Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Deux ploucs au Wepler


De ce côté-ci de la baie vitrée, j’avise la Place Clichy et son étourdissant tohu-bohu, l’artisan qui achève de peindre sur la vitre des symboles de la gastronomie servie de ce côté-ci. C’est très propre sur soi, c’est costumé, cravaté, bourgeoisement confortable. Et j’y invite Amandine qui a longtemps vécu dans le coin, longtemps éclusé les bars pas chers.

Mais en dix ans de vie de quartier, jamais elle n’avait déjeuné au Wepler. Il était temps de réparer cet impair. Pour apprécier les sourires affables du maître d’hôtel, les cravates des serveurs, la qualité des produits. Le plouc, le snob, le bourgeois, ne sont pas là où l’on croit, ne sont pas ceux que l’on croit. Certes. Soyons clair, ça n’est pas avec des allocations qu’on y déjeune.

Mais après tout, pourquoi pas ?

Chardonnay et feuilleté de je-ne-sais-plus-quoi sur lit d’épinards frais et pleurotes.
Etc. Amandine sort fumer, se poste près de notre baie vitrée. On ne s’entend pas. On contemple. Ces dames blondes (l’une platine, l’autre vénitien) savourant goulûment leurs huîtres. Cet homme en terrasse reluquant ces croquis salaces en un magazine passablement sexiste. Il ne voit pas notre manège. Moi, de ce côté-ci, feignant le « oh shocking » mais déchiffrant ces dessins par-dessus son épaule, de l’intérieur. Elle roulant sa clope et des yeux écarquillés. Nous nous croyons discrets. Que nenni. Un certain client nous avait scrupuleusement observés.

Mêlant le clin d’œil à l’index invitant, il me fait part de la joie qu’on avait éveillé en lui. Joie et… intérêt. Une formule de politesse en guise de bonjour et d’excuse compassée. Il m’intime de garder le secret – que je garde le temps de sauver les apparences. Il s’excuse.
« Dites, me dit-il, il se passe parfois des choses étonnantes, je vous ai observés, c’est extraordinaire, votre amie et vous… Ne la quittez pas. Ou si vous la quittez… Envoyez-moi un mail. »
Je regagne ma place. Lance un regard amusé, circonspect, tout sauf muet, à mon amie. Qui n’est pas mon amie au sens où l’entend ce client. Elle veut savoir. Je change de sujet. Je règle l’addition. Au passage, le client me glisse sa carte de visite. Amandine ignore encore la teneur de l’échange. Elle doit couler une œillade interrogatrice à l’individu cravaté car il lui lance un
« Comme disait Agatha Christie, le mystère s’épaissit. »
Mais l’avait-elle vraiment écrit, Agatha ?

Parvenus au pittoresque Cyrano de la rue Biot, on nous sert nos cafés allongés, sur son échelle, un technicien accroche au tableau les lettres de la prochaine vedette de l’Européen. Je raconte l'échange du Wepler à mon amie. Elle éclate d’un rire tonitruant. Et secoue mes certitudes.
« Qui cherchait-il réellement à draguer, ton avocat en droit des affaires européennes ? Moi ou toi ? »



Photo de Hotels Paris Rive Gauche sous Licence CC, Flickr.com

7 commentaires:

  1. C'est bien vrai ça ! Que te dis ton gaydar sur ce coup-là ? Pas la moindre petite vibration ni clignotement ?

    RépondreSupprimer
  2. Pour le savoir, téléphone-lui, puisqu'il t'a laissé sa carte
    (♫ téléphone-moi-a-a, rappelle-moi et dis-moi... ♫)

    RépondreSupprimer
  3. Eric : Contrairement à son maître, mon gaydar est à voile et à vapeur. Ou alors il ne capte pas. | deef : Je ne connais pas cette chanson-ci. Sa carte de visite ? Je vois là ton sens pratique. Je t'envoie son numéro, tu appelles ? Ah mais si, ça me revient, c'est Nicole Croisille ! (♫ téléphone-moi-a-a, rappelle-moi et dis-moi que tu m'aimes, que tu m'aimes, que tu m'aimeeeeuuuuuuuu ♫

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien fait de passer ici ce matin, ce sera une surprise pour notre passage à La Ville en octobre. Mon copain qui adore les fruits de mer, j'ai vu que dans le menu y'avait des blancs de poulets, ça m'ira!!;-)
    Je demanderai à P de sortir fumer, défois que....;-)

    RépondreSupprimer
  5. c'est finalement le goût et la saveur du doute qui subsiste ;-) subtile parfum pour un diner à presque 3 ! lol

    RépondreSupprimer
  6. nigloo : En tout cas, c'est une institution du quartier. Et à 2 pas de Montmartre pour la promenade. Tu nous raconteras ? | akenaboy : Je n'ai toujours pas consulté sa carte de visite cantonnée aux bas-fonds de mon porte-monnaie. Bon, j'avoue, tout avocat qu'il est, c'est pas mon type. Nouveau blogueur ? Attention à l'addiction... | deef : Tout avocat qu'il soit, qu'il est, qu'il fût, qu'il suçasse, qu'il quoi ? Hein, que dit mon concepteur-rédacteur qui aime détester Twitter ?

    RépondreSupprimer
  7. je suis prêt à "l'addiction contrôlée" avec surtout l'envie de m'exprimer, un peu ou beaucoup on verra bien ... merci de ta réponse.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?