Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

mercredi

Je ne suis pas venu ici pour souffrir, okay ?




Je ne suis pas venu ici pour souffrir, okay ?

D'abord le tableau noir :

* vendredi : le client agressif et ses acolytes qui m'insultent parce que j'ai eu le malheur de leur rappeler les règles de la maison, un horaire de départ, pas respecté évidemment. Je crains un couteau brandi, un coup de boule, ou pire. Mon directeur s'est un jour fait casser une dent par une cliente sauvage qui a mal vécu son éviction. Alors que les choses soient claires : on a parfaitement le droit de refuser des clients (même avec une réservation) quand la sécurité de l'établissement, sa propre sécurité, celles des autres clients est en jeu. C'est à l'appréciation du réceptionniste d'hôtel en poste ou de son supérieur hiérarchique, s'il est présent. Je laisse les en******s de mouches disserter à propos de la légalité de la chose. J'ai connu le vol avec agression, les visites au commissariat pour confondre le scélérat. Chat échaudé craint l'eau froide. 

* samedi : le client qui veut en venir aux mains parce que je refuse de le rembourser (le quartier ne lui plaît finalement pas, nous n'avons pas de parking, et j'en passe des justifications du gars qui ne s'est jamais renseigné sur ce qu'il a réservé). Je vous épargne les détails d'un incident qui a trop duré. Le pignouf évincé par je ne sais quel miracle rappelle pourtant à 23h pour me menacer d'un "j'arrive et je t'encule" avant de raccrocher. Avouez que ça met de bonne humeur.  

* dimanche : la parigote qui nous traite de voleurs parce que sa "robe de créateur" a disparu. Ambiance. Arrivée chez elle, elle nous appelle et se confond en excuses. Sa "robe de créateur" était roulée en boule au fond du sac. Pauvre "créateur".

* Je ne compte plus les petites agressions de tous les jours qui pourraient déraper si je demandais, humblement ou sèchement, le respect.  

Souvent, je me tais et ça me rend malade parce qu'en creux j'accepte l'agression, l'irrespect, je baisse mon froc, métaphoriquement certes mais l'effet est détestable. Que faire, que dire. Quand à vélo, 

* mardi : je gueule "P***** mais faites gaffe" par réflexe lorsqu'une portière s'ouvre et manque me renverser. Que dire que faire quand le conducteur me rattrape, son abruti de passager me crache à la figure. Que faire que dire qui ne me fasse prendre le risque de me faire tabasser un soir sur le bord d'un boulevard rentrant chez moi. Ce soir-là, j'avale ma haine des sauvages. 


Un peu de rose et d'humanité au tableau :

* Il est 6 heures. Le livreur A de la société X arrive dépité avec son chariot. Son camion est plus loin. On lui a fracassé la vitre, volé les clés du camion et son sac. Nous sommes trois, le nouveau réceptionniste de nuit, son formateur et moi-même, à l'aider à descendre la livraison en cuisine. Nous devisons à propos du salopard qui lui a bousillé sa journée. 

* Une heure plus tard, je vois arriver le livreur B de la société Y qui approche avec ses chariots de linge. Aidé par le livreur A de la société X. Deux hommes travaillant pour deux sociétés distinctes proposant des services qui n'ont rien à voir se donnent un coup de main. Le livreur B prend sur son temps (chronométré) pour venir au secours d'un confrère dans la panade, le livreur A, qui le lui rend bien en l'aidant à son tour. Leur journée risque hélas de s'achever plus tard que prévu et sur des dépassements horaires... bénévoles, pour l'un et pour l'autre. Le gars qui a prêté main forte au malheureux (une crème de gentillesse) me dira ce matin : aucun de ses collègues ne l'aurait aidé, ce sont des chiens. 

L'entraide, la solidarité, entre deux gars. Il n'en fallait pas plus pour me réconforter.

* Ou encore, ce soir, à 20 heures, la vieille dame dans sa Smart rouge qui s'en va nourrir les chats errants de je ne sais quel quartier.

* Le couple âgé sourd et muet du deuxième étage qui me fait coucou de la main avec un large sourire.

* La chienne qui pousse un cri de joie parce que je lui promets une friandise. 

* Mon mec qui m'offre de lécher la louche pleine de chantilly maison. 


