Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi

Annie Cordy et le hareng-pomme à l'huile






Apéro en ce début de printemps à Paris, sur les quais de la Seine, pas loin de Saint-Michel, avec Amandine. Nous devisons, nous levons nos verres aux touristes qui nous saluent depuis leur bateau-mouche, nous nous bidonnons. Étrangement et fabuleusement, nous aimons nous bidonner de conserve.

Nous lisons à haute voix, hilares, les botulèmes qui suivent. En voici quinze. Pourquoi quinze ? Parce que.

1. Finalement Annie Cordy c’est mieux que Charlotte Corday. 

2. Qui trop s’embrasse manque le train.

3. Quand l'amour tarde, le corps nichon.

4. Tout le monde veut sauver la planète mais personne ne veut descendre la poubelle.

5. J’aime le côté j’m'en foutiste des morts.

6. La SPA, c'est pas fait pour les chiens.

7. Pour la communion, l’hostie est quand même plus pratique que le hareng-pomme à l’huile.

8. Dieu soit loué, d’accord mais meublé.

9. Je mettrai une robe le jour où le dalaï lama se mettra en pantalon.

10. Si ton boomerang ne revient pas, c'est qu'on t'a vendu un cintre.

11. Connais-MOI toi-même. 

12. Entre Marie Curie et Marie Brizard, je n’hésite pas.

13. Aristote était capable de penser en marchant, et de dire bonjour.

14. Un vieux qui meurt, c’est une place de parking qui se libère.

15. L’intelligence artificielle: un espoir pour les cons!

Ah non, tiens, 16, y'en avait seize. 

16. Quand le héron prend son pied, il se casse la gueule.



----------

Ces traits de génie fabuleusement barré sont à l'actif de Jean-Baptiste Botul.

Amandine Brylinski plante régulièrement son élégante punkitude aux salons Botul. Elle écrit notamment "Pour un botulo-féminisme" sur botul.fr et elle perd parfois sa jupe à trottinette.

D'autres botulèmes ?

#botul


4 commentaires:

  1. J'aime beaucoup la quatrième !
    Je ne sais pas si on peut la classer parmi les botulèmes, mais l'autre jour j'ai entendu la chose suivante qui m'a fait bien rire : "Quand on meurt, c'est pour longtemps".

    RépondreSupprimer
  2. Il ne figure pas dans votre liste, mais j'aime moult celui-ci : Je suis hypocondriaque mais je me soigne.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?