Le blog d’un animal mâle qui aime : Paris, le bruit des haricots verts que l’on équeute, le Petit Robert, ouvrir une vieille armoire, French & Saunders, le champagne, ses cravates Burberry reprisées, le premier café de la journée, Les Nuls l'Emission, courir dans la neige comme un gamin, les raccourcis clavier, la compagnie des livres, Ella Fitzgerald, son araignée au plafond, l'étreinte d'un homme, l’autodérision, Wall-e, lézarder au soleil, les poncifs :)

vendredi

Quand le sage désigne le pansement, l'idiot regarde la montre


Quand le sage désigne le pansement, l'idiot regarde la montre

Revenant d'une loooooongue journée de 13 heures de boulot, fatigué, j'ai l'énergie d'un plancton sous marijuana. En guise de dîner, ce sont des choses faciles, déjà prêtes, des restes dans le Frigidaire®, un bout de quiche courgettes-chèvre. Ou un bol de soupe industrielle réchauffée au micro-ondes. Le micro-ondes est en hauteur. Suffisamment en hauteur pour m'obliger à jouer la godiche malgré moi et me renverser le bol de soupe bouillant sur la main. Je hurle. L'épiderme s'est joliment décollé. Je peste contre ma connerie. J'ai faim. J'ai mal. Je fourrage dans le fourbis qui me sert de pharmacie. J'applique de la biafine. Malheureux, me dit un ami, surtout pas, pas sur une plaie. J'ôte la biafine, je marmonne de douleur. Je plonge quinze minutes la main dans un seau (pas super propre) d'eau froide. Et je tweete, je Facebook. Signe que je ne suis quand même pas à l'article de la mort. Quoique. Si je parcoure les forums et le sujet sur doctissimo, je suis certain d'attraper la gangrène. Ou à tout le moins une septicémie. Une amie me conseille d'appliquer du miel à même la plaie. J'ai comme un doute. Mes amis compatissent (ou se moquent), c'est déjà ça. Le gentil pharmacien qui me fabrique le lendemain un pansement de blessé de guerre me confirme les bienfaits du miel.

Vu les dégâts (tout relatifs) je m'attends à être marqué à vie par un bol de soupe Liebig® aux poireaux et pommes de terre et sa pointe de crème fraîche.

20 commentaires:

  1. Imagine ça te tombe sur le pantalon... il aurait moins rigolé le gentil pharmacien !!! Ah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoique. Figure-toi que nous nous étions déjà regardés en coin, le pharmacien et moi. De là à conclure que je me suis brûlé la main pour qu'il me soigne...

      Supprimer
    2. Ah be c'est peut-être le feu de la passion donc :D

      Supprimer
  2. So Casio, so 80's, la montre. So souris verte. Trempée dans l'eau ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Revival, oui. Mais achetée en 2013. Elle fait calculette, lumière, réveil, date ET chronomètre, mais pas téléphone.

      Supprimer
  3. Frotter avec un oignon cru ou une pomme de terre (même cuisson)

    RépondreSupprimer
  4. Je compatis !
    Pareille mésaventure m'est arrivée un jour où il m'a semblé désuet d'utiliser une longue fourchette pour plonger un steak dans l'huile chaude ... J'ai préféré saisir le steak entre le pouce et l'index et slatch ! ... ça le fait pas !
    Malgré patate sur la brûlure, 1heure sous le robinet d'eau froide et toussa ... j'ai passé une nuit affreuse en sorte qu'à potron minet, j'ai appelé mon fils toute jeune recrue de la BSPP, pour lui demander si je devais aller à l'hôpital.
    - En fait, ça dépend de ce que tu veux ! répondit-il. Si tu veux qu'on te coupe le pouce demain, tu restes chez toi aujourd'hui !
    ... Penaude, je me rendis à St Louis vite fait.
    A l'accueil, on me demanda pourquoi je venais. J'ai soulevé discrètement le bandage que j'avais tenté et montré honteusement mon pouce transformé en poire translucide.
    - Vous êtes comme ça depuis quand ?
    - Hier midi
    - C'est gentil Madame de prendre en compte que nous sommes débordés, mais sachez qu'une brûlure, c'est une vraie urgence.
    Dans le cabinet médical, l'interne s'emploie à découper la poire :
    - Si je vous fais mal, vous m'arrêtez !
    Je reste de marbre et je constate que mon pouce sans sa bulle a repris une forme plus normale, bien que blanchâtre et que l'interne fait la tête.
    - Je vais appeler le médecin.
    Le voilà, pas mal d'ailleurs ...
    - Je vais vous piquer Madame, si ça vous fait mal, vous m'arrêtez.
    Il pique en plein dans mon pouce à vif.
    Je reste de marbre.
    - ça ne vous fait pas mal ?
    - non !
    - Brûlure au 3ème degré !
    J'ai mis six mois à retrouver la sensibilité dans ce pouce.:DDD
    Ma peau a repoussé sans cicatrice, grâce à une impressionnante couche quotidienne de Cicalfate de chez Avène !
    J'aurais attendu encore un jour, il se serait infecté et j'aurais eu droit au mieux à une greffe !
    Plein de bisous et change ton micro-onde de place !
    - Il a mis a jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle histoire ! C'est vrai qu'on a parfois tendance à sous-estimer une urgence. Surtout les brûlures.
      Bisous itou.

      Supprimer
  5. Le fait est que la montre est remarquable...
    Sinon je note que le choix de la soupe était parfaitement adapté pour ce blog, le slogan de Liebig étant : Liebig met du coeur dans ses légumes...
    Et toc !
    Courage
    Erick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Érick :) merci, ça va, ça m'aurait donné l'occasion de bloguer ^^

      Supprimer
  6. Compassion. Prompt rétablissement avant le retour de Laurent des Antipodes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serai complètement rétabli pour son retour, oui. Merci pour ton passage ici et ton commentaire :)

      Supprimer
  7. Pas de remède de grand-mère en stock, mais comme tout bobo aux mains (réflexe professionnel à la limite du Pavlov) me déchire la douleur, je t'envoie des pensées antalgiques et guérisseuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MERCI pour les pensées guérisseuses :) bon week-end.

      Supprimer
  8. C'est l'idiote qui passe te voir !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut :) elle est sympa, hein, la montre ?

      Supprimer
  9. tu en profites que je ne sois pas là pour faire des bêtises ! sale gosse !

    il faut toujours avoir chez soi du tulle surgras contre les brûlures, ça fait parti des médicaments de bases d'une pharmacie familiale, fait attention tout de même, les brûlures c'est à surveiller

    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me serais bien passé de faire cette bêtise. Ça y est, j'ai désormais le stock de tulle surgras. La main a retrouvé sa peau de bébé. Bisous.

      Supprimer

Un commentaire, ce peut être un coucou, une amabilité, un point de vue divergent, un trait d'esprit, un signe de votre passage.

Pour celles et ceux qui n'osent pas (je ne mords pas) ou n'y parviennent pas, c'est tout simple :

1) Tapotez votre bonjour dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Sous Choisir une identité, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudonyme ou si vous êtes timide le nom de votre cousine) après l'intitulé Nom
4) L'URL ne désigne pas l'Uto-Rhino-Laryngologie mais bien le lien d'un blog ou de n'importe quoi d'autre que vous jugerez bon d'accrocher à votre identité, la page Wikipedia de Sheila par exemple ; ou rien.
5) Cliquez sur Publier commentaire

Et le tour est joué. Elle est pas belle, la vie ?