17 commentaires:

  1. Bonsoir j'avoue j'ai eu 1 sourire à vos écrits et cela m'a rappelé 1 patient (je bosse dans 1 laboratoire) au téléphone, très mécontent de recevoir 1 facture pour absence de mutuelle et qui me sort "va te faire enc*** conn****" à qui j'ai répondu :"direct ? D'habitude on m'invite au resto avant !". Le monsieur a brutalement raccroché mais grâce à lui fou rire général avec mes collègues ! Heureusement il y'a, comme vous l'écrivez si bien, des petits moments de douceur pour effacer la brutalité des autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici ! Il y a plein de billets bien plus tendres et réjouissants que celui-ci. Faites comme chez vous. Ce patient impatient vous aura au moins fait rire, c'est déjà ça de pris. Merci pour votre lecture :-)

      Supprimer
  2. Quel plaisir de te lire, tu passes des journées de travail bien stressantes avec ces clients emmerd.... C'est incroyable cette agressivité de toutes parts. Beaucoup n'ont plus aucun respect, c'est triste ce monde de violence. Heureusement un petit coin de bonheur t'attend quand tu regagnes tes pénates. Tout ne va pas très bien un peu partout, ici aussi les gens sont mal aimables, grincheux et d'une violence inouïe. Mon adorable boulangère c'est fait cracher dessus il y a quelques jours car elle demandait à un jeune de bien vouloir mettre son masque à l'intérieur de son magasin... Si c'est pas triste un geste pareil..
    Des fois je le dis que c'était mieux avant, mais hélas on ne peut y retourner....
    Je te souhaite malgré tout un bel été.
    Je vous embrasse tous les 2 et fais de ma part une caresse à votre petite toutoute 🐕

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que les sauvages qui agressent ta gentille boulangère se reproduisent entre eux. C'est triste, affligeant, même. Cultivons nos petits coins de bonheur !
      Je transmets tes bises à ma moitié et la caresse à la princesse :-) Des bises en retour.

      Supprimer
  3. Cher Laurent,
    Merci de ce billet contrasté.
    Lundi, j'ai dû me déchaîner contre une dame de l'unité du sommeil d'un hôpital. Je sucre le malentendu. Il me fallait absolument une synapse. A ma véhémence, je mêlais des excuses. L'appareil a été conquis de haute lutte. La dame, que j'ai infiniment remercié, m'a reproché trois fois de lui avoir fait travailler une demie heure supplémentaire. Regrets, mais aucun remord.
    Cordialement,
    Pippo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La dame, que j'ai infiniment remerciée,"
      Regrets et remords.
      Pippo, toujours ému.

      Supprimer
    2. Ne t'inquiète pas, va, le correcteur intégré n'avait pas remarqué la faute. Avec l'âge, je deviens indulgent :) Malgré ses récriminations, la dame a probablement compris que l'appareil n'était pas un caprice. Et à la prochaine demande, elle s'évitera les 30 minutes supplémentaires en ne luttant pas.

      Supprimer
  4. Pas besoin d'en*** les mouches : légalement le refus de vente ne s'applique pas quand tu loges un client dans ton établissement la nuit. Pour résumer (beaucoup) il faut que l'hôtelier ait confiance, et si le client ne te revient pas, tu peux sans problème le refuser. Bien évidemment et heureusement, le faire sur un critère de sexe, religion ou couleur de peau est interdit, mais le poivrot qui va te réveiller tout l'hôtel, tu n'es pas obligé de l'accueillir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais ajouté cette mention pour les trolls ou les j'ai-toujours-raison-et-t'as-tort-de-refuser-un-client (même un connard). Le fameux client qui nous a épuisés avait une réservation, il avait payé une agence, nous étions tenus de lui donner sa chambre. Mais pas après ses menaces de détériorer ladite chambre. On est bête mais pas stupide. Ça n'arrive hélas pas que la nuit ;(

      Supprimer
  5. toujours aussi chouette de te lire,
    désolée pour tes déboires, mais tu sais si bien les raconter :) ❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me serais bien passé de les raconter :) mais les écrire me permet de les évacuer, d'atomiser mentalement les brutes.

      Supprimer
  6. Je plains toutes les personnes qui travaillent en contact avec un public de plus en plus agressif et suis bien contente de ma quiétude de retraitée !
    N'es-tu pas présent à https://auberge.des-blogueurs.org/ où l'ambiance me paraît beaucoup plus "civilisée" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai parfois l'envie de changer de voie pour éviter ce contact avec la clientèle à risque et puis je redescends sur terre, je serais bien en peine à 47 ans de trouver un emploi dans un autre domaine, et quel autre domaine ?
      À propos de l'Auberge des Blogueurs, j'y participe et je m'amuse beaucoup :)

      Supprimer
  7. L'enfer c'est les autres... marre de tous ces galeux et envies de solutions radicales méritées pour tous ceux qui agressent les autres qui leur demandent juste un peu de civilité et d'humanisme... quand tu vois ce que prennent les gens qui demandent le port du masque tu continues à te taire la mort dans l'âme...
    Faut rester dans ses bulles, trop d'humains n'en sont plus, je voudrais qu'ils disparaissent de la surface...
    Sinon ça va ��
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai les mêmes envies que toi. Ces parasites comme je les appelle n’ont pas d’éducation ; on essaie la pédagogie et on te crache à la figure. Bref, tout va très bien Madame la Marquise, comme va la chanson. Des bisous itou chère Carole <3

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?