Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

lundi

Le beau brun de la rue Maubeuge à Paris


Je monte la rue de Maubeuge, dans le 9e arrondissement à Paris. Par une fin de matinée mi-figue mi-raisin, je cherche une terrasse où poser mon humeur joyeuse. Lendemain de victoire. L'autocollant en forme de cœur rouge avec l'inscription "L'HUMAIN D'ABORD", souvenir de la Bastille hier nuit, a troqué l'endroit pour l'envers, le revers de mon manteau.

Je croise un beau brun, lunettes de soleil et jeans portés négligemment, une barbe de quatre jours, qui descend la rue de Maubeuge. Nous nous sommes vus et regardés furtivement. Il continue son chemin. Dix mètres plus loin, simultanément, nous nous retournons. Un sourire timide de mon côté comme du sien. Il hésite, j'hésite. Puis nous reprenons nos routes séparées. A l'angle de la rue d'après, je m'arrête. Je réfléchis. La vie est trop courte pour rater ces occasions. Quelle qu'elles soient. Je change de direction pour le suivre. Il tourne. Dans son sillage, je tourne. 
Planté au passage piétons qu'il ne semble pas décidé à quitter, il m'attend.

Echange de sourires tour à tour embarrassés, assumés.

Moi - Salut.
Lui - Salut.
Moi - On prend un café ?
Lui - ... en fait, je n'ai pas vraiment le temps.
Moi - Tu habites le coin ?
Lui - Oui. Et toi ?
Moi - Non.
Lui - Pas de chances qu'on se recroise alors...
Moi - Dommage.
Lui - Oui, très dommage.

Et chacun retourne à son chemin. Avec, pour ma part, le sentiment d'avoir éclairé ma journée avec cette rencontre aussi furtive qu'étonnante. Et le juron que je me suis répété longtemps ce matin : "Non mais quel con. Tu ne pouvais pas lui donner ton numéro de téléphone, non ?"

30 commentaires:

  1. Dommage mais les actes manqués ne sont-il pas, parfois, tout aussi beaux puisqu'ils laissent ouvert le champs des possibles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils nous e--erdent les actes manqués, parfois, non ?

      Supprimer
  2. Il doit se dire la même chose :)
    Tu y retournes demain ?

    RépondreSupprimer
  3. Je suis entièrement d'accord avec Cambroussienne, bizarrement, c'est si bien écris, que ça me met de bonnes humeurs!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était un peu le but ^^ de ne donner à penser que le positif ^^

      Supprimer
  4. Tu as entraperçu comme lui, la plus belle histoire d'amour du monde. Celle qui n'existera jamais. (et retire ce "nt" à recroisent, sinon je te cause plus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Corrigé ! Merci ma poule.
      Une histoire d'amour ou un cinq à sept de onze à douze...

      Supprimer
  5. wawwwww :DDD

    Bravo d'avoir eu le courage d'avoir été le voir ! Maintenant, il ne reste plus que deux possibilités, cette histoire est terminée et restera un beau souvenir à ranger dans la case "ouh yeah", soit l'univers conspire pour te le remettre sur ta route, le beau brun, et putain, soit tu lui demandes son numéro, soit je te casse ta gueule de beau gosse.

    Les deux possibilités sont belles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trouve-moi plutôt l'Ibère de mes rêves que tu m'as promis :p

      Supprimer
    2. oh je t'assure que je n'arrête pas de le chercher :D

      Supprimer
  6. C'est beau, c'est doux, et j'adore!
    On les garde longtemps ces pépites.... Mais no regrets!
    Le bonheur réussi à se faufiler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. C'est un peu, égoïstement, ma façon de consigner le souvenir.

      Supprimer
  7. Les plus belles histoires ne sont-elles pas celles qui restent inachevées ?...
    Beau billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Certainement ^^ mais celle-ci n'est pas inachevée parce que non consommée (soupir).

      Supprimer
  8. Merdouille! Au moins tu as le courage de faire demi-tour et lui parler c'est déjà un pas ;)
    J'aime ces rencontres émouvantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Esquisser un sourire à un inconnu, ça demande finalement (et étonnamment) plus de lâcher-prise que de courage, je pense.

      Supprimer
  9. :) j'étais rue de Maubeuge samedi...
    Belle rencontre furtive, parfois tout n'est pas amené à se concrétiser, j'ai envie de dire que si tu dois le revoir, cela se fera sinon c'est que ce n'était qu'un joli moment toujours bon à prendre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que faisais-tu rue de Maubeuge, hein ?

      Supprimer
  10. Alors, tu as un super aïefone avec lequel tu joues compulsivement à tout bout de champ, sur lequel en toute occasion tu tapotes, même quand nous sommes tous les deux attablés devant un coca zéro et que je suis limite obligé de faire la conversation tout seul, avec lequel tu tweetes non-stop tout et nimportenawaq, mais quand tu croises un garçon qui te plaît, là, tu oublies de le sortir ? Banane, va^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plaide coupable, Maître ^^
      (tu verras quand tu auras un AïlFone)

      Supprimer
  11. Si tu repasses lundi prochain à la même heure, peut-être le recroiseras-tu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais devoir sacrifier une grasse matinée, tu crois ?

      Supprimer
  12. Peut être l'humain d'abord suppose que l'on cesse de penser les gens en brun roux Black ibérique et là tu deviens moins blonde lorsque une rencontre s'opère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. Mais la description est plus aisée si l'on donne à voir, physiquement, un peu, non ?

      Supprimer
  13. Je veux dédier ce poème
    A toutes les femmes (hommes) qu'on aime
    Pendant quelques instants secrets
    A celles (celui) qu'on connaît à peine
    Qu'un destin différent entraîne
    Et qu'on ne retrouve jamais

    A celle (celui) qu'on voit apparaître
    Une seconde à sa fenêtre
    Et qui, preste, s'évanouit
    Mais dont la svelte silhouette
    Est si gracieuse et fluette
    Qu'on en demeure épanoui

    A la compagne (compagnon) de voyage
    Dont les yeux, charmant paysage
    Font paraître court le chemin
    Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
    Et qu'on laisse pourtant descendre
    Sans avoir effleuré sa main

    ...

    Mais si l'on a manqué sa vie
    On songe avec un peu d'envie
    A tous ces bonheurs entrevus
    Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
    Aux cœurs qui doivent vous attendre
    Aux yeux qu'on n'a jamais revus

    ...

    Georges Brassens sur des paroles d'Antoine Pol

    RépondreSupprimer
  14. Très belle rencontre, on en fait peu dans la vie.
    Il est du genre timide/indécis peut-être, il aurait au moins pu proposer de te filer son numéro.
    La seule solution, c'est d'aller dans le même coin, et de lancer Grindr...en espérant qu'il est dessus.

    RépondreSupprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?