Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

bourrage des urnes pour une expo plouc


C’était un samedi. Muni de mon carton d’invitation, je me rends au vernissage de l’exposition la plus plouc de l’année. Il y avait foule. Le maire était là, affublé de sa belle écharpe jaune pipi. Les grosses moustaches arrogantes appuyées à son sourire, le président de la Communauté de Communes était là. L’un et l’autre se gargarisant du mot "citoyen" comme pour se convaincre qu’ils s’en préoccupent. Et je n’aborderai pas le sujet du cumul des mandats qu’il est de bon ton de houspiller. C’est connu : on voit la paille dans l’œil du voisin mais l’on ne voit pas la poutre dans le sien. Ces notables à la petite semaine se sont régulièrement échinés à saper la culture et le travail au long cours d’une directrice de réseau de bibliothèques (dont le poste devrait s’évaporer dans les limbes d’économies municipales) et d’agents du patrimoine qui, pensent-ils, n’ont d’autres missions que de manipuler des livres.


Revenons plutôt à nos moutons, en l’occurrence nos gentils animaux d’agrément dont on a récemment tiré le portrait. Une expo neuneu pour laquelle plus d’une centaine de curieux s’étaient pressés ce samedi. Il fallait admirer l’œuvre de l’autoproclamé "portraitiste de France" qui a immortalisé les chiens, chats ou lapins de ses concitoyens. Une cinquantaine de sous-verres protégeaient des clichés dont je ne saurais vous épargner la description. Ici un petit yorkshire prêt à bondir d’une caisse en bois, sur un arrière-plan violet, l’air penaud. Là un chien de berger auquel on a confié un jouet d’enfant. En bordure des photographies, un fondu marronnasse dégouline sur les modèles. La cerise sur le gâteau, c’est l’immémoriale signature de l’artiste : l’empreinte d’une papatte de toutou.


Béat d’admiration, je n’ai pu résister à l’envie de participer au concours qui a animé la soirée : afin de gagner une séance photo avec son rottweiler chéri, son serin, son poisson rouge, et un tirage d’exposition (rien que ça!), il s’agissait de sélectionner 3 noms d’animaux. Le gagnant serait celui ou celle dont le choix se rapprocherait le plus du verdict populaire. Ne pouvant laisser passer une telle opportunité, je suggère à mon amie Louise de participer au suffrage que ma malhonnêteté pathologique décide de biaiser. Nul besoin de procuration, nous nous faisons fort de représenter les absents en remplissant des bulletins à tire-larigot. Les absents et les abstentionnistes. Dont Olivier, le responsable de la salle multimédia, qui avoue n'avoir ni chien ni chat. Qu’à cela ne tienne. S’il gagne, il s’armera de son épuisette et adoptera un têtard qu’il étreindra pour la photo.
A voté.
Question : les deux adorables lapins femelles, Léchouille et Choupinette qui ont endormi mon âme flingueuse auront-elles les faveurs des visiteurs ?





P.S. J'imagine que les deux ou trois milliers d'adhérents au réseau de bibliothèques ne diront pas merci à la Communauté de Communes : ils ne s'ébaubiront pas devant d'étonnantes installations d'artistes, ne croiseront pas d'écrivain en résidence, ne conduiront pas leurs mômes aux spectacles conférences, etc., car il n'y aura plus de directrice pour créer ces événements.

N.B. Les prénoms des protagonistes ont été modifiés afin de protéger leur intégrité.

Mise à jour du 7/04/2010 : un complément de lecture indispensable où l'on reconnaîtra peut-être les acteurs (volontaires et involontaires) d'une farce prigontine * : frottez votre souris sur ce lien.

* de/à Prigonrieux, village satellite de Bergerac (24).

Bookmark and Share

17 commentaires:

  1. Gaël : YAB à côté de "mon" portraitiste, c'est un génie. Tout ça se déroulait dans un village du 24 dont les élus ont voulu brosser l'électeur dans le sens du poil (canin).

