Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Parades & changes, replays @ la Villette !



Schéma de tous les scores de parades & changes, replays (extrait de la bible du spectacle)


Petit compte-rendu très personnel d'une soirée ébaubissante. Lorsque je prenais place avec Carole et Aude sur les gradins de la Grande Halle de la Villette, j'ignorais tout du spectacle que je m'apprêtais à vivre. Une expérience. J'aime ne rien lire d'un film, d'un spectacle. Etre en totale découverte, ne me laisser influencer par aucune critique et/ou pensée fabriquée. La danse, je connais très peu. C'est peut-être pour cela que je suis aisément étonné. Le cirque aussi me transporte infiniment plus que le théâtre disons académique.

Avec Claire, Isabelle et Gilles, récemment, nous nous interrogions sur les traces que laissaient en nous les spectacles vus ces dernières années. Tant de spectacles vus et oubliés. Ne cassant pas trois pattes à un canard. Ou tout simplement s'additionnant au fin fond de nos consciences. Et opérant silencieusement. Faisant leur travail artistique au creux de nos âmes.

Pardon pour ce billet écrit au fil de la plume. Ni relu ni retravaillé. Livré instantanément. Parce que j'aimerais inviter deux ou trois humains à faire l'expérience du spectacle vécu hier soir à la Villette. Pour ce faire, n'avoir rien prévu ce vendredi 17 ou samedi 18. Et s'y rendre le cœur léger et la fleur au fusil.

Le talent d'Anne Collod revisitant l'œuvre de la chorégraphe américaine Anna Halprin est d'inscrire totalement et étonnamment ses artistes dans le lieu visité, à "produire de l'inhabituel, sortir du connu, à transgresser les limites", mêlant les disciplines. J'ai été continuellement bousculé dans mes certitudes, me suis posé des questions idiotes comme "j'aime ou j'aime pas (ne sachant pas)" ou "c'est quoi ce truc (dans un élan bêtement rationnel)". Or il n'y a rien (normalement) de plus irrationnel que la chose artistique. Oui, laissez-moi enfoncer des portes ouvertes. Il n'y a pas d'explication linéaire (ou peut-être par les spécialistes de la spécialité), il y a étonnement et même, fascination. Régulièrement et pas toujours discrètement, quelques gens dubitatifs ont quitté la salle. Je ne suis pas resté par snobisme, ça n'est pas mon genre. J'ai été très étonné, ébloui. La fin dont je ne vous livrerai aucun détail est tout simplement sublime.

Spectateur rompu tant aux choses parisiennes qu'aux ovnis artistiques, je ne demande rien tant que d'être étonné, interrogé, dérangé et ému. Et ce spectacle laissera une trace, c'est certain. Chapeau bas !



Le topo :

Créée en 1965 par la chorégraphe américaine Anna Halprin et le compositeur Morton Subotnick, Parades & Changes est une pièce majeure qui influencera toute la danse postmoderne. Basée sur un travail collectif d'improvisations, la pièce introduit la fameuse notion de « tâche ». Elle déploie une série de "parades" qui traversent le lieu théâtral, et met en jeu des actions quotidiennes altérées, des corps sonores, des voyages d'objets, des temporalités distendues et des sensorialités multiples.
En 2008, la chorégraphe Anne Collod a réactualisé partiellement la pièce avec succès. Aujourd'hui, elle pousse plus loin ses potentialités en invitant quatre circassiens voltigeurs à se joindre aux danseurs. Cette distribution audacieuse, renouant avec la transdisciplinarité de la pièce originale, développe dans une homogénéité remarquable l'irréductible modernité de l'œuvre.

La fiche technique :

Une réinterprétation de Parades & Changes,
pièce d'Anna Halprin créée en collaboration avec Morton Subotnick (1965)
Conception et direction artistique Anne Collod
en dialogue avec Anna Halprin et Morton Subotnick
Collaboration artistique Cécile Proust
Réinterprétation & performance Boaz K Barkan, Anne Collod, Yoann Demichelis, Ghyslaine Gau, Ignacio Herrero Lopez, Saskia Hölbling, Éric Lecomte, Chloé Moura, Pascal Quéneau, Fabrice Ramalingom
Musique Morton Subotnick interprétée par Pierre-Yves Macé
Lumières Henri-Emmanuel Doublier
Costumes Anna Halprin, Misa Ishibashi
Direction technique Frank Condat, Frédéric Vannieuwenhuyse
Chargé de production Henri jules Julien

Production ...& alters En coproduction avec le Parc de la Villette (Paris),
La Brèche - centre régional des arts du cirque (Cherbourg)
avec l'aide à la production d'Arcadi, l'aide à la création de la DRAC Île de France et l'aide de l'ADAMI et de la SPEDIDAM
Avec le soutien de l'Académie Fratellini - centre international des arts du spectacle (Saint-Denis), Montpellier Danse et l'Apostrophe - scène nationale de Cergy Pontoise & Val d'Oise

 

5 commentaires:

  1. Bien sûr que je pourrai pas en être.
    En revanche, je partage.

    RépondreSupprimer
  2. Quand tu fais des compte rendus aussi alléchants, arrange toi pour que tes fidèles abonnés banlieusards n' aient rien prévu ces jours là! je suis terribly frustred...

    RépondreSupprimer
  3. C'est clair, on y pensera encore dans longtemps...
    Petite erreur au début tu as mélangé Anne Collodion et Anna Halprin...

    RépondreSupprimer
  4. Zette : Merci !
    Orfeenix : Euh bé faut modifier ton agenda, voilà.
    Carole : Corrigé, merci !

    RépondreSupprimer
  5. J'y suis allée et j'ai passé une bonne soirée
    Merciii ;-)

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?