Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

samedi

Chou comme un chinchilla


Comme je suis très bavard sur la plateforme à l'oiseau bleu, je recycle et développe ici mes pensées. Je les assemble au gré de mon inspiration, les bouscule puis les recrache en chapitres sans queue ni tête. 

C'est parti, mon kiki. "ON NE DIT PAS C'EST QUI QUI !" s'insurge Bérénice Béjo dans le génial Coupez ! de Michel Hazanavicius. Elle dit aussi d'autres horreurs (irrésistibles) que je vous épargne.

Au boulot, mon mec a échangé avec un dénommé Chinchilla. Ça m'a fait la journée. Je lui ai demandé s'il avait une voix de... chinchilla. En vrai, ce monsieur était chou. Comme un chinchilla. Monsieur Roger Chinchilla. 

Les propriétaires ne sont pas tous de méchants bourgeois capitalistes (caricature 😉). Les nôtres nous prêtent leur voiture pendant qu'ils sillonnent le pays dans leur van familial. Deux semaines que nous faisons des sauts de puce dans le Luberon (sans accent !), à La Ciotat ou chez Auch*n pour les courses volumineuses. Eux aussi sont chou (sans x ; l'adjectif est invariable ; le légume et la pâtisserie, en revanche s'accordent au pluriel).

Sans transition. 

"Caroline, productrice d'œufs Label Rouge nous parle de ses poules pondeuses élevées en plein air dont les œufs servent à fabriquer nos Egg McMuffins." Fin de la pub McD*nald's. Moue dubitative. J'y crois moyen. La propension qu'a la publicité de nous prendre pour des jambons (avec nitrites) depuis des décennies, sans jamais dévier, m'épate, que dis-je, m'époustoufle. 

Sans rapport avec le jambon, j'observe la jeune femme joliment apprêtée, sur le chemin vers le tram. Lorsque je la vois jeter d'un geste désinvolte, son mégot sur la voie publique, je la trouve soudain moche. (billet : qu'est-ce que t'es laide !)

I love you coiffure new creation bonjour. 

Je me suis promis d'accueillir une utilisatrice avec cette annonce farfelue (extraite du fameux sketch de Muriel Robin). Je l'ai fait. Triché un peu, car je savais qui j'avais au bout du fil. Elle a ri. Elle est bon public, elle rit à toutes mes blagues. Puis, lorsqu'elle a appelé le lendemain, je me suis amusé à prendre la voix d'un robot coincé dans les années 70, quand il n'y avait ni Simone Hérault pour annoncer les trains, ni Alexa, ni Siri, ni Ok Google. Un message saucissonné à l'excès. 

— Ser-vice in-for-ma-tchique1 So-cié-té Bi-dule bon-jour. 

J'entends des gloussements au bout du fil. 

— Ta-pez sur 1. 

— Je tape sur 1 ? 

— Ta-pez sur 1. 

J'entends un bip. Elle a visiblement tapé sur 1. 

— Rien ne se passe. 

— Ba-na-ne ! C'est nor-mal. Je ne suis pas un ro-bot. 


C'est tout.  


1 j'ai donné un accent marseillais à ma voix de robot

2 commentaires:

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?