Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

dimanche

L'important, c'est de bien s'entendre


Nous avons choisi d'être en avance pour éviter la cohue ou être empêchés de nous asseoir où bon nous semblait. 18h45 pour une séance à 19h15, nous étions larges. Devant l'entrée ou dans le hall, personne, en fait. Bon... Un coup de paume sur le poussoir du distributeur de gel hydroalcoolique à disposition, le masque ajusté, on présente nos passes sanitaires puis les places achetées sur l'application du cinéma. L'hôtesse nous scrute avec curiosité. J'en profite pour signaler les traces sur le grand écran ou le projecteur, on ne sait pas, que nous avions remarquées la veille pour Dune de Denis Villeneuve qui nous a laissés sur notre faim. Pas grand chose, des pattes de mouches, une broutille. Mais qui gâche un peu le plaisir d'un film visuellement aussi abouti. Ah ? Oui ? s'étonne l'hôtesse d'accueil (peut-être la gérante) qui semble prendre à cœur la question. Puis elle nous indique avec force gestes le chemin vers la salle 3. 

Personne pour la séance de 19h15 de l'Origine du monde de Laurent Lafite. L'embarras du choix des places. Mon mec comble la demi-heure d'attente en me questionnant sur le qui paie quoi qui gagne quoi avec un film qui fait chou blanc. J'ai une petite idée, j'évoque la complexité de la toile d'araignée sur laquelle est posée l'objet film, toute petite chose fragile dépendant de tant de facteurs. En fait, mon mec se demande surtout comment un film qui a eu droit à tant de promos se retrouve avec deux spectateurs le lendemain de sa sortie. 

Nous ne sommes finalement pas seuls car un couple prend place tout au bout du même rang. Un cinquième et dernier spectateur opte pour un fauteuil central. 

Viennent les pubs que je comble en papotant, forçant la voix à franchir la barrière du masque mais surtout à me rendre plus audible de mon mec. Comme j'augmente le volume de ma voix, je l'agace, je me justifie "sinon, tu ne m’entends pas", il rétorque "je ne suis pas sourd !", nous nous chamaillons. Ça nous occupe le temps des pubs.

Viennent ensuite les bandes annonces puis le générique. Le film commence par Cadeau, chanson de Marie Laforêt. En sous-titres, les paroles. 

Pour neuf mois de patience et douze heures de souffrance 

CADEAU 

Pour tant de nuits de veille, surveillant ton sommeil 

CADEAU

Puis on reconnaît les voix de Laurent Lafite et Karin Viard. Dialogues sur fond noir. Les personnages apparaissent. Encore des sous-titres, comme des sur-titres pour un opéra avant-garde en croate dans le texte. "Il se lève et joue un morceau de Gabriel Fauré au piano". Mais.... LE FILM EST EN AUDIODESCRIPTION. Tout est décrit. Pour les sourds et malentendants. Mon mec et moi chuchotons. On ne peut pas, on fait plus une fixette sur les sous-titres que sur l'action à l'écran. Je réalise ma méprise. J'ai réservé la séance en audiodescription. Et tout s'éclaire. Tout s'explique. Le peu de monde, l'air intrigué de l'hôtesse qui nous voyait lui parler normalement, qui articulait exagérément BON-NE SOIIIIIREEEUH, les gestes prévenants à l'entrée. Nous marmonnons dans nos barbes, peut-être un peu trop fort car le couple au bout du rang nous fait CHUUUUUUUUT. Ils nous entendent ?!

Nous quittons la salle en catimini. 

 

 

12 commentaires:

  1. -Éclat de rire tonitruant de Stéphane qui s’écrie "Mais non ?" 😂😂😂

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai tortillé ce texte dans tous les sens pour être fidèle à la drôlerie de la situation. On s'est sentis bien bêtes 😂

      Supprimer
  2. Tu m'excuseras, Laurent, mais le récit de votre mésaventure me fait beaucoup rire. ��
    C'est tellement bien relaté et ce genre de choses arrivent finalement parfois...
    Bisous.
    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais tu es tout excusé. Le but de ce billet était de faire rire à propos de notre mésaventure ;-)

      Supprimer
  3. Je n'arrive pas encore à me rendre en salle pour visionner un film, et ce malgré un amour (partagé par mon cher et tendre) pour les fils sur grand écran. L'endroit est dégueu en temps normal et le personnel s'en fout, donc je ne me sens pas en sécurité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien dommage :( Ici, c'est pas encore idéal mais on a le choix des salles.

      Supprimer
  4. Hein ? qu'est-ce qu'il dit ?
    Ca c'est pour la blague ! Mais il m'est arrivé de regarder la télé chez une personne (très malentendante mais pas sourde complètement). La grande difficulté est le sous-titrage : soit on lit soit on regarde les images et il faut un sacré entrainement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je ne nie pas que ces séances soient nécessaires, bien au contraire 😉

      Supprimer
  5. Trop drôle 🤣
    Mais sinon, le film est bien ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne sait pas. On attend de connaître les horaires de la semaine prochaine pour re-programmer une sortie 😁

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?