marseille 8e.  

Légendes des photos en cliquant sur le petit i de infos (tout dépend de votre navigateur).

10 commentaires:

  1. Quel bleu ce ciel waou...
    Merci de donner une autre vision du dentiste ;)
    Bonnes vacances

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a au moins une personne qui a cliqué sur le lien qui redirige vers mes photos 🥰 Douces vacances à toi également 😎

      Supprimer
  2. Merci Laurent de nous promener dans ce quartier à la Guediguian. Je sens que j'ai fait une faute. Smack

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du tout. Aucune faute 😉 Merci de ta visite 🥰

      Supprimer
  3. Jolies photos je connais qq qui habite à la Madrague mais pas intéressant 😉bisous ma poule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Madrague de BB ou celle de Marseille ? 😘 Bisous itou ma poule 😘

      Supprimer
  4. J'aimerais avoir ta capacité à s'échapper lorsque je suis clouée de peur sur le siège de la dentiste. Mes pensées jouent au ping-pong entre ne pas oublier de respirer (fail) et ne pas trop me raidir (re-fail).
    La prochaine fois, je songerais peut-être à l'acidulé des fraises.
    Une grenouille 💚

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le cerveau, cet incroyable outil dont on n'exploite pas toutes les vertus, peut apaiser une peur en dérivant, par exemple, l'attention sur tout à fait autre chose. Plus facile à dire qu'à faire, je le conçois.
      Idem pour la respiration en conscience.
      Merci pour ta visite 🥰

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?