Quand la vie est trop courte pour râler ou s'acheter des fleurs demain, j'invite le lecteur à s'émerveiller des petites choses. Dans les sillons creusés par l'inattendu ou le hasard, je sème les graines d'un regard humain, parfois mordant, et compose régulièrement un bouquet de rencontres ou d'échanges piquants, insolites, simples.

vendredi

Kimberley, chienne flic

Kimberley, chienne flic.

Quand mon mec ne me raconte pas ses histoires désopilantes de dépannage informatique, il me narre son dernier rêve en date. Que je partage avec vous. Parce que c'est frais, frivole, loufoque, que ça ne peut pas faire de mal en ces temps agités, parce que c'est mon blog et que je fais ce que je veux avec mes cheveux.

À propos de cheveux, je vous propose une petite mise en bouche :

Va falloir mettre du piment dans les épinards. — Nabilla Benattia (philosophe)

Et sans rapport avec la citation qui précède, le rêve de mon mec, Laurent (oui, il s'appelle Laurent, lui aussi) :

Il cherche la chienne partout dans l'appartement et ne la trouve pas. Je la cherche avec lui, je ne la trouve pas non plus.
— Regarde ! dis-je, y a un mot cloué sur la porte.
La petite nous a laissé un message :
— Je vais aider la police, ne vous inquiétez pas, je reviens.
Pétri d'inquiétude, mon mec appelle le 17, le commissariat central de Noailles, à Marseille.
— Ma chienne m'a écrit qu'elle travaillait pour vous. Y a moyen de savoir où elle est ?
— Je suis désolé, Monsieur. On n'a pas le droit de divulguer ce genre d'informations.
Et le gardien de la paix raccroche. Mon mec appelle tous les commissariats de quartier et chaque fois, la même fin de non recevoir. La journée passe, longue comme un dimanche sans vin ni Boursin. Et soudain sur les coups de minuit, le téléphone sonne.
— Bonsoir, vous êtes le propriétaire de la chienne Kimberley ?
— Oui.
— Grâce à elle, on a pu arrêter le criminel. Je vous la passe.
— T'es où ? Qu'est-ce qu'il se passe ? s'enquiert mon mec.
— ... (couplet canin).
Laurent se réveille en sursaut, jette un œil ensommeillé autour de lui. Kimberley n'était plus au commissariat mais bel et bien dans son panier.


----------
* Kimberley apparaît aussi dans Quand la chienne sonne, le four aboie (aboie)

14 commentaires:

  1. Mais comment ? Quel est donc ce couplet canin dont nous sommes privés ?
    Sinon, ça lui va comme un képi — étant donné qu'elle fait déjà très bien l'alarme ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Généralement, quand elle nous parle, on la comprend, mais au téléphone, que nenni :-p

      Supprimer
  2. Une vraie scène de cinéma !
    Kimberley a de l'avenir...
    Merci, Laurent, une fois de plus, pour ce billet léger et tellement touchant.
    Ben

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vraie vedette cette Kimberley. Les Jack Russell sont des chiens de cinéma : The Artist, The Mask, etc.
      Merci de ta fidélité, Ben :-*

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Un commentaire vaut un like, donc merci pour le like :)

      Supprimer
  4. je soupçonne que tu ne sois pas amoureux seulement du Lolo II, mais aussi de Kimberley , c'est un amour terrible que celui que l'on porte à nos 4 pattes, je pense toujours à un p'tit bâtard croisé entre une plaque d'égout et un couvercle de poubelle qui à partagé ma vie pendant 12 ans et qui est parti faire un long voyage vers la planète Mars il y a bien trop longtemps ! longue vie heureuse à la fliquette

    Et gros bisous ma poule ( à partager )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu lui as donné beaucoup d'amour pendant 12 ans, et il te l'a rendu au centuple, c'est ce qui compte, malgré le chagrin qui nous accable lorsqu'ils nous quittent. Kimberley est heureuse, ça se voit, et c'est ce qui importe. Elle a déjà 11 ans, presque une vieille dame, mais avec un corps et un coeur de jeune fille, nous dit le vétérinaire, tant Laurent est aux petits soins.
      J'ai transmis tes bises et t'embrasse en retour (à partager itou).

      Supprimer
  5. Kimberley en officier de police judiciaire (et oui je l'imagine gradée) fallait ton amoureux pour l'imaginer en rêve 💭 Marseille devrait retrouver calme et sérénité avec a la tête de son commissariat une aussi touchante et efficace fonctionnaire . C'est la fliquette souhaitée partout en France dont l'efficacité apporterait tant de douceur dans ce monde de brutes et de violence.
    La légèreté de ton billet se déguste a petites gorgées comme a chaque fois que je m'arrête sur ta page. Vivement qu'une édition papier me permette d'en relire tout plein. A bientôt ami virtuel, passez un très agréable weekend tous les trois. à vite pour de nouvelles aventures. 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre officier de police judiciaire, puisqu'elle a pris en grade, se repose de sa mission nocturne et secrète. Je travaille lentement, très lentement, mais sûrement, à cette version papier que tu appelles si gentiment de tes voeux. Je vais bientôt confier le manuscrit à l'ami Eric (commentateur ci-haut) pour une relecture critique & corrections puis énième relecture avant l'envoi aux éditeurs classiques. Brûlerai quelques cierges et probablement ta bougie-cadeau pour invoquer les dieux de l'édition. J'envisagerai ensuite, si les recours classiques ont échoué, l'auto-édition. Mais n'allons pas plus vite que la musique...
      Merci de ta fidélité. Bises du Sud de nous 3.

      Supprimer
  6. Miss Marple est aux poils ❤️

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?