Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

lundi

Au théâtre masqué ohé ohé

Saison 2021-2021 à La Tempête - illustration © Nejib 

Tête en l'air que je suis, j'ai oublié de commettre les billets autour des mots suggérés* pour samedi et dimanche, ça tombe bien car lundi c'est étourdi (et ça rime). Je commets encore un 3-en-1 avec tempête + piège + étourdi. 

C'est en 1999. Je suis parisien depuis une petite année et fort des rencontres faites au Cours Périmony, je m'entiche définitivement de théâtre et crée une compagnie qui me permet de vivre mon rêve. Sans en vivre mais ça c'est une autre histoire. Pendant près de 7 ans, je tire la diable par la queue, je fais mon modeste bonhomme de chemin, je joue, je mets en scène, j'anime quelques ateliers. En compagnie d'amies animées de la même passion. Je fais de magnifiques rencontres, anonymes ou figures emblématiques. Je traîne mes guêtres dans à peu près tous les théâtres que comptent Paris et la petite couronne, je voyage depuis mon fauteuil de spectateur, j'admire ou je déteste, je me nourris. 

Aujourd'hui, je songe à mes amis, de loin en loin, artistes, techniciens, intermittents, précaires, pris au piège* de la crise sanitaire. Ne pas vivre de leur art pendant trois, six mois ou bien plus est dramatique et scandaleux quand on les sait abandonnés par les pouvoirs publics (ou des autorités de tutelle exsangues). Ah ça pour les belles paroles, c'est fort, c'est beau, c'est clinquant (coucou Madame Bachelot). S'agissant des actes, on attend toujours. Alors les théâtres, pour ne citer qu'un maillon de la chaîne de la création, sont sur le pont, s'organisent, chamboulent leur façon de fabriquer et diffuser du spectacle, annulent ou changent les horaires, accueillent les spectateurs entre 16h et 18h et tirent le rideau à l'approche du couvre-feu, à Paris, en Île-de-France et dans 8 métropoles. À la Tempête* à Vincennes, à la Criée à Marseille, ou au Théâtre de la Cité à Toulouse pour ne citer que 3 lieux emblématiques parmi les milliers qui continuent d'offrir bon an mal an matière à réflexion, distraction, résistance, émerveillement.


---

* Participation à #IWAK (Inktober With A Keyboard), jeu proposé par Kozlika

2 commentaires:

  1. Et nous allons essayer d'aller voir les spectacles qui seront proposés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te sais sensible au sujet et je continue de lire tes découvertes ou sorties culturelles. Douce semaine à toi :)

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?