Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

lundi

C'est l'histoire d'une nouille

Pipe rigate sur lino. C'est l'histoire d'une nouille qui ne verra jamais la couleur d'une casserole ou le plastique d'un égouttoir. De la semoule de blé pour la postérité, échappée d'un sac de courses ou d'une poubelle, gisant sur le sol marron d'un ascenseur. Je l'ai repérée il y a déjà une semaine. La petite l'a reniflée. D'autres que moi l'ont forcément vue, sauf à ne jamais regarder le bout de leurs souliers. Ou se sont dit, je ne la ramasserai pas, je ne la pousserai pas du bout du pied, hors de l'ascenseur. Le gardien l'enlèvera lors de son nettoyage hebdomadaire, probablement. Ou pas. Jour après jour, mes congénères regagnent leurs pénates, impassibles, et je m'interroge. L'humain lève-t-il le regard vers les petites choses qui assaisonnent son quotidien ? Que ce soit une nouille inopportune ou une fleur de pissenlit sur un coin de trottoir. Comme je suis retors, je me suis agenouillé pour saisir la pipe rigate, j'ai fourragé dans ma boîte à couture, pris une bobine de fil blanc, j'ai enfilé la nouille et l'ai suspendue dans l'ascenseur, à hauteur d'yeux. Voilà que je me prends pour Amélie Poulain. Naïf que je suis, je me dis que mes voisins vont y prêter attention puisque je la mets désormais sous leur nez, pendue à ce fil de coton accroché à l'un des quatre spots au plafond, vont-ils se poser des questions sur l'intention ou finalement l'arracher ? Que nenni. Vingt-quatre heures se sont écoulées et la nouille pend toujours à son fil. Amusé, je songe presque à lui apporter d'autres petites sœurs pour compagnie. Rigatoni, penne, ou cannelloni, mon cœur balance. 

32 commentaires:

  1. vivement la suite. C'est... et pâte temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'eusses-tu cru plutôt que cuit. J+2 la nouille s'est fait la malle.

      Supprimer
  2. J'aime bien ton idée !
    Je me demande si je n'y aurai pas glissé un mot, à la façon des fortune cookies ☺️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce petit mot glissé dans la nouille cookie, une invitation à ramasser ses détritus pour le bien-être collectif 😄

      Supprimer
  3. Merci pour le sourire que ton billet m'a offert.
    Je suis très curieux de savoir combien de temps cette pâte restera accrochée là...
    Bisous bruxellois.
    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J+2 la nouille a été kidnappée.
      Bises de Marseille

      Supprimer
  4. Accroche plutôt une boule de Noël...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi pas ? Mais le message initial (aussi abscons soit-il) aurait été brouillé.

      Supprimer
  5. Je me dis qu'en fait, tous les matins, ta nouille fait lever le nez des gens en l'air. Et ça, c'est pas peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si mon action (absurde, certes) a influencé un seul regard, c'est déjà ça. Prochaine lubie, afficher un mot : qui a rendu sa liberté à la nouille ? 🤣

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Je réfléchis à un billet intitulé, le retour de la nouille ou histoire d'une nouille 2

      Supprimer
    2. Pour rigoler (un peu) mon intervention était une contrepèterie ...

      Supprimer
    3. Elle m'avait totalement échappé 😂

      Supprimer
  7. Réponses
    1. Le billet al dente. La nouille, je ne l'aurais pas mangée, même cuite.

      Supprimer
  8. J'adore.:-) L’indifférence.
    je te pique la phrase si tu permets
    (" Jour après jour, mes congénères regagnent leurs pénates, impassibles, et je m'interroge.")

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour le bon rire matinal ! Tu me mets en joie pour la journée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi (sincèrement) d'avoir apporté un tout petit peu de joie dans ton mardi. Des bises.

      Supprimer
  10. Vous m'avez donné envie d'un bon mac & cheese.

    RépondreSupprimer
  11. Peut-être que la nouille est partie se percher dans le sapin d'une petite fille ou d'un petit garçon rêveur ...A hauteur d'yeux évidemment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou quelqu'un a aidé la nouille claustrophobe à s'échapper, enfin, de l'ascenseur. Tout est bien qui finit bien.

      Supprimer
  12. C'est prometteur... cela pourrait lancer quelque chose du genre des aventures de Jean-François chez Tambour-Major il y a quelques années.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas suivi l'histoire de JF chez Tambour-Major mais ne suis pas contre un résumé des épisodes précédents 😉

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?