Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples. (Blog garanti sans écriture inclusive)

dimanche

Bons baisers de Charente

De retour de vacances, nous trouvons une jolie carte dans la boîte aux lettres.
Notez le joli timbre fait maison. 



Après une petite huitaine de jours passés au vert, je retrouve le bruit et la fureur de la ville. C'est dans le tramway que je réalise pleinement que je suis de retour à Marseille, quand j'entends une adolescente répondre tarpin à sa camarade.

Comme l'a dit ma mère à mon mec : "Contente de partir mais toujours contente de revenir". Quand elle rend visite à ses sœurs en Dordogne, qu'elle laisse un temps poules, chatte, oie et potager. Puis qu'elle revient et retrouve ses pénates, la confortable tranquillité des jours qui coulent dans une vaste maison à habiter, d'un immense jardin à entretenir, d'une oie à distraire car elle a perdu son jars, compagnon de dix ans.

Contents de voir du pays et des gens mais toujours contents de regagner notre maison-doux-maison. D'éplucher la montagne de prospectus et dénicher la carte postale ci-haut, produit farfelu de mon imagination que j'avais déjà oublié (suite au billet non moins farfelu qui vous a peut-être échappé : Kimberley, chienne flic).

Courtes mais réjouissantes vacances que je pourrais résumer en une liste non-exhaustive d'activités :
— Siroter une pinte de bière ambrée dans la belle ville rose de Toulouse.
— Déguster un succulent magret de canard accompagné d'une purée de patates douces au citron vert, à Monpazier, magnifique village bastide épargné par le tourisme de masse.
— Boire un bol d'air vivifiant au pied du château de Monbazillac et contempler la vaste vallée de la Dordogne et Bergerac, ma ville natale, lovée dans un méandre de la rivière.
— Arroser de champagne de joyeuses retrouvailles amicales à Prigonrieux.
— Profiter de revigorantes balades en Charente : sous-bois et chemins de terre, champs labourés et petites routes désertes au milieu desquelles ont poussé les herbes folles.
— Partager des repas en famille agrémentés de bavardages et de rires au coin du feu.
— Cohabiter avec les insectes volants ou rampants, hôtes plus ou moins désirés des vieilles maisons de campagne.
— Chercher Cassiopée sur la voûte céleste.
— Caresser la chèvre, l'âne, la jument, l'oie et des rêves de vie rurale.
— Bêcher, jardiner, tailler, bricoler.
— Créer une rocaille en mêlant ciste, fétuques, véroniques arbustives et cyclamens sauvages.
— Partager un cassoulet fait maison.
— Remplir le coffre de la voiture de confitures de figues, de coulis de tomates, de bocaux de prunes mirabelles —le tout offert par un jardin potager prodigue et par une maman nourricière.
— Courir après la chienne qui pourchasse les poussins cherchant refuge auprès de leur mère-poule.
— Jouir du confort d'une chambre d'hôtel pour couper en deux le voyage du retour.
— Remercier pour son accueil la réceptionniste et partir sans ma valise, sous son rire gentiment moqueur.
— Me traiter de cloche à fromage quand au guichet automatique du péage, je laisse échapper la carte bleue sous la voiture, me contorsionne en vain, invite les automobilistes suivants à changer de file pour faire marche arrière et cueillir la fugitive dans une flaque.
— Et penser avec gourmandise aux prochaines vacances.



18 commentaires:

  1. Des rêves de vie rurale, mais surtout des vacances de rêves...
    Je t'espère tout requinqué.
    Et merci pour les cyclamens sauvages :)
    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Requinqué je suis, requinqués nous sommes. Merci pour ta lecture :)

      Supprimer
  2. Il faut qu’on se programme une échappée en Dordogne l’été prochain, à Engunaud ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le temps de refaire quelques économies... o_O
      Ô Périgord, doux et beau Périgord !

      Supprimer
  3. Super, les vraies vacances loin de la fureur et du bruit. Les retrouvailles avec la famille, les amis, le jardin, la basse-cour,le verger.. Tout y est pour imaginer le bon temps que vous venez de prendre et qui vous a requinqué. Quel plaisir vous aurez à déguster les vivres que vous avez rapportées quand l'hiver et la froidure seront de retour. La chose importante maintenant que vous avez regagné vos pénates, sera de vous remémorer tous les bons moments que vous venez de vivre.
    Très amicalement je vous fais une bise, et une caresse à Mlle K. 🐕

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le bon temps. C'est exactement ça.
      Merci pour la bise et la caresse que nous transmettons immédiatement à Mlle K. qui te rend une léchouille.

      Supprimer
  4. C'est bon les petites vacances, juste ce qu'il faut pour le plaisir et le regret quand ça s'arrête
    vous avez passé de bons moments, c'est le principal, c'est bon pour la santé
    bises mes poulets et une caresse à lachiennefliquette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une semaine, pour moi, ce sont presque des grandes vacances. Je ne peux hélas prétendre à plus de 2 semaines d'affilée, mais je ne vais pas me plaindre hein. Des jours de congés par-ci par-là, c'est bon pour la santé comme tu dis.
      Je transmets la caresse à la chienne fliquette :)
      Bisous ma poule.

      Supprimer
  5. J’ai eu la chance de passer un (court) week-end à Sarlat il y a une dizaine d’années de cela.
    J’ai énormément apprécié le paysage, la gastronomie et les visites des environs que m’avaient concoctées mes amis qui tenaient à cette époque des chambres d’hôtes.
    Mais pour moi, le nom du « Périgord » a toujours eu une autre résonance. Cela me rappelle un de mes oncles facétieux qui, lorsque j’étais enfant et encore plein de naïveté, avait réussi à me persuader que cette région était celle du Père Igor. Longtemps je l’ai cru, jusqu’au jour où je me suis rendu compte que les gens souriaient plus ou moins ouvertement lorsque je demandais avec conviction où l’on pouvait trouver la maison d’Igor...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On m'a bien fait croire, enfant, que la Dordogne naissait de la rencontre de deux ruisseaux, la Dore et la Dogne...

      Supprimer
  6. Bon retour, c'est chouette avec ces bons souvenirs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie :-* On a besoin de vivre ces moments et de les garder au chaud. Bises marseillaises.

      Supprimer
  7. Chapô pour le coup de la carte bleue ! Hu hu hu !

    RépondreSupprimer
  8. Oui trop drôle cette carte qui tombe...dans l'eau. Au fait fonctionne-t-elle toujours ?
    Merci pour ce beau rappel des bonnes choses de la vie à partager au quotidien. Allez bises et à bientôt, je file terminer ma semaine avant mes prochaines vacances ! Cette fois c'est la famille qui viendra remplir la maisonnette de rire et de moments chaleureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle fonctionnait parfaitement. Comme quoi, c'est solide ces bêtes. A mon tour de te souhaiter de belles et savoureuses vacances donc. Bises :-)

      Supprimer
  9. Merci pour ce récit de belles vacances dans ma région. Mon fils cadet vit en Charentes et je me balade souvent en Dordogne. Pour la carte bleue cela m'est déjà arrivé aussi, tout comme ne pas réussir à ouvrir la vitre au péage... Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plus drôle (à raconter, moins drôle à vivre) quand il y a la file derrière soi :)
      La Dordogne, je connais bien pour y avoir une bonne partie de ma famille et des amis, et surtout y avoir vécu toute mon enfance + adolescence. La Charente, je connais moins mais je découvre peu à peu. Belle journée à toi également.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?