Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

samedi 18 février 2017

Le chef d'État aux petits oignons

De la routine jaillit l'aventure (allégorie)

Je m'ennuie dans mon boulot. Je m'attache à y remédier. Chaque jour. Différemment. J'ai ma technique : l'observation, la contemplation, la rêverie, l'échange avec mes pairs.

Le quotidien d'un réceptionniste d'hôtel est pourtant riche. Entre la répétition de mêmes tâches, jour après jour, la prise de consignes auprès des collègues, les rapports à imprimer, les réservations à vérifier (qui paie quoi, qui préfère quoi, qui souhaite quoi), l'accueil physique ou téléphonique, les demandes banales, extraordinaires ou ridicules, la consultation des OTA's (Booking, Expedia et tous les tours opérateurs), l'administratif, les procédures, les e-mails, les factures proforma, les visites prévues ou impromptues, les check-in les check-out, les clients à satisfaire ou à déloger, et j'en passe des vertes et des pas piquées des hannetons, se loge mon ennui précité.

La période calme augmente substantiellement la propension à bayer aux corneilles.

Je joue. Je joue à Guess My Age, non pas à la télé mais à la réception. À chaque arrivée de client, les formalités, la photocopie du passeport, je glisse un regard appuyé vers ma collègue pour lui proposer de scruter Monsieur et Madame ou Monsieur et Monsieur pendant que je les accueille. Lorsque ces derniers ont pris possession de leurs appartements, je demande à ma voisine de deviner leur âge. Et généralement elle se trompe, en leur faveur.

Il nous est également demandé de renseigner le cardex (nom, prénom, adresse postale et électronique, téléphone, date de naissance) dans le logiciel maison. Comme, une fois sur deux, l'adresse ressemble plus à des pattes de mouches qu'à l'écriture humaine, je consulte Google pour m'aider au déchiffrage. Je profite de l'occasion pour copier-coller l'adresse dans Google Maps qui me conduit ensuite sur Google Street View où je contemple ébaubi le biotope de mes clients. Aujourd'hui je parcours la tête dans les nuages une vaste avenue bordée d'arbres à Orlando, Floride.

Il m'arrive également de googliser mes clients et d'apprendre qu'un tel a gravi le K2 (deuxième plus haut sommet de la planète), qu'un autre travaille dans la tour voisine de Donald T. sur la 5e Avenue à New York.

Je dois dare-dare remballer mes voyages immobiles car nous recevons une délégation présidentielle. Tout le monde est sur le pont et le petit doigt sur la couture du pantalon. Je serre la pince au chef d'État et bredouille une salutation dans sa langue. Le directeur, la responsable régionale des ventes, les réceptionnistes accompagnent la douzaine d'éminences à leurs chambres. Les bagages viennent ensuite. Les étiquettes ne correspondent visiblement pas aux propriétaires des valises - peut-être est-ce une mesure de sécurité que sais-je. Un accompagnateur nous aide à identifier et répartir les bagages par étage. Dans la précipitation, une valise a échappé à notre vigilance. Elle est entre les mains de l'équipier que nous avons réquisitionné. L'appréhension de la boulette nous saisit soudain. Les ascenseurs étant accaparés, je monte les marches quatre à quatre à la recherche de notre ami équipier que l'occupant de la chambre 627 vient d'éconduire. Trop tard. Elle n'est pas au client, me dit-il en me désignant une valise orpheline. Tu as donc parlé au Président, dis-je, laconique.

Une assistante nous demande de réserver une table Chez Francis, "brasserie de luxe" parisienne à 10 minutes en taxi. Et de lui commander une soupe à l'oignon. Qui n'est pas au menu. Nous insistons auprès de la brasserie, qui n'en a cure. Nous nous obstinons en précisant le caractère présidentiel de la visite et essuyons une deuxième douche glacée d'indifférence. Dans un éclair de lucidité, ma collègue nous apprend que le restaurant d'à-côté peut nous la préparer. Quatre appels téléphoniques plus tard, la soupe à l'oignon est remise à la délégation qui aura à charge de véhiculer le chef d'État... et sa soupe à l'oignon jusqu'à la "brasserie de luxe" (qui a brutalement perdu en prestige) où nos amis finiront la soirée.

Notre responsable régionale des ventes, une lueur facétieuse dans le regard, me chuchote : voilà une journée que tu pourras raconter sur ton blog.