    RépondreSupprimer
  2. ah oui forcément si YAB est un génie à côté... mon pauvre ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Tu veux dire jaune pipi de chien!!!
    Mais dis moi c'est une collectivité de quel bord ? Droite ou gauche ?
    En tout cas une preuve evidente que dans cette contree du Perigord quand on sort le mot CULTURE les gens sont capables de sortir leurs fusils

    RépondreSupprimer
  4. Si tu gagnes,pose avec le maire...et son echarpe... ;O)

    RépondreSupprimer
  5. Mozilla : Gauche gauche. J'ai cessé d'appréhender une collectivité locale à l'aune de son bord politique. [sauf si FN! si FN ou assimilé, je déménage] Il y a d'excellentes politiques culturelles à droite comme à gauche. Et d'abominables gestions à droite comme à gauche.

    Nefertiti : Je ne sais pas pourquoi, mais le maire m'ignore ostensiblement. Il a dû flairer mon ironie assassine. Je risque de le voir ce soir. Une autre écharpe? Je lui envoie le bonjour de ta part.

    RépondreSupprimer
  6. Bon, puisque tu es un votant zélé, j'espère que tu zèleras aussi ce vikend ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Je crois que j'aurai adoré. Au moins, c'est un moyen pour faire venir des gens normalement complétement allergique à la photo. C'est dur de résister à l'appel du neuneu animal. :D

    RépondreSupprimer
  8. deef : Absolutely. Et pas de chaussettes comme à Perpignan.

    Xavier : Il faut de tout pour faire un monde et des expos médiocres pour éduquer l'amateur d'art ou de photographie. En tout cas, j'ai adoré les quiches lorraines.

    RépondreSupprimer
  9. Et bah !!! C'est quand même une réalité bien ancrée ce genre de comportement ! J'imagine carrément ton ironie, et au moins tu ne te laisses pas impressionner pour exprimer ton avis.

    RépondreSupprimer
  10. Il y a dans l'excellente petite BD "Salades de saison" de Brétécher une planche ou un type du genre poseur est portraitiste animalier... Ton post m'y a irrésistiblement fait penser, je tâcherai de te la retrouver !
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Quel post délicieux, je me suis marré tout au long de cet article même si en soi ce que tu décris n'est guère drôle. Mais où diable es-tu allé cherché cette expression savoureuse : "les grosses moustaches arrogantes appuyées à son sourire"??? J'aimerais tant la recaser, elle est géniale!!!

    RépondreSupprimer
  12. Océane : Ca! L'ironie, c'est une seconde peau. J'espère rire de moi autant que des autres, et avec les autres. Sans rapport avec la choucroute, tu songes à ta dot?

    Miyax : Je connais assez peu Brétécher, mais assez pour me rappeler que j'aime. Son trait et sa plume mordante. Oui, si tu trouves, je suis preneur. J'irai à la médiathèque, la fameuse qui a subi l'exposition la plus plouc de l'année.

    JM : L'expression? C'est le -------* qui la porte qui me l'a inspirée. Tu peux la recaser, je te la prête volontiers. Un président de Communauté de Communes, maire, vice-président du Conseil général et le diable sait quoi d'autre ne peut qu'avoir de grosses moustaches arrogantes appuyées à son sourire.

    *nom d'oiseau

    RépondreSupprimer
  13. Mais comment as-tu fait pour te fourvoyer à un telle expo ? Je dis cela, mais en fait je m'en réjouis, puisque cela a donné lieu à ce billet si savoureux !

    RépondreSupprimer
  14. Bécassine : Si tu le souhaites, je peux murmurer à l’oreille de blogger.

    RépondreSupprimer
  15. En effet ce serait préférable! La suite des evenements n'étant pas brillante...
    Au plaisir de te croiser malgré tout encore parmi nous
    signé:Bécassine

    RépondreSupprimer
  16. See Mee : Et pourtant, ce réseau de bibliothèques fait (faisait) un travail formidable. Mais ne fera pas le poids face à la médiocrité de certains élus.

    Bécassine : Courage, malgré tout! Au plaisir, oui.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?