Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi

Le Deuxième Commencement @ Chéries-Chéris


J'ai raconté ici et  le tournage du film Le Deuxième Commencement d'André Schneider. De ce que l'ai lu, appris et joué du scénario, de ce que j'ai vécu, à Paris en décembre puis à Berlin que je découvrais et aimais en février 2012, de ce qui a été filmé, mis en lumière en scène puis superbement en musique par Thorsten Strohbeck, je découvrirai, curieux et fier, plein d'espoir, le résultat sur grand écran vendredi prochain. Je guetterai le regard neuf des spectateurs qui regarderont la parenthèse de vie amoureuse qu'a imaginée André. Une aventure humaine qui a scellé une petite équipe allemande, une semaine ici, une semaine là. André Schneider, Jennifer Eberhardt, Nikolaus Tunis, Jade Boyd, Hanna Schwab, Marc Hodapp et les petites mains qui ont permis que ce film existe et soit présenté, merci.

Le Deuxième Commencement qui m'a vu heureux de reprendre du service le métier d'acteur qui m'a fait vibrer il y a trois ou quatre lunes est présenté vendredi 12 octobre (à 17h00) lors du 18e Festival gay, lesbien, bi, trans et ++++ de Paris, Chéries-Chéris au Forum des Images à Paris du 5 au 14 octobre 2012.

Sur le le site du festival Chéries-Chéris qui a programmé le film, le synopsis :
André et Laurent ont eu une relation stable pendant dix ans. Puis leur amour s’est doucement éteint. Ils se sont séparés. André est retourné vivre dans son Allemagne natale. Après trois ans de célibat, Laurent rend visite pour la première fois à son ex et il débarque à Berlin. Ils s’approchent prudemment l’un de l’autre. Et l’un et l’autre s’aperçoivent avec étonnement qu’un lien les unit encore, que leur amour n’est pas aussi éteint qu’ils le croyaient… André Schneider est connu en France pour être l’auteur de comédies allemandes, Nos jours légers (Yuri Garate, 2010), Men to Kiss (« Männer zum Knutschen », Robert Hasfogel, 2012).

Et le mot d'Hervé-Joseph Lebrun, délégué général du festival :
André Schneider livre ici une œuvre plus personnelle, interprétant l’un des deux rôles principaux, où le retour de flamme est traité avec une sophistication effleurée d’élégante désinvolture. Le Deuxième Commencement, savoureusement écrit, suggère que l’amour serait perpétuel, constitué de flux. Les situations cocasses succèdent à de profondes tristesses, dialectique de l’humour et de la mélancolie. Le temps, l’âge, le temps perdu, ne se rattrape jamais. Oui, justement. Une réussite inattendue.

12 commentaires:

  1. M. Schneider est ravi comme un fou et très fier et... et... et...

    RépondreSupprimer
  2. JE VEUX LE VOIR. (je l'ai déjà dit ?)

    Je me suis toujours demandé ce que ça fait d'embrasser "pour de faux" quelqu'un dans un film. Peut-on vraiment embrasser pour de faux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'embrasser dans un film, c'est comme un danse, c'est comme une petite choreographie. C'est un mix entre "technique" (c'est pour le camera) et sentiment.

      Supprimer
    2. Je pense que je n'aurais pas pu recevoir d'explication plus claire ! Merci. Comme une danse... évidemment !

      Supprimer
  3. Moi aussi je veux le voir, mais je serai pas a Paris le 12, quel dommage. Encore bravo Laurent et à très vite pour arroser ça

    RépondreSupprimer
  4. Les baisers les plus réussis au cinéma sont tout simplement de vrais baisers ; quand les comédiens acceptent tout simplement de réellement s'embrasser, avé la langue et tout et tout ^_^
    Rendez-vous le 12, alors !

    RépondreSupprimer
  5. Hein? Mais c'est quoi cet horaire? Je serai en réunion moi!!! C'est malin!
    Il y aura une séance de rattrapage ou devrai-je attendre la sortie du film en salle?

    RépondreSupprimer
  6. L'égo, déjà très présent, de monsieur Delpit va atteindre son paroxysme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, mon troll. M'a manqué.
      Avoir un ego, c'est tout le mal que je vous souhaite.
      Quel plaisir prenez-vous à commenter anonymement à propos et toujours à propos du même sujet (mon ego)? N'auriez-vous pas d'autres chats à fouetter ? D'autres gens à emmerder (anonymement, bien sûr) ?
      Et toujours ma réponse la plus urbaine : allez voir ailleurs si j'y suis et si je n'y suis pas, restez-y.

      P.S. Au fait, vous qui venez m'emmerder anonymement, j'ai votre adresse IP. Votre trace, quoi. Je la tiens à votre charmante disposition.

      Supprimer
    2. P.P.S. Je suis en revanche tout disposé à entendre des critiques objectives et constructives. Je vous signale à tout hasard qu'un film est un oeuvre collective. Ce qui m'intéresse, notamment, dans le regard du spectateur, c'est son ressenti sur l'histoire racontée et non sur ma seule et petite personne. Ôtez donc ce masque anonyme qui déforme vos traits offrant un rictus haineux et venez à notre rencontre, ce vendredi, 17h.

      Supprimer
  7. Je vais essayer d'être là ce vendredi. En tout cas, une grande "merde" pour sa bonne réception ! Bisous. David

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?