-----
* Mon précédent billet sur ma vie d'hôtelier


* Post scriptum :
Chères lectrices, chers lecteurs, qui avez déjà souscrit à l'infolettre, avez-vous reçu un e-mail vous alertant de la publication de ce billet ou des précédents (merci de répondre en commentaire ou par e-mail @ desfraisesetdelatendresse@gmail.com) ? Car j'ai l'impression que le zinzin est en panne.

22 commentaires:

  1. À quelle heure est-elle programmée, ton infolettre ? Le jour même de la publication ou le lendemain ? Là, tout de suite, je n'ai rien reçu (juste vu ton tweet).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la nuit. Ce sera donc pour les lecteurs du dimanche matin :)

      Supprimer
    2. C'est bon, j'ai reçu. Tutti va bene.

      Supprimer
  2. Mais mais , tel la NSA tu recherches des informations sur tes clients ?

    RépondreSupprimer
  3. Ben v'oui quoi, c'est pour les faire chanter plus tard et avoir des aides pour acheter le Negresco ! Faut tout lui dire ! Pfff… ^^
    (Réponse à #Politeeks)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahaha j'ai des ressorts un peu plus médiocres pour faire fortune :) je joue au Loto ^^

      Supprimer
  4. Rien reçu pour le moment ;)
    Elle était bonne la soupe ?
    On aime bien quand tu t'ennuies finalement ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je saurai demain (car je reprends demain) s'il a aimé sa soupe ou s'il en a parlé et si la vaisselle nous a été retournée... pour qu'on la rende au resto qui a bien voulu nous la préparer.

      Supprimer
  5. Il est d'où ton amateur d'oignons ? gratinée la soupe ? avec des petits croutons à l'ail? sinon, c'est pas du jeu...j'adore quand tu t'ennuie
    bises ma poule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vient d'Amérique du Sud :) Quant à la soupe, nous avons demandé à ce que le fromage et les croûtons soient disposés à part, car entre le moment où elle nous a été livrée et celui où il l'a eue sur sa table, il a dû se passer une petite heure.
      Bisous ma poule.

      Supprimer
  6. Haha excellent ce post. La soupe à l'oignon objet de ton tracas si elle a été dégustée tiède a du lui rester sur l'estomac à ton client.. la valise égarée a retrouvé son propriétaire, tu as voyagé gratos sur Google, tu as ironisé sur l'âge d'un arrivant, avec ta collègue. Les journées doivent passer vite dans ton hôtel. J'en conclus que ton job aussi ennuyeux qu'il soit, te permet d'agrémenter ton blog de notes fort agréables à lire. Merci de nous partager un quotidien très agréable à lire. 👍👍

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta visite ^^ aujourd'hui entre deux clients j'observe les passants via les caméras de surveillance.

      Supprimer
  7. je reçois bien ton mail et m'empresse de commenter tes journées pas plus ennuyeuses que les miennes .... quant aux délégations officielles je te raconterai une ou deux anecdotes à notre prochaine rencontre ��
    Bizbiz mon Laurent, j'adore tes billets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou you. J'attends donc tes anecdotes avec gourmandise. Bibises.

      Supprimer
  8. Rien reçu... et moi je joue à "Guess où il bosse". A dix minutes de Francis, ce n'est donc ni le Plaza, ni le Prince de Galles, ni le George V... trop près ces trois là... élargissons le périmètre...
    Et pour rehausser un peu le prestige de Francis, j'ai le souvenir qu'il y a..... long soupir.... une mienne petite chienne que je logeais habituellement sous ma chaise et sur un plaid (en cachemire tout de même!)y reçut une très jolie assiette emballée de papier alu et remplie de friandises carnées... Ni elle ni moi n'avions rien demandé... Il faut dire que la chienne en question était un Cavalier King Charles, race émouvante et encore rare en ces temps anciens... J'adore tes chroniques Laurent... encore et surtout, ne les égare pas . pour plus tard quand tu auras retrouvé ta liberté, tu en feras un volume, j'espère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien reçu ? Envoie-moi un email à desfraisesetdelatendresse@gmail.com que je vérifie ça.
      Guess où je bosse (dans le 16e).
      Chez Francis sont donc plus aimables avec nos amies les bêtes qu'avec nos présidents et ça n'est pas pour me déplaire.
      Quant au volume, j'y pense et puis j'oublie j'y réfléchis :-)
      Merci pour ta fidélité. Prenons un café avant que je ne quitte la capitale...

      Supprimer
  9. Merci Laurent de partager cette journée présidentielle ! Un vrai conte de ...fous lol

